Make your own free website on Tripod.com
Les Lumières de l'Astral

 14- LES LUMIÈRES DE L'ASTRAL

                     Par TUESDAY LOBSANG RAMPA
                     Paris : Éd. J'ai Lu, 1990, 216 P. ;Livre de poche, ©1973. {N° 2739}
                     Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm.
                     1973 -> « Candlelight »
 

- (page 7)                  (Extrait 01)    Prophétie générale.
- (pages 10 à 34)      (Extrait 02)    Radiesthésie et pendule.
- (pages 38 et 39)     (Extrait 03)    Le futur de Rampa.
- (pages 40 et 41)     (Extrait 04)    Positif et Négatif.
- (pages 41 à 46)      (Extrait 05)    Lumière et Ténèbres.
- (pages 46 à 48)      (Extrait 06)    Une Paix Totale et définitive!!!
- (page 49)                (Extrait 07)    Rencontre des contraires individuels, ou Âme soeur?
- (pages 49 à 53)      (Extrait 08)    Doit-on trouver Dieu seul; chacun pour soi, solitairement?
- (pages 53 à 56)      (Extrait 09)    Le Bien et le Mal n'existe pas => pas besoin de jugement?
- (pages 56 et 57)     (Extrait 10)    Vie, Enseignement, Assistance et Supervision et Dimensions!
- (pages 57 et 58)     (Extrait 11)    Dieu.
- (pages 63 et 66)     (Extrait 12)    L'Acuponcture.
- (pages 66 et 71)     (Extrait 13)    Où allons-nous après la 3e dimension?
- (pages 71 et 72)     (Extrait 14)    La création entière est-elle composée des vibrations de l'octave musicale?
- (pages 72 et 73)     (Extrait 15)    Terre, Lune et destinée!
- (pages 74 à 76)      (Extrait 16)    Journaux - Journalistes - Mensonges!
- (pages 76 et 77)     (Extrait 17)    Hall des Mémoires, décision et avenir!
- (pages 77 à 79)      (Extrait 18)    La Routine est-elle la même ailleurs {souffrance, peine et épreuves}?
- (page 79)                (Extrait 19)    Qu'adviendra-t-il des Planètes?
- (pages 79 et 80)     (Extrait 20)    Il y a de nombreux Univers!
- (pages 80 à 82)      (Extrait 21)    Question de visite extra-terrestre -> Voyage Astral!
- (page 82)                (Extrait 22)    Invisibilité et OVNIs.
- (page 83)                (Extrait 23)    ORIGINE DE L'HOMME.
- (pages 85 à 90)      (Extrait 24)    Controverse et journalistes.
- (pages 93 et 94)     (Extrait 25)    Question de mensonges et de vérité.
- (pages 97 et 98)     (Extrait 26)    Des Tibétains discréditeurs?
- (pages 99 et 100)   (Extrait 27)   Étrangers dans une Terre Promise.
- (pages 103 et 105) (Extrait 28)  Drogues et suicide.
- (page 106)              (Extrait 29)    Incarnations zodiacales.
- (pages 106 et 107) (Extrait 30)   Le futur - Prédiction.
- (page 114)              (Extrait 31)    Plombier -> préjugé = insulte en Angleterre!
- (page 115)              (Extrait 32)    L'Ère de Kali.
- (page 117)              (Extrait 33)    Incompréhension et luttes.
- (pages 120 et 121) (Extrait 34)   Réincarnation et Enseignement du Christ.
- (pages 127 et 128) (Extrait 35)   Lettre du Tibet.
- (pages 133 à 138)  (Extrait 36)    Transmigration.
- (pages 140 à 144)  (Extrait 37)    Expériences extra-corporelles; Jésus, L'Extrême-Orient, le Christ.
- (pages 147 et 148) (Extrait 38)   Les animaux et l'Au-Delà.
- (pages 153 à 155)  (Extrait 39)    Question de recherche scientifique et de preuves!
- (pages 156 à 159)  (Extrait 40)    Voyage dans l'Astral.
- (pages 189 à 193)  (Extrait 41)    Douleur et affliction de ceux qui continuent à vivre!
- (pages 193 et 194) (Extrait 42)   Aide à la mort.
- (pages 194 et 195) (Extrait 43)   Conservation d'un VÉHICULE TERRESTRE pour un futur usager!
- (pages 206 à 208)  (Extrait 44)    Nouvelles Créations -> nouvelles âmes?
- (pages 208 et 209) (Extrait 45)   Limites de la Création de nouveaux mondes?
- (page 210)              (Extrait 46)    Dieu, Entité régnante?
- (pages 210 et 211) (Extrait 47)   Après,... nos âmes vivront-elles éternellement?
- (pages 211 et 212) (Extrait 48)   Jésus a parcouru l'Inde, la Chine et le Tibet ...
- (pages 213 à 215)  (Extrait 49)    Travail Russe sur l'Aura.
- (pages 215 et 216) (Extrait 50)   Origine modeste des Grands Hommes.
- (pages 216 et 217) (Extrait 51)   Question de Lois.
- (pages 217 et 218) (Extrait 52)   Apprentissage et évolution.
- (pages 218 et 219) (Extrait 53)   Tous possèdent un Corps Astral.
- (pages 221 et 222) (Extrait 54)   La Venue du Leader du Monde.
- (pages 223 et 228) (Extrait 55)   Anasthésie Électrique et Électro-Chimie.
- (pages 228 et 230) (Extrait 56)   L'exorcisme.
- (pages 230 et 232) (Extrait 57)   Le but de l'évolution du règne végétal et animal.
- (pages 232 et 233) (Extrait 58)   Les minéraux sont-ils intelligents?
- (pages 233 à 235)  (Extrait 59)    La transmigration.
- (pages 235 et 236) (Extrait 60)   Les Yétis!
- (pages 236 à 238)  (Extrait 61)    Que sont les pyramides?
- (page 238)              (Extrait 62)    L'Astral inférieur.
- (pages 240 à 245)  (Extrait 63)    La mort et l'Au-Delà.
 
