Make your own free website on Tripod.com
© Jacques Fortier 2005, 791 rue De La Fresnière, Sainte-Foy, Québec, Canada G1X 2N9

Pour avoir accès à tous les hyperliens, il vaut mieux cliquer ici:

http://www.jacquesfortier.com/Zweb/JF/TerreCreuse/TerreCreusePreuveScientifique.html

Objectif,
Projet principal,
Introduction,
Préparation,

Au Préalable,
Résultats espérés,
Masses utilisées,
Marées,
Résultats à la Mine Kindd Mine,
Complément explicatif à ces mesures et à leurs significations,
Introduction de la nouvelle physique de base,
Mes suggestions,
Recommandations,
 

23 août 2005

TerreCreusePreuveScientifique


Objectif

    - Je me propose de vérifier si la Terre est Creuse ou Non et cela par des procédés externes.

    - Pour ce faire, je vais utiliser 2 balances électroniques de grande précision, avec 6 chiffres significatifs.

*    Une balance Ohaus de 0- 3,10000 kg ± 0,00001 kg (± 0,0001 N) fabriquée pour pouvoir mesurer des variations gravitationnelles. Ainsi, nous utiliserons les unités Newtons et livres du menu de la balance; les unités kg, g et mg étant des unités de masse et non de poids.

*    Une balance Sartorius 0 - 6,20000 kg ± 0,00001 kg fabriquée pour mesurer plus la masse que le poids malheureusement. Ainsi la variation gravitationnelle, quand même enregistrée par l'appareil, n'est que partielle et non entière. La conséquence principale étant que la variation de poids sur une masse de « 6,2 kg » n'est pas dle double de celle obtenue sur une masse de 3,1 kg sur la balance Ohaus. Ce qui peut quand même être utile pour voir la forme de la courbe...
 

    - Remarques philosiphiques et autres....
1    J'aimerais au préalable vous entretenir d'un problème fondamentale introduit dans la société au sujet du poids et des balances.
 
*    Souvent les balances sont prévues pour mesurer le poids et non la masse.

*    De plus, nous devons jouer sur 2 systèmes de mesures à la FOIS : les Systèmes MKSA et FSS de mesure. Dans l'un, on utilise les Newtons et, dans l'autre, on utilise les livres comme unité de poids et les kg dans un cas et les slugs dans l'autre pour les unités de masse. Le poids étant la force et la masse étant la quantité de matière lié à la densité et au volume.

*    Sur les balances, l'affichage de la bande chiffrée se fait à la fois en livres (lb) et en kilogrammes (kg) et aussi en livres ou en kg pour les balances électroniques (affichage en chiffres). Or, cela est insensé logiquement parlant car les lb et les kg ne sont pas des unités équivalentes de poids ni de masses, mais bien un mélanges inapproprié de ces deux sortes d'unités et de concepts.

*    Les variations gravitationnelles n'affectent que le poids des objets, mais non la masse qui, elle, reste relativement invariable. Il est donc faux (invraisemblable) et trompeur que d'afficher ces deux types d'unités comme s'il s'agissait-là d'équivalent.

*    Cette erreur de la part desfabricants rend difficile le travail que je m'apprête à faire et surtout à faire comprendre.

     Ainsi, quand j'obtiens des mesures en kg, je sait qu'il s'agit d'un artifice pour parler plus véritablement de Newtons et qu'il faudrait utiliser un certains facteur de multiplication à déterminer au moins une fois à chaque calibration (calibrage) et l'appareil de mesure. Pour ce faire, on sait qu'avec un poids de calibration, certifié de préférence et en métal stable (aluminium par ex.), on a une masse conventionnelle connue et qu'on peut l'utiliser pour le calibrage. Ensuite, il faut considérer un élément ponctuel dans le temps et dans l'espace (disons plutôt, sur la surface terrestre; une localité) surtout une Latitude Nord ou Sud et une température intérieure de base dans un Local (une pièce) fermée.

    Moi, j'utiliserai au départ la ville de Sainte-Foy au Québec avec une Latitude de 47° N et 71° W (-4h45'). Mes données auront donc cette caractéristique de base, et leur facteur de transition ultérieur sera l'Équivalent
 

* de F3,1 = GMm3,1 / R²Ste-Foy ( pris par mesure sur la balance Ohaus en N) / m3,1 kg
dans un cas (si besoin est ... ) et pour l'autre cas
* de F6,2 = GMm6,2 / R²Ste-Foy ( pris par mesure aussi sur la  balance Ohaus en N par addition ) / m6,2 kg
car la balance Sartorius ne donne pas les Newtons.

- (voir les mesures Sartorius) -> 73,0 °F le 17-1-2005 à 22h00;
    6,19997 kg de base pour la masse et 30,4010 N (=> 3,10004 kg);
 nous donnant le facteur de multiplication 9,806357337 N/kg

Ex.:

6,19997 kg × 9,806357337 N/kg - 60,7991 N
6,19996 kg × 9,806357337 N/kg - 60,7990 N
6,19995 kg × 9,806357337 N/kg - 60,7989 N

Ex. :

le 12-7-2005 à 23h30

30,4006 N (=> 3,10000 kg) à 82,0 °F => facteur 9,806645161 N/kg
6,20001 kg × 9,806645161 N/kg = 60,8013 N

*    En fait, ce facteur est aussi variable que le poids; ce qui veut dire que nous devrions le calculer à chaque instant à partir des données pris sur la balance Ohaus  en Newton avec les poids totalisant une masse de 3,1 kg (3,10000 kg et ayant servi à calibrer l'appareil Ohaus pour ensuite l'appliquer aux mesures en kg pris sur la balance Sartorius pour obtenir des vrai unités de « poids » soient des « Newtons » qui représentent bien l'élément de variation de la Force gravitationnelle (la masse étant constante !)

*    Remarquez que pour mes premières mesures de surface prises sur plusieurs mois, (variations gravitationnelle journalière ou quotidienne vérifiée aux 15 minutes) je n'en ai pas vraiment besoin car c'est la variation qui m'importe et une variation de 0,0001 N équivaut à toute fin pratique à une variation de 0,00001 kg et elles me servent d'unités de variation équivalentes pour les 2 balances.... Toutefois, il faut en avoir conscience et surtout ne pas se laisser tromper, berner ou l'eurrer.

*    Je trouve un peut ironique que les fabricants de balance Sartorius utilisée aient eu le souci de ne pas mettre d'unités Newtons avec  ses unités kg qui ont eut priorité tandis qu'ils permettent quand même les unités de poids en livres.... c'est vraiment une délicatesse undélicate !!! Nonobstant ce fait, il faut comprendre qu'à la base cette balance sert à comparer les masses et à les évaluer avec précision en tout temps et en tout lieu. Et pour y parvenir, le procédé de base utilisé ressemble beaucoup aux balances mécaniques à double plateaux et à masse de comparaison. Toutefois la masse interne de calibration nécessite des calibrations très nombreuses et incessantes : à chaque fois qu'il y a un changement gravitationnelle ou de température (ou autres; niveau-, pression, humidité) affectant le zéro de base.


24 août 2005

 
    Cependant, ce processus sensure et cache justement la variation gravitationnelle que je veux mettre en lumière. C'est pourquoi, j'ai inhibé ce procédé, à la base automatique, pour utiliser une calibration ponctuelle contrôlée dans le temps et dans le lieu et faite avec des masses extérieures certifiées. (voir leurs caractéristiques dans le répertoire :

http://www.jacquesfortier.com/Zweb/JF/TerreCreuse/Balances/PoidsDeCalibrationCertifies/

Les pages :

http://www.jacquesfortier.com/Zweb/JF/TerreCreuse/Balances/PoidsDeCalibrationCertifies/
PoidsDeCalibration85982Certifié2KgClass1.html

http://www.jacquesfortier.com/Zweb/JF/TerreCreuse/Balances/PoidsDeCalibrationCertifies/
PoidsDeCalibration85983Certifié2KgClass4.html

http://www.jacquesfortier.com/Zweb/JF/TerreCreuse/Balances/PoidsDeCalibrationCertifies/
PoidsDeCalibration85984Certifié2KgClass4.html

http://www.jacquesfortier.com/Zweb/JF/TerreCreuse/Balances/PoidsDeCalibrationCertifies/
PoidsDeCalibration85985Certifié1KgClass4.html

http://www.jacquesfortier.com/Zweb/JF/TerreCreuse/Balances/PoidsDeCalibrationCertifies/
PoidsDeCalibration85986Certifié200gClass4.html

http://www.jacquesfortier.com/Zweb/JF/TerreCreuse/Balances/PoidsDeCalibrationCertifies/
PoidsDeCalibration88709Certifié100gClass1.html

http://www.jacquesfortier.com/Zweb/JF/TerreCreuse/Balances/PoidsDeCalibrationCertifies/
PoidsDeCalibration88710Certifié2KgClass4.html
 

    Son processus de fonctionnement et de fabrication bloque quand même une partie de cette variation, c'est pourquoi je ne pourrai malheureusement pas l'utiliser comme balance principale lors de ma descente dans une mine et qu'elle ne servira qu'à indiquer les variations dûes au Soleil, à la Lune et aux autres influences subies en surface quotidiennement et qui devront être prises en compte lors de cette descente pour faire objet de corrections et nous apporter plus de précision dans nos résultats.


Projet principal

    Le Principal projet dans cette recherche consiste à mesurer les variations gravitationnelles en fonction de la pénétration en profondeur de la Terre à partir de la surface et d'en comparer les résultats aux valeurs théoriques prévues pour une Terre théoriquement Pleine.

    Cette comparaison peux éventuellement nous indiquer la creusité de la Terre ainsi que son ampleur par des calculs forts simples.
 

Introduction

-    Tout ceci s'incère dans une controverse vieille de quelques siècles qui opposent les deux concepts de Terre-Pleine versus Terre-Creuse (qui peut d'ailleurs se généraliser à tous les corps célestes d'importance) et leurs défenseurs (scientifiques, militaires, enseignants, géologues, astrophysiciens, ecplorateurs, sociologues, historiens, religieux et métaphysiciens).

    Les témoignages sont suffisamment nombreux, élaborés, diversifiés et sérieux pour justifier une investigation physique et scientifique élaborée qui tient compte des fondements même de la physique Newtonienne et en mettant les vieux préjugés dits scientifiques ou une certaine scienticité aveugle et bornée de côté.

    Vous pouvez consulter divers témoignages et compte-rendus de voyages (y compris de militaires) sur mon site (descriptions caractéristiques.... etc).
 

-    J'ai commencé par faire des calculs sur le poids que nous aurions sur la surface interne d'une telle Terre Creuse afin de voir si cela serait possible physiquement en tenant compte du phénomène de la pression des fluides et de ce que cela impliquerait. J'ai procédé par des évaluations, par calculs, de petites quantités de matière étant donné que je ne me souvenais plus des Intégrales (calcul différentiel et Intégrale). Le Premier résultat avec une écorce de 500 km d'épaisseur (et avec environ 500 portions) ne me donnait qu'un tout petit poids de l'ordre de 2 % et cela ne me paraissait pas très crédible... d'autant plus que cela exigeait une très forte densité de matière pour cette écorce.

    Avec un essai d'une écorce de 1800 km et de plus petites portions de terre (environ 3000 portions), j'ai obtenu quelque chose de très satisfaisant mais qui était une erreur probablement dûe au fonctionnement de l'arctg du logiciel utilisé (notez que l'arctg2 aurait dû être découvert et privilégié sur certaines portions pour corriger ce problème de calcul).

    Un, jour, j'ai reçu un courriel de Trois-Rivières me disant que la gravitation était nulle à l'intérieur d'une Sphère creuse. Mais je ne l'ai pas cru; ne me souvenant plus de mes cours universitaires où cela m'avait été dit et démontré.

    Par la suite j'ai fait une 3e tentative avec 1675 km et 180000 portions (voir sur mon site [Attention -> 15 Mo]:

http://www.jacquesfortier.com/Zweb/JF/TerreCreuse/ArchivesTerreCreuse/TerreCreuse2004J3.123
ou
ftp://www.jacquesfortier.com/Zweb/JF/TerreCreuse/ArchivesTerreCreuse/TerreCreuse2004J3.123

) de la Terre pour calculer ce poids... et j'ai obtenu le quasi zéro fatidique (~ 0,002 N -- Cette fois-ci je connaissais l'existence de "arctg2"). Cela a tout fait débloquer le processus dans lequel je m'étais engagé. Cela rendait extrêmement facile les calculs théoriques et surtout cela ouvrait enfin la porte à la possibilité d'en faire la vérification scientifiquement à partir de la surface externe si on pouvait descendre à 1 km ou plus à partir du niveau de la mer dans une mine quelconque.