 

**************************

 Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa ---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(page 7)(Extrait 01)}. Prophétie générale.

    La Lumière du soleil est en déclin. La fin du Jour arrive avec rapidité. Furtivement et traîtreusement, l'Obscurantisme du communisme s'apprête à faire sombrer le monde.

    Bientôt, la Lumière de la Liberté  s'éteindra pour un temps, tandis que l'Humanité méditera sur les occasions perdues et regrettera de n'avoir pas tenu compte des avertissements.

    Mais, même à l'heure la plus sombre, la lueur des petites Chandelles sera là pour apporter l'espoir à un monde frappé. L'heure la plus noire précède l'aube, et cette heure n'est encore là.

    La mélodie et l'accablement provoqués par l'usurpation du pouvoir seront atténués par la notion que toute souffrance finira un jour ou l'autre et que le Soleil, à nouveau, brillera.

**************************

 Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa ---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 10 à 34)(Extrait 02)}. Radiesthésie et pendule.

    La radiesthésie est définitivement quelque chose d'authentique - si l'on sait comment se servir de la baguette et coudrier ou de tout autre rameau en fourche. Il en est de même du pendule - à condition que la personne qui s'en sert sache exactement ce qu'elle fait et ne se livre pas à un petit numéro uniquement destiné à impressionner les badauds.

[ voir le chapitre complet consacré à ce sujet; concentré surtout sur le pendule, ses possibilités et comment en faire usage]

**************************

 Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 38 et 39)(Extrait 03)}.  Le futur de Rampa.