    Ces calculs montrent bien que le cas d'un globe plein n'est qu'une possibilité parmi tant d'autres et que seul un préjugé, probablement celui concernant la pression, le justifait erronément (faussement). Ainsi la courbe (le gradian) de la force gravitationnelle en fonction de la position dans une sphère a été grandement simplifié en supposant qu'elle était pleine... ce qui n'est qu'un cas d'exception et cela donne :

Fi / FTex = Ri / RTerre
27 août 2005
F = G M m / R²       (formule générale)

F = Force (en Newton)
G = Constante Graviationnelle Officielle (en Newton-mètre²/ kg²)
M = Masse (en kilogramme)
m = masse sur laquelle s'applique la force calculée (en kilogramme)
R = Rayon de la Sphère ou du volume sphérique contenant la masse principale (en mètre)

Terre Pleine

FT = G MT m / R²T

FT = Force  à la surface extérieure de la Terre (en Newtons)
G = Constante Graviationnelle Officielle (en Newtons-mètres²/kg²)
MT = Masse officielle de la Terre (en kilogrammes)
m = masse sur laquelle s'applique la force calculée (en kilogrammes)
RT = Rayon de la Sphère ou du volume sphérique contenant la masse de la Terre (en mètres)

Fi = G Mi m / R²i

Fi = Force  à  l'intérieure de la Terre à la position Ri (en Newtons)
Mi = Masse officielle de la portion de la Terre à l'intérieur du volume sphérique de Rayon = Ri (en kilogrammes)
Ri = Rayon de la Sphère ou du volume sphérique contenant la masse principale Mi (en mètres)
¶ = la constante PI = 3.1415.....
Mi    = D Vi   = D (4/3) ¶ R³i
MT = D VT  = D (4/3) ¶ R³T
D = Densité officielle moyenne de la Terre (en kg/m³)

Fi / FT  =

Fi / FT = (G Mi m / R²i) / (G MT m / R²T )
Fi / FT = (MiT) / (MTi )
Fi / FT = (D Vi T) / (D VT i )
Fi / FT = (D (4/3) ¶ R³i T) / (D (4/3) ¶ R³T i )
Fi / FT = R³iT / R³Ti
Fi / FT = Ri /RT
 

    Mais l'équationgénérale de cette courbe (ou ce gradian gravitationnelle) est légèrement plus compliquée et vient aussi de la comparaison des forces de positionnement dans l'écorce terrestre et de la force de Surface externe. Cela revient à comparer des portions de Volume Sphères (une Sphère- une autre)
 
Terre Creuse



Fi / FTex = R²T (R³i - R³z) / R²i  (R³T - R³z)

F = GMm / R²
Gz = Constante Gravitationnelle tenant compte de la creusité de la Terre
Mz = Masse de l'écorce de la Terre contenant la masse totale de la Terre (en kilogrammes)
Mi    = Dz Vi  = Dz [(4/3) ¶ R³ - (4/3) ¶ R³z] = Dz (4/3) ¶ [R³i - R³z]
M = Dz Ve  = Dz [(4/3) ¶ R³T - (4/3) ¶ R³z] = Dz (4/3) ¶ [R³T- R³z]
Dz   = Densité  moyenne de la Terre là où il y a de la matière (en kg/m³)
Ve  = Vz  = Volume de l'écorce terrestre où il y a de la matière dense

Fi / FT = (Gz Mi m / R²i) / (Gz Mzm / R²T )
Fi / FT = (MiT) / (Mzi )
Fi / FT = (Dz Vi T) / (Dz Ve i )
Fi / FT = (Dz T (4/3) ¶ [R³i - R³z]) / (Dz (4/3) ¶ [R³T- R³z] )
Fi / FT = (R²T [R³i - R³z]) /  R²i ([R³T- R³z])

Fi / FT = R²T [R³i - R³z] / R²i [R³T- R³z]
  (si on pose  Rz = 0 => on retrouve l'équation pour le Terre Pleine)

Fi         R²T [R³i - R³z]
------    =      -----------------------------      (si on pose  Rz = 0 => on retrouve l'équation pour le Terre Pleine)
FT                [R³T- R³z]

[Note : GMT = Cte = GzMz]

Terre Creuse
avec
S1 + S2 = S



Fi / FTex = R²T (R³i - R³z + R³s) / R²i  (R³T - R³z + R³s)

F = GMm / R²
Gz = Constante Gravitationnelle tenant compte de la creusité de la Terre
Mz  = Masse de l'écorce de la Terre contenant la masse totale de la Terre (en kilogrammes)
Mi    = Dz Vi  = Dz [(4/3) ¶ R³ - (4/3) ¶ R³z] = Dz (4/3) ¶ [R³i - R³z + s]
Mz = Dz Ve  = Dz [(4/3) ¶ R³T - (4/3) ¶ R³z] = Dz (4/3) ¶ [R³T- R³z + s]
Dz = Densité  moyenne de la Terre là où il y a de la matière (en kg/m³)
Ve  = Vz  = Volume de l'écorce terrestre où il y a de la matière dense + volume des deux Soleil centraux
S1 + S2 = S  deux Soleil centraux équivalent à une sphère de rayon Rs

Fi / FT = (Gz Mi m / R²i) / (Gz Mzm / R²T )
Fi / FT = (MiT) / (Mzi )
Fi / FT = (Dz Vi T) / (Dz Ve+s i )
Fi / FT = (Dz T (4/3) ¶ [R³i - R³z  + s]) / (Dz i (4/3) ¶ [R³T- R³z  + s])
Fi / FT = (R²T [R³i - R³z + s]) / R²([R³T- R³z  + s])

Fi / FT = R²T [R³i - R³z + s] / R²[R³T- R³z + s]
  (si on pose  Rz = 0 et Rs - 0  => on retrouve l'équation pour le Terre Pleine)

Fi         R²T [R³i - R³z + s]
------    =      ------------------------------------      (si on pose  Rz = 0 et Rs - 0 => on retrouve l'équation pour le Terre Pleine)
FT                [R³T- R³z + s]

[Note : GMT = Cte = GzMz]
[Note : Pour une densité homogène là où il y a de la matière dense]
 

 Ce sont là les résultats d'équations mathématiques servant à trouver les valeurs théoriques idéales (pour des sphères parfaites et pour une homogénéïté de densité de la masse de l'écorce terrestre) pour construire des courbes d'interprétation des résultats et pour mener à une comparaison entre les résultats théoriques et celles prises dans une mine en fonction de la profondeur. ( voir fichiers ....123 et autres à venir ...)
Préparation
-    Apprendre à utiliser les balances avec ou sans branchement sur microordinateur pour l'enregistrement des données (dates, heures, poids).

-    Voir l'influence des variations de température sur les résultats de pesées.

-    Voir la constance des masses utilisées.

-    Voir les variations gravitationnelles au cours des jours et des cycles lunaires.

-    Vérifier les résultats en fonction des marées afin de comprendre ce qui se passe vraiment et voir les relations entre le poids ponctuel et la hauteur de ces marées si possible.

-    Établir des graphiques représentatifs de chaque élément et cycle pris en compte.

-    Établir un tableau et un graphique représentant l'aspect théorique des résultats possibles anticipés et permettant de lier la profondeur, la variation de poids et la creusité impliquée par ces résultats.
 

Au Préalable
    Il a fallu évaluer les variations théoriques possibles en fonction des profondeurs atteintes par les mines existantes afin d'obtenir l'ordre de grandeur de ces variations pour le choix d'une balance en fonction du réalisme possible de toute cette aventure(investigation) et aussi pour connaître la précision recherchée ou pouvant être raisonnablement obtenue (ou espérée). La question financière devant tranchée dans certains cas.
Résultats espérés
    Le minimum acceptable nous indique un besoin de pouvoir mesurer des variations de l'ordre du dixième de millième de Newton (cent millionnième de Newton -> 0,0001 N ; dix millionnième de kg -> 0,00001 kg) et d'utiliser une masse de l'ordre du 3 kg pour espérer avoir un résultat significatif suffisamment ample pour approcher une précision de l'ordre du 2 % en descendant à 3 km de profondeur. Ce minimum, je compte l'obtenir avec la balance de 0-3,10000 kg ± 0,00001 kg; soit une balance avec 6 chiffres significatifs. Idéalement, il faudrait en obtenir une à 7 chiffres significatifs et pour au moins 6 kg. Mais les prixx en sont exhorbitants.... J'ai obtenu une autre balance faisant du 0-6,20000 ± 0,00001 kg et qui théoriquement m'aurait permis d'avoir une précision de l'ordre du 1 %; toutefois son mécanisme de fabrication et de fonctionnement ne sont pas suffisamment adéquat pour ce faire... aussi, je l'utiliserai pour mesurer la variation à la surface et ainsi faire la correction sur les mesures prises en profondeur lors de la même période (journée)....

    Je reviendrai sur ce sujet pour faire des recommandations  futuristes (pour le futur et pour ceux qui voudrons faire leur propre vérification).

-    Dans mes expériences, je ne tiendrai pas compte de l'influence de la variation de la pression barométrique ni du taux d'humidité pouvant éventuellement fausser légèrement les résultats de pesées de surface ainsi que celles qui seront faites en profondeur où le jeu de pression ira en s'accentuant avec l'atteinte des plus grandes profondeurs. D'ailleurs, ce sera-là un des points faibles de mes résultats de recherche étant donné le peu de ressources financières dont je dispose (en fait, de l'endettement pour environ 10 000 $ à rembourser dans les mois qui viennent...). Toutefois, je compte prendre en mesure ces données si possible...  Une autre limite se trouvant dans les 24 heurs par jour seulement.

-    Une autre difficulté à surmonter sera la température qui règne dans ces profondeurs car la chaleur produite par la Terre elle-même additionnée à celle produite par la machinerie et les travailleurs n'est que partiellement compensée par l'apport des conduits d'air frais et refroidi provenance de la surface. Nous reviendront ultérieurement sur cette difficulté
 

Masses utilisées
*    Au début, j'ai utilisé deux disques de ciment entourés de vinyle et un pot en vitre contenant des clous... J'ai constaté que le ciment et le vinyle se désagrègent ou se volatilisent continuellement et significativement, Ainsi, j'ai dû faire un redressement de courbe pour récupérer les variations gravitationnelles contenues dans les données. Remarquez que cela m'a permis de voir des variations de un diième de ma plus petite unité de mesure. On peut même conclure que c'est là une méthode pour rendre plus précis un appareil de mesure....

*    Plus tard, j'ai obtenu des masses de calibration certifiées me permettant de calibrer mes balances linéairement et d'avoir des masses invariables à prendre en pesées à toutes les 15 minutes me permettant de mieux évaluer la variation gravitationnelle seule. (Voir le sous-répertoire des masses certifiées pour les informations de certification)

*    Pour le ciment, j'ai constaté une désagrégation/vaporisation lui faisant perdre environ 50 % de son poids et de sa masse en 78 ans environ. Ce qui devrait nous inquiéter grandement étant donné toutes les constructions de ponts et d'habitations qui en contiennent !
 

Marées
*     J'ai comparé le cycle des marées et leurs amplitudes avec mes résultats de mesures. La surprise fut grande et les découvertes nombreuses: voir le texte sur mon site :

http://www.jacquesfortier.com/Zweb/JF/TerreCreuse/MaréesRésultatDeRechercheParJF.html

ainsi que les courbes sur les graphiques journaliers...

http://www.jacquesfortier.com/Zweb/JF/TerreCreuse/Balance1PeséesS1S2Alignés.123
(Attention très gros fichiers de plus de 26 Mo)
http://www.jacquesfortier.com/Zweb/JF/TerreCreuse/Balance1PeséesS1S2CôteÀCôte.123
(Attention très gros fichiers de plus de 26 Mo)

*    Le moins que l'on puisse dire, c'est que les cycles de doubles-marées et leurs amplitudes variables tendent en eux-mêmes à prouver la creusité de la Terre tout en montrant (indiquant) l'existence de deux masses centrales (ou Soleils centraux) de même cyclicité et donnant l'influence principale de ces mêmes marées. Cela servira de complémentarité à l'autre procédé de mesure qui, lui, devrait nous indiquer l'épaisseur de l'écorce terrestre et de la creusité de la Terre....