    Une femme m'écrit ceci: « Quand vous en aurez fini sur cette terre, quel genre d'aventure allez-vous connaître? Reviendrez-vous en ce monde ou sur une autre planète? J'aimerais tellement être renseignée sur vos aventures à venir! »

    Chère Madame, ma vie n'est pas, comme vous le dites, « aventure ». Elle est travail et lutte - lutte contre le parti-pris, les préjugés et la haine de gens comme les journalistes. Si vous étudiez le problème, vous découvrirez que tous ceux qui sont venus sur la terre avec une mission spéciale ont été persécutés par des esprits bornés. Ceci me rappelle que les chiens aboient sur les talons de quiconque a l'air étrange et que les puces peuvent piquer n'importe qui, indépendamment du rang et de la stature d'une personne. Je ne vis pas une « aventure », mais me débats dans des difficultés considérables, essayant d'accomplir une tâche particulière et me heurtant à toutes sortes d'obstacles. Aussi, je vous demanderai de ne pas parler d'aventure en ce qui me concerne. Mes aventures se réduisent à des souffrances bien inutiles - tout comme le sont celles qui pourrait connaître un maître bien intentionné aux prises avec des enfants sans coeur et irresponsables. Quand je quitterai cette terre, je n'y reviendrai jamais, pas plus que je ne retournerai à son système. Ma mort - sans aucun doute - ne manquera pas d'être exploitée par quelque stupide personne qui, abusant de la crédulité publique, annoncera dans les journaux d'occultisme des choses dans le genre de: « En liaison directe avec Lobsang Rampa... depuis les Champs célestes, la réponse apportée à vos questions. » N'en croyez pas un mot. Je ne serai pas dans ce secteur et je peux vous affirmer que les gens qui font savoir qu'ils reçoivent des informations directes et des réponses des défunts ne se rendent nullement service à eux-mêmes et pas davantage au défunt. Les disparus ont une autre vie à vivre, une autre tâche à accomplir. Si vous aviez émigré, par exemple, en un pays lointain où les communications avec celui que vous avez quitté sont mauvaises, pourriez-vous cesser de faire votre nouveau job simplement parce qu'un idiot du « vieux pays » dirait: « Oh! il faut m'aider. J,ai annoncé que je suis en contact direct avec vous. Vous ne pouvez pas me laisser tomber. » Vous ne l'aideriez pas, bien sûr! Vous avec vos propres occupations, et ces faiseurs de publicité, simplement à l'affût d'argent, ne vous intéressent pas.

    Quand j'aurai quitté cette terre, eh bien! je serai dans un lieu tout différent. Je sais où j'irai et ce que je ferai. Aussi, après mon départ, n'écoutez aucun des bobards que vous lirez sur mon compte dans les journaux et qui ne seront que des attrape-nigauds.

**************************

 Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 40 et 41)(Extrait 04)}. Positif et Négatif.

    J'ai ici une autre lettre: « Vous dites qu'il ne peut y avoir un positif sans un négatif, et le bien sans le mal. Cette assertion demeure-t-elle vraie dans toutes les dimensions, pour un temps ou tout le temps? Dieu, par le seul pouvoir de Son amour, éclairera-t-il éventuellement l'obscurité? Ou bien existera-t-il toujours quelque part une obscurité sans fin - un vide - que Dieu devra éclairer et combler par Son embrassement positif? »

    La « croyance » chrétienne telle qu'elle est enseignée de nos jours ne correspond pas du tout à ce que le Christ lui-même a enseigné. Divers prêtres, avides d'augmenter leur propre puissance, ont altéré et interprété les enseignement du Christ.

    Bien sûr qu'il ne peut y avoir de positif sans négatif! Toute la vie consiste en impulsions, en vibrations (en courants électriques, si vous préférez ce terme) et, si vous essayez de faire fonctionner votre poste de radio avec un seul fil, connecté à la prise, il ne marchera pas. Un positif et un négatif sont absolument essentiels pour obtenir un « courant », et il est tellement sot de voir Dieu comme un vieux bonhomme qui, lampe de poche en main, s'en va éclairer les lieux sombres! Les hommes, et non pas Dieu, se chargent de telles besognes. Sur terre, par exemple, la majorité des gens emploient leur temps et leur énergie à se nuire mutuellement ou à se faire tout le mal possible. Nous sommes à l'« âge » de la démolition systématique ». On voit le pauvres types - véritables nullités - démolir de grands  hommes comme Churchill, et ceci, tout simplement parce qu'ils apaisent ainsi leur sentiment d'infériorité. « Oh! se disent-ils, après tout, il n'est qu'un homme tout comme nous; il peut faire la culbute lui aussi. »