    La mathématique établie dans les pages précédentes permet justement de nous acheminer vers ce résultat car, pour chaque creusité établie (Rz), nous avons une quasi-droite spécifique à cette creusité particulière pour les 50 premiers kilomètres.

    Si on compare les variations de poids par rapport à l'unité et en divisant le résultat obtenu à partir des mesures, le cas échéant, ou les valeurs théoriques présupposées par la variation théorique impliquée par une Terre Pleine, on obtient un facteur multiplicatif différent et spécifique pour chaque Rz différent; pour chaque creusité théorique.

    Ainsi, il nous suffira de faire la correspondance entre les valeurs précalculées et ou leurs graphiques pour voir à quoi correspondra la valeur pratique obtenue (par mesure ou pesage et ramené à une masse de 1kg) pour connaître la valeur dr vrai RzTerre avec une bonne précision (~ 2 ou 3 %)
 

Résultats à la Mine Kidd Creek Mine de Timmins

Le 20 -10-2005

L'Expédition à la Kidd Creek Mine

{Située à 24 km au nord-est de Timmins en Ontario au Canada
à 1014 pieds au-dessus du niveau moyen de la mer}

    L'Expédition à la Kidd Creek Mine s'est faite avec la participation du Superintendant de la Mine pour la La Falconbridge, M. Christian Bruneau, qui a bien voulu coordonner cette partie de mon projet incluant les permissions requises entre autres choses; du resposable à la sécurité, M. Bob Leblanc, qui a bien voulu nous servir de conducteur et de guide pour la descente en véhicule le long de leur rampe qui atteignait un peu plus de 8750 pieds de profondeur verticale le 30 août 2005; de mon frère, Pierre Fortier, qui m'a servi égale ment de chauffeur à partir de Val d'Or, et d'aide pour prendre les mesures... ainsi que de photographe (voir les photos de et dans la mine :

- TimminsKiddCreekMine8750pi30082005.html
- TimminsKiddCreekMine8750pi30082005Petit.html )
; et de mes Parents qui ont Bien voulu nous prêter leur camionnette à Val d'Or pour le transport du matériel ainsi que leur concours financier... Merci à eux tous !

19-10-2005

Rapport :

    Je croyais pouvoir utiliser les équations simples de variation gravitationnelle dans le cas d'une répartition homogène de la matière dans les espaces pleins de la Terre qu'elle soit Creuse ou entièrement Pleine. Tout aurait été simple; le poids aurait commencé à diminuer au fur et à mesure qu'on s'enfonce dans la Terre (dans le sol) et la pente nous aurait renseigné sur l'état de Creusité de la Terre (ou de plénitude).

    Toutefois, les mesures du poids d'une masse de 3,10000 kg, à différentes profondeurs, nous indiquent plutôt une augmentation du poids au fur et à mesure qu'on s'enfonce dans la Terre...

    Par conséquent, nous devrons prendre en considération l'hétérogénéïté de la répartition de la masse de la Terre et donc des différentes densités au moins en fonction de la profondeur pour établir la courbe théorique de la variation gravitationnelle anticipée aussi bien pour une Terre Pleine que pour une Terre Creuse ( plusieurs courbes possibles donc et toutes différents selon la creusité considérée...), et ainsi pouvoir établir la creusité réelle de la Terre par la comparaison avec la courbe obtenue à partir de nos mesures.

    Aussi, j'ai établi un modèle approximatif de représentation de la variation(ou de l'état) gravitationnelle avec une certaine répartition plus réaliste de la masse pour les 33 premiers mille pieds à partir principalement de la conception du "¼ de terre pour ¾ d'eau" et de la densité de "1" pour l'eau versus la demsité moyenne de "5,515" pour la matière [1000 kg/m³ versus 5515 kg/m³]. Ce n'est qu'une approximation qui pourrait éventuellement être améliorée... Cependant, cela nous procure une courbe plus réaliste de la variarion du poids en descendant dans la mine.

[Pour le modèle, voir : TimminsKiddCreekMine20050830.123 ]
On a une augmentation du poids, suivi d'un plafonnement et par la suite d'une descente régulière de ce poids en fonction de la distance radiale.
[ Voir les courbes théoriques obtenues :
TimminsKiddCreekMineRésultat.html
TimminsKiddCreekMineRésultatPetit.html
TimminsKiddCreekMineRésultatB2850Km.html
TimminsKiddCreekMineRésultatB2850KmPetit.html ]
    Ainsi, pour chaque creusité donnée on obtient un sommet (de la courbe) correspondant à une profondeur spécifique. Le sommet correspondant à la plus grande profondeur est obtenu dans le cas d'une creusité égale à "0" : soit pour une Terre Pleine. Plus la creusité est grande, moins profond est atteint le sommet de la courbe, ou du plus grand poids.

    Le sommet ou pic réponse est obtenu de la courbe faite à partir des mesures prises dans la mine.

Complément explicatif à ces mesures et à leurs significations

    Pour l'aspect interprétation des mesures, il y a lieu d'expliquer la situation techniquement parlant.

    Les conditions physiques, dans lesquelles ces mesures ont été prises, étaient très difficiles. L'humidité variait  entre 70 % et 85 %; la température est passée de 66 °F, à la surface, à 102°F au niveau 8700 pieds (8700 - 1014 = 7686 pieds sous le niveau de la mer). La pession était d'environ 99,7 KP (kiloPascal) à la surface et d'environ 109KP dans le fond de la mine (disons au niveau 8700 - et ceci par extrapolation).

(Voir les caractéristiques de la balance]

    Comme nous avons pris la première mesure au fond de la mine, les masses à mesurer ont été sorties de leur boitier(boîte avec styroforme) à 102 °F et à 75 % d'humidité, lors de cette première sortie, beaucoup de buée ou de dépôt de gouttelette d'eau se déposaitent sur les masses relativement froides (masses en acier inoxidable... voir le fichier sur les masses) (masses utilisées) ou :
 

http://www.jacquesfortier.com/Zweb/JF/TerreCreuse/Balances/PoidsDeCalibrationCertifies/
PoidsDeCalibration88710Certifié2KgClass4.html

http://www.jacquesfortier.com/Zweb/JF/TerreCreuse/Balances/PoidsDeCalibrationCertifies/
PoidsDeCalibration85985Certifié1KgClass4.html

http://www.jacquesfortier.com/Zweb/JF/TerreCreuse/Balances/PoidsDeCalibrationCertifies/
PoidsDeCalibration88709Certifié100gClass1.html ),

même si cela ne se voyait pas très bien dû à la faible luminosité qui y régnait. En simulation dans ma chambre de bain, j'ai monté la température à 102 °F et l'humidité à 72 % : aussi, j'ai pu déterminer l'importance du poids que représentait cette masse supplémentaire et je l'ai évaluée à 0,00006 Newton pour pouvoir en faire la correction sur ma première mesure. Notez que ce phénomène avait de l'importance seulement sur la première mesure étant donné que les masses à peser se sont réchauffées par la suite, et que, comme l'a montré mon expérience simulé, il n'y a plus de sépôt important de "buée" lorsqu'on diminue par la suite la température ambiante ou que l'on va vers des températures plus froides.

19-10-2005

    Une autre particularité au processus de prise des mesures fut que je débranchait la balance entre chaque étape ou niveau; ce qui laissait refroidir les circuits internes entre chaque étape et chaque nouvelle mesure. Or pour une telle balance, il faut habituellement attendre une stabilisation thermique de plusieurs heures ou tout au moins de 20 minutes pour pouvoir appliquer des corrections dûes aux variations de température. Mon expertise dans ce domaine me donnait + 0,00001 N pour un accroissement de 1 °F. Toutefois, et par simulation, ceci ne s'applique plus lorsqu'on débranche la balance et que l'on prend une mesure (à froid) dans les 3 ou 4 premières minutes après un rebranchement. Dans un tel cas, la balance a tendance à donner la même valeur, peut importe la température ambiante sur une plage importante de température. C'est pourquoi je vous présente un résultat  "B" ou je n'effectue aucune correction dûe à la température même si une correction minime devrait s'appliquer dans les limites extrême. Par contre, si j'en faisais une, cela ne ferait qu'accentuer la courbe et ne ferait pas disparaître le sommet (pic) et donnerait tout de même une creusité variant entre 1950 km et 2850 km d'épaisseur pour l'Écorce terrestre. Une creusité importante demeurerait comme résultat et comme conclusion.

Une Creusité de 3530 km de rayon

    Une Creusité de 3530 km (Pour une écorce de 2850 km) de rayon, implique une masse de la Terre ramenée à 4,9612E+024 kg et une constante gravitationnelle augmentée à  8,0321E-011. Le facteur multiplicatif ou diviseur étant de : 1,20375.

    Cela implique également un changement de même proportion pour la masse de tous les gros corps célestes; soleils ou planètes et l'adaptation des concepts et théories de la physique moderne...

2850000 mètres          Ez  ( Épaisseur Écorce Terrestre Moyenne (m) )
1,20375                     Vt / Vz Facteur de proportion
8,0321E-011 Nm²/kg² Gz  (Constante Gravitationnelle d'une Terre Creuse avec 2850 km  d'Écorce)
4,9612E+024 kg         MasseZ (kg): Terre

jusqu'à

Une Creusité de 4430 km de rayon

    Une Creusité de 4430 km (Pour une écorce de 1950 km) de rayon, implique une masse de la Terre ramenée à 3,9735E+024 kg et une constante gravitationnelle augmentée à  1,0029E-010. Le facteur multiplicatif ou diviseur étant de : 1,50295.

    Cela implique également un changement de même proportion pour la masse de tous les gros corps célestes; soleils ou planètes et l'adaptation des concepts et théories de la physique moderne...

1950000 mètres           Ez  ( Épaisseur Écorce Terrestre Moyenne (m) )
1,50295                      Vt / Vz Facteur de proportion
1,0029E-010 Nm²/kg²  Gz  (Constante Gravitationnelle d'une Terre Creuse avec 1950 km  d'Écorce)
3,9735E+024 kg          MasseZ (kg): Terre
 

[Résultats des mesures prises dans la Kidd Creek Mine à Timmins pour les graphiques :

TimminsKiddCreekMineRésultat.html] [Voir aussi : TimminsKiddCreekMineGraph.html]

TimminsKiddCreekMineRésultatPetit.html] [Voir aussi : TimminsKiddCreekMineGraphPetit.html]


18 octobre 2005
Possibilité A

***** Mesures du 30-08-2005 ******

Ici apparaîtrait un pic possiblement vers le niveau 5700 pieds si on fait une correction de température ramenée à 80 °F; Soit à 4786 pieds sous le niveau de la mer (1459 mètres) ~4800 pieds -> ~1460 mètres

Cela impliquerait une creusité dont l'Écorce terrestre serait d'environ 1950 km; soit 6378 km - 1950 km = une sphère d'environ ~4430 km de rayon.

C'est assez grand pour contenir la planète Mars en entier car son rayon n'est que de 3389 km ! Et il resterait encore plus de 1000 km de chaque côté pour baloter !!!

Possibilité B

Ici apparaîtrait un pic possiblement vers le niveau 7700 pieds si on fait aucune correction de température pour ramener à 80 °F [mais en enlevant le 0,00045 N de correction indiqué par la balance pour la première mesure au niveau 8700 pieds]; Soit à 6786 pieds sous le niveau de la mer (2068 mètres) ~6800 pieds -> ~2070 mètres.

Cela impliquerait une creusité dont l'Écorce terrestre serait d'environ 2850 km; soit 6378 km - 2850 km = une sphère d'environ ~3530 km de rayon.

C'est assez grand pour contenir la planète Mars en entier car son rayon n'est que de 3389 km ! Et il resterait encore plus de 139 km de chaque côté pour baloter !!!

De plus, on tomberait en plein sur la fameuse couche « D » des géologues(2885 km) !!! Des plans pour nous réconcilier tous !!!