    Les chrétiens s'imaginent toujours qu'ils n'est pas d'autre forme de religion que la leur, et ils croient toujours que leur Dieu - celui des chrétiens - circule avec une lumière dans chaque main, et, peut-être, quelques chandelles dans la bouche, essayant d'éclairer les païens, qui se débrouillaient fort bien avant de début du christianisme. Le christianisme, en outre, n'est pas autre chose qu'un salmigondis, une mixture d'hindouisme, de bouddhisme, de foi juive, etc., tout ça arrangé et trafiqué de façon à convenir à un âge et un temps différents. Aussi, de grâce, n'écrivez plus de telles foutaises sur Dieu rencontrant chacun de nous et partout. Les choses ne se passent pas ainsi!

**************************

 Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 41 à 46)(Extrait 05)}. Lumière et Ténèbres.

    Ma correspondante poursuit: « Sitôt chassé par l'éblouissante lumière de l'amour de Dieu, Prince Satan se retirera-t-il simplement dans l'espace et le temps infinis, emportant avec lui ses ténèbres? Ne considérera-t-il pas, à un moment donné, qu'il a intérêt à s'unir avec le Créateur dans l'équilibre et l'harmonie ou bien est-il à jamais tenu de défier la volonté de Dieu? »

     Vous devez avoir un positif et un négatif - et non l'un des deux seulement - et il n'est pas possible que Satan se sauve à bride abattue pour échapper à un Dieu imaginaire le poursuivant avec acharnement. Si une telle chose se produisait, il y aurait une stase - un état dans lequel tout serait stationnaire et où rien ne pourrait bouger. Je répète, à nouveau, que vous devez avoir un positif et un négatif - l'un étant aussi important que l'autre - et que sans un négatif vous ne pouvez avoir le positif.

    Cette même personne me dit: « Il y a eu une guerre dans les cieux et, de ce fait, on peut imaginer qu'il fut un temps où une unité complète a existé entre les êtres et les choses, sans conflit entre  positif et négatif. D'il en est ainsi, ce conflit est-il maintenant irrévicable?

    Mais, chère Madame, il ne s'agit pas de conflit dans le sens d'une bagarre entre un bon type et un mauvais gars. Il ne s'agit pas de ça du tout. Prenez une batterie et une ampoule électrique; quand vous tournez le commutateur, vous ne faites que compléter le circuit de façon que, positif et négatif étant connectés à l'ampoule, vous obtenez une lumière. Si, donc, vous supprimez le vieux Satan - ou négatif (appelez-le comme il vous plaira) - la lumière s'arrête, tout se stoppe et, n'ayant plus rien à faire, la pauvre vielle batterie ne tarde pas à se décrépir et à mourir. Faites l'essai vous-même. Achetez une batterie et deux longueurs de fil; reliez la batterie et l'ampoule, et vous obtiendrez de la lumière. Déconnectez alors le négatif, et vous n'aurez plus rien. Les choses sont aussi simple que cela. Cette « lutte sans fin », c'est l'image même de la vie. Un bébé lutte pour quitter le ventre de sa mère; à mesurequ'il se développe, il lutte contre la maladie, contre les crampes, puis pour faire ses dents - et là sa lutte n'est plus silencieuse, mais horriblement sonore! La lutte ne cesse jamais, tout au long de la vie. Certains luttent pour éliminer un associé ou un supérieur dont ils convoitent la place. La lutte, croyez-moi, est inévitable! N'êtes-vous pas obligée de lutter, le matin, pour vous arracher à votre lit?

    La lutte ne s'arrête qu'avec la vie. Quand votre existence finit sur cette terre, vous rejoignez une autre existence et vous recommencez à lutter, de façon peut-être plus courtoise, mais - comprenez-moi bien - c'est encore une lutte.
 