****************
(voir : TerrePleine.html)

****************

                         Divisions in the Earth's Interior
                          (Adapted from, Beatty, 1990.)
                        ******** earthfg2.gif ********
 

Recommandations

Le 20 octobre 2005

    Ce type d'expérience et de mesure devrait être fait dans un cadre mieux contrôlé pour le vent, la température et même l'humidité en plus de laisser la balance branchée en permanence afin de conserver une température interne des circuits plus stable et avec une meilleur comparativité. L'idéal serait d'utiliser une boîte isolée et fermée pouvant contenir la balance, les poids ou masses à peser, de la glace dans une glacière à ouverture contrôlée (système de refroidissement) et une source de tention; tout en permettant d'y entrer les bras et les mains afin d'y exécuter les opérations de prises de mesures. Un microordinateur branché sur la balance et pouvant prendre les pesée pourrait éventuellement y être installé également.

    Lusage d'une telle boîte serait techniquement possible à la Kidd Creek Mine mais probablement aussi ailleurs dans des systèmes d'ascenceur ou de cage-ascenceur... Toutefois pour la Kidd Creek Mine, il vaudrait mieux attendre que la rampe d'accès soit creusée d'environ 1000 pieds de plus pour pouvoir mieux observer la courbe résultantes avec sa montée, sa stabilisation et finalement son début de diminutions du poids...

Le 21 octobre 2005

    - Il faut savoir ou comprendre que chaque lieu sur la Terre possède une carractéristique gravitationnelle différente impliquant une courbe spécifique à ce lieu pouvant avoir un pic d'intensité de poids maximum à une profondeur différente et cela étant lié au type d'environnement et de densité du sous-sol. À la Kidd Creek Mine, nous sommes dans l'environnement typique du Bouclier Canadien avec sa roche dense. Ainsi, l'amplitude maximal du poids atteint en descendant est moindre et est atteint plus rapidement que si on était descendu sous le niveau de la mer en plein milieu de l'océan, ou même juste loin des terres. Un milieu "swompeux" ou de terre glaise, nous aurait donné un résultat intermédiaire à ces deux extrêmes. Dans tous les cas, le maximum de poids ne peut être atteint que sous le niveau de la mer et en aucun cas au-dessus et cela est le cas sur tourtes les planètes du Cosmos...

    - Remarquez que pour le plus grand maximum, il faudrait peut-être se rendre en Russie où existe un trou d'une quarantaine de km parait-il. D'ailleurs, ce serait sans doute le meilleur endroit pour prendre des mesures de la variation gravitationnelle s'il était possible d'y descendre en hélicoptère (ou en avion) jusqu'à 15000 pieds. Ainsi, on obtiendrait une belle courbe avec hausse au début, puis pic maximal, et enfin descente régulière sur la portion droite de cette courbe. Ainsi, on pourrait y calculer la pente pour savoir plus exactement son point de convergence de poids "0" avec l'axe radiale de la Terre. La portion droite de la courbe  avec sa pente seraient une deuxième façon  pour déterminer la creusité de la Terre; peut-être même plus exacte(précise) que celle de la position du sommet. Les résultats obtenus en différents lieux devraient être convergents dans le cas des pentes comme sources de calculs, tandis qu'ils devraient varier dans le cas des "pics"... Alors, pour l'instant, ne soyons pas trop insistants sur la valeurexacte de la Creusité réelle de la Terre... L'avenir et la participation coopérative d'autres expérimentateurs en d'autres pays devraient nous apporter d'autres précisions.

    - Dans ce sens, il y a l'Afrique du Sud avec sa mine à 13000 pieds qui pourrait nous être d'un grand secours pour obtenir justement des mesures sur la portion droite et ainsi connaître notre première pente informatrice. Je ne vous l'ai pas encore dit, mais dans le pire des cas, soit pour une Terre Pleine, il faudrait aller vers les 12000 pieds sous le niveau de la mer pour obtenir cette pente!!!

    - Théoriquement, pour un milieu de densité moyenne, le sommet de poids maximal serait atteint dans le cas d'une Terre Pleine et à une profondeur de 8336 pieds, soit 650 pieds de plus que la mesure la plus profonde faite à la Kidd Creek Mine en Ontario: 8700 pieds + 650 pieds = le niveau 9350 pieds => 9350 - 1014 = 8336 pieds sous le niveau moyen de la mer.
 

Introduction de la nouvelle physique de base

    Tout ceci nous conduit automatiquement à retoucher aux équations de base de la physique Newtonienne dans leur aspect quantitatif.

    Maintenant que nous avons mis en évidence l'existence des 2 Soleils Centraux Internes à la Terre et que nous avons une idée approximative de leur masse respective dans l'ancien paradigme de la science (le paradigme officiel et actuel) [~ 1,5 × 10²¹ kg et ~ 3 × 10²¹ kg pour les deux ], nous devons revoir ces masses dans un (le) cadre rectifié (revu et corrigé) d'une nouvelle science physique fondamentale quantitativement parlant.

    L'expérience réalisée dans une mine nous montre clairement l'existence d'une creusité importante pour notre Planète. Les résultats de pesées obtenus nous permettent de calculer le rayon moyen de cette creusité duquel on peut calculer l'épaisseur de l'écorce terrestre, soit la portion pleine de la Terre avec ses 2 Soleils Centraux.

    Toutefois, nous aurons à établir les Nouvelles masses et densités plus réalistes de la Terre. Aussi nous devons établir de nouvelles notions de science afin de faire le lien entre l'Ancien et le Nouveau paradigme suggéré pour prendre la relève. La constante gravitationnelle officielle "G" doit aussi être ajustée au nouvel équilibre.
 

Mes suggestions
 
    Commençons par définir les notions utiles à ce changement.

-    Actuellement la science officielle et institutionnelle surestime la Masse de la Terre tout en sousestimant la valeur de la constante gravitationnelle. Quant à la densité, elle est artificielle bien qu'elle soit ajustée aux deux autres notions (concepts) précédents

-    Cette notion de masse actuelle de la Terre pourrait s'appeler Masse creuse, ou surévaluée.

    On devrait aussi parler de masse pleine lorsqu'on fait allusion à un volume effectivement rempli de matière dense (solide/liquide). Ainsi pour la Terre la masse des parties pleines (Écorces + S1 + S2) s'appellerait Mz ou Masse Pleine de la Terre et serait couplée avec Gz, la constante gravitationnelle plus réaliste et découlant de la creusité de la Terre si on garde la densité officielle actuelle de la Terre qu'on appliquerait au volume de la Terre contenant de la matière liquide ou solide. En fait, on élimine les portions internes de la Terre où on a de l'air libre pour parler de la nouvelle densité moyenne de la Terre. Ainsi on peut garder le "D" actuelle et l'égaler à "Dz", tout en étant conscient de la différence de signification.

De la formule :

F = G MT m / R²

MT  = Masse de la Terre
R    = Rayon moyen = 6378 km
G    = Constante gravitationnelle officielle

on passerait à :
F = Gz MTz m / R²

MTz  = Masse plus réaliste de la Terre
R     = Rayon moyen = 6378 km
Gz   = Constante gravitationnelle plus réaliste associée

pour la force externe de la Terre en s'éloignant de sa surface R > ou = 6378 km

GMT  = Gz MTz     si D = Dz

    Remarquez que ce n'est là qu'une des nombreuses possibilités que nous avons.... car D pourrait tout aussi bien être différent de "D" officiel actuel...

-    Étant donné que nous ne connaissons pas la densité moyenne, nous avons donc à priori une multitude de possibilités entre deux valeurs extrêmes raisonnables ou plausibles. Nous devons donc nous  entendre sur des valeurs de départ qui seront améliorées au fur et à mesure que nous aurons d'autres données acquises lors de l'exploration planétaire sur la Lune, Mars et ailleurs.... Le recoupement de ces données nous acheminera vers des valeurs plus exactes pour les densités de chaque corps céleste et pour la constante gravitationnelle commune : "Gz".

-    Toutefois, nous pourrions aussi nous entendre pour utiliser une densité moyenne standard commune pour les gros corps célestes de notre Galaxie tant que la valeur spécifique précise pour chaque corps céleste ne nous est (sera) pas connue. Tout ce que cela entraînerait dans nos valeurs, ce serait la creusité associée temporaire qui serait différente pour absorber ce changement, quitte à être réajustée ultérieurement.
 

F = G MTm / R² =  Gz MTz m / R²
F = G VT DTm / R² =  Gz VTz Dzm / R²
G VT DT  =  Gz VTz Dz


Si on garde la densité actuelle connue de la Terre et qu'on l'applique au volume  VTz  qui est l'écorce plus les Soleils Centraux de la Terre, alors on obtient la simplification suivante (et commode):

G V =  Gz VTz          (pour DT  = Dz )

Gz        =  G VVTz
constante gravitationnelle plus réaliste et tenant compte de la Creusité de la Terre et de tous les corps Céleste de grande envergure en générale et de manière (façon) standardisée.

-    Avec ce " Gz", je peux transformer la masse des 2 Soleils Centraux Intérieurs de la Terre calculées dans l'ancien paradigme pour leur donner leur valeur réelle plus juste en terme de masse pleine, soient :

Mzs1 = Ms1 G / Gz
et
Mzs2 = Ms2 G / Gz
-    J'aimerais ici faire remarquer que le fait que "Gz" soit supérieure au "G" officielle actuelle implique qu'un objet lancé dans l'espace et passant près d'un très gros calliou (impliquant une masse pleine) attirerait notre objet plus fortement que prévu, ou calculé; car actuellement la Force d'attraction entre deux masses pleines est aussi calculée avec un "G" sous évalué et que lorsqu'on est en présence de 2 masses pleines, c'est "Gz" qu'il faut utiliser. Cela expliquerait en partie pourquoi des cibles ont été si facilement ratées au début de l'exploration spatiale.

-    Ces changements sont fondamentaux et inévitable dans notre physique de base si on veut acquérir de la précision, de la justesse et de la compréhension dans nos expériences d'exploration géologique, géosismique, archéologique, paléonthologique, spatiale et en général cosmologique.

-    Les nombreux aspects social, politique, philosophique, et religieux seront également impliqués.

-    Quant à la vie à l'intérieure de la Planète Terre, vous pouvez d'ores-et-déjà en avoir une idée à travers les textes se trouvant déjà sur mon site si cette aspect de la Tere-Creuse vous intéresse aussi....
 

Le Canada et son Nord Troué

    J'aimerais ici vous entretenir d'un sujet plus local. Comme nous retrouvons une partie du Pôle Nord
au nord de notre Canada, il s'ensuit plusieurs implication importante et urgente pour nous. éographiquement, il est maintenant facile de comprendre que la surface de notre Grand Nord Canadien inclu une portion de "beigne" entrant à l'intérieur de la Terre; ce qui lui procure un surplus de surface auparavant inexpliqué et imcompréhensible par les anciens cartographes.

    Sur mon site et plus particulièrement dans la section de la Terre-Creuse, j'ai souvente fois attiré votre attention sur le fait que la creusité de la Terre était connue en haut-lieux au États-Unis ainsi que les trous des Pôles Nord et Sud depuis bellurette... Aussi, le secret et la désinformation sur cette réalité va de tout bord et de tout côté resté encore longtemps de mis chez les hauts responsables États-Uniens et chez leurs laquais souvent aveuglés et tenus en laisse.

    Vous savez sans doute, car le monde entier le sais déjà, que les Étatsuniens dédaignent de demander aux canadiens la permission de se promener dans les eaux canadiennes artiques et sous les glaces de notre nord. Maintenant, vous avez peut-être compris ce qui est enjeu et l'importance capitale et primordiale de contrôler la Porte d'Entrés dans cette Terre mystérieuse aux richesses probablement infinies et surtout gouvernée par des êtres puissants... si puissants qu'ils tiennent tête aux étatsuniens avec brio et qui ne leur permettent pas de les envahir. Ainsi, le Nord Canadien, tout comme le Nord Russe est d'une très grande importance pour notre Humanité. Aussi, il est grand temps que les canadiens en prennent conscience et commencent à s'occuper de leur Joyau du Nord avant de se le faire voler par des hégémonistes barbares, égoïtes, rusés pour ne pas dire pervers (pensez au mensonge éhonté qui a conduit aux massacres de milliers d'innocents en Afganistant et en Irak) avec leurs entourlopettes, impérialistes... etc. Il est peut-être encore temps de garder et de protéger ce précieux passage, garant d'un avenir glorieux et prospère!!!

    Que personne ne dorme sur ses lauriers...

© Jacques Fortier 2005, 791 rue De La Fresnière, Sainte-Foy, Québec, Canada G1X 2N9