 
 

    Mon interlocutrice poursuit: Je suis affligée à l'idée d'un éternel combat entre un bonheur tenant de l'extase et un désespoir fait de vide - combat auquel on ne peut se permettre de prévoir une fin heureue. Mais - tout comme pour l'exploration et l'analyse des vérités qui tout d'abord m'ont alarmé -- j'ai la ferme conviction que la vérité, quoi qu'elle soit, nous libérera lors du dénouement final. »

    Nous y voilà! Je vous dis la vérité - comme je l'ai d'ailleurs fait dans tous mes livres; aussi, si vous m'aviez cru, vous connaîtriez déjà la vérité et vous sauriez que nous luttons tous pour atteindre un objectif final. Celui-ci ne consiste pas à s'asseoir au milieu d'un groupe de hippies devant un poster coloré de quelque Dieu plus grand que nature et tout décoré d'or. Dieu est tout autre chose. Dieu est complètement différent de l'image que s'en font les chrétiens moyens. La façon dont ils l'imaginent n'est rien d'autre qu'une parodie de la représentation que les anciens « païens » avaient de leurs dieux de l'Olympe. Pour ces derniers, Jupiter menait joyeusement vie, au sommet de quelque mont mythologique, en compagnie d'autres dieux et déesses. Tout ce qu'on peut dire, c'est qu'ils ne devaient pas avoir très chaud là-haut, car l'imagerie nous les montre assez pauvrement couverts, et, s'ils ont jamais cabriolé, au sommet de leur montagne, dans un pareil dénuement vestimentaire, ils étaient sans doute contrains de ne jamais s'arrêter s'ils ne voulaient pas geler. De toute façon, revenons-en au sujet.

    Débarrassons-nous tout d'abord de tout parti-pris et consédérons le vrai problème - prenons le communisme. Au début, des gens se sont pris à penser: « Pourquoi certaines personnes auraient-elles tout? Nous sommes les ouvriers et, nous aussi, nous voulons tout. » Ils se sont donc rassemblés et ont formulé une manière de politique. Leur théorie étaient que tous les hommes et toutes les femmes doivent être égaux et que chacun doit posséder la même quantité d'argent; ils oubliaient simplement que, dans ce domaine, ce qui est vrai aujourd'hui ne le serait pas nécessairement demain. Mais, n'appréciant pas le fait qua, pour les « capitalistes » les choses continuaient comme par le passé, les communistes élaborèrent une sorte de politique - si on peut employer ce terme - dans laquelle toutes les valeurs du capitalisme étaient complètement inversées; cette idéologie formulée, ils partirent alors évangéliser, à la recherche de gens à convertir, même s'il s'agissait pour cela d'amener ces émules à quitter leur travail et à connaître la famine et même si leur action signifiait la misère pour le monde.
 
 
 

    Les premiers Romains et les premiers Grecs avaient une fort bonne religion et un excellent code de vie et les gens étaient très heureux - beaucoup plus que ceux d'aujourd'hui. La liberté dans le domaine sexuel, par exemple, état plus grande et d'une qualité plus pure. Il y avait plus de camaraderie entre hommes et femmes; mais cet état que connaissaient les Grecs et les Romains suscita la jalousie d'un petit groupe de gens qui considéraient que tout ceci était trop beau pour être naturel. Se saisissant alors des Enseignements d'un grand homme, ils les altérèrent, les déformèrent et prirent le contre-pied de tout ce qu'avaient fait Romains et Grecs. Le sexe devint quelque chose de méprisable et de malpropre et ne fut permis aux hommes que comme un encouragement à faire certaines choses que les prêtres désiraient leur voir faire. Au lieu d'être les égales des hommes, comme elles l'avaient été au temps heureux des Grecs et des Romains, les femmes devinrent des esclaves, des biens meubles dont les hommes disposaient selon leur bon plaisir. Mais on rencontre souvent ce genre de situation quand ces petits groupe - qui, de plus, sont composés d'homosexuels - se mettent à détester tout le monde. Et, ainsi, au cours des années, les chrétiens n'ont eu qu'une idée, convertir et convertir à tout prix - même au prix de la vie du converti concerné. Si la chose vous semble étrange, rappelez-vous les Croisades - des gangs de brigands armés violant la retraite de populations aux tendances les plus pacifiques. Et, si cet exemple ne vous suffit pas, méditez sur la cruauté de l'Inquisition espagnole, où on « torturait un homme pour sauver son âme ». Quelle montagne de foutaise! Tout le monde, bien sûr, ne voit pas les choses de la même façon et, sur un même sujet, les points de vue diffèrent.

    Et tout ce verbiage sur l'existence d'autres « vérités ». La vérité est que les humains sont sur cette terre pour acquérir une forme de développement qui fera d'eux des créatures plus riches en spirritualité et, s'ils ne le font pas, d'autres créatures prendront leur place. Il en est de même pour les plantes; le jardinier les met en terre, puis les soigne avec attention; s'il constate qu'elles ne se développent pas comme elles le devraient, eh bien! il les arraches et les remplance par des plantes d'une autre espèce. C'est ce que sont les humains et aussi les chevaux et les porcs; différentes plantes, différents développements, différentes choses qui sont observées sur cette terre.

**************************

 Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 46 à 48)(Extrait 06)}. Une Paix Totale et définitive!!!

    « Si quelque chose comme une paix totale et définitive gagnait les mondes des êtres rationnels, les mondes opposés seraient-ils voués à un sort contraire, c'est-à-dire voués pour l'éternité au soi-disant enfer? Ou bien leur dénouement en serait-il un, fait, lui aussi, d'une sorte de paix, se manifestant de façon opposée - quelle qu'elle puisse être? Tous les dieux, êtres intelligents et rationnels, n'apprendront-ils pas, un jour, les leçons nécessaire et ne retourneront-ils pas à une conscience totale et à une unicité avec le Créateur? Ou bien serait-il toujours dans Son plan d'amour infini de créer continuellement de nouveaux êtres qui peuvent choisir de se donner à Lui après avoir livré un terrible combat entre forces positives et négatives, autrement dit, entre le « bien » et le « mal »? Ensuite, après avoir passé tous leurs tests et être retournés à Dieu, seront-ils suivis par dautres êtres nouvellement créés, en une création sans fin? »

    Si la « paix » gagnait ce monde - une paix parfaite, s'entend - cela signifierait alors que les gens, ici, n'auraient pas à revenir sur cette terre; ils auraient appris une leçon, celle qui consiste à maintenir la paix, et ils avanceraient vers quelqu'état supérieur d'évolution où ils pourraient retrouver l'école et y apprendre autre chose. Mais toute cette histoire de « retour à Dieu » est une sottise. Vous ne retournez pas à Dieu à la fin de votre vie terrestre comme un petit enfant retourne vers sa maman ou son papa. Ce n'est pas du tout ainsi. Beaucoup de choses, d'innombrables choses, sont à apprendre. Il y a des milliards d'années à vivre en différentes étapes; et, en rapport avec ceci, je dois vous dire que j'ai reçu une lettre très injurieuse de deux personnes - un homme et une femme - vivant en Australie. Ils affirment qu'ils ont été « en contact avec les Jardiniers de la Terre », que ces « Jardiniers de la Terre » ne feraient jamais le moindre mal à un humain. Oh Dieu! Ces gens d'Australie sont sûrement un peu fêlés... autrement on ne comprendrait pas. L'humanité n'est pas la forme la plus élevée de la création; elle n'en est qu'un spécimen, tout comme une fourmi en est un autre. Un ver solitaire apprend une certaine chose et l'homme, une autre - ou plutôt devrait apprendre, ce qui est bien différent.

    Mais permettez-moi, à nouveau, de déclarer de façon définitive que nous sommes sur cette terre pour apprendre et accomplir certaines choses, et que la vie continue indéfiniment en cycles. Je préfère voir ceci comme le mouvement du pendule. Il est au sommet de son oscillation, et c'est alors l'Âge d'Or, où tout est merveilleux, paisible, mais où personne n'apprend. Puis, le pendule retombe, et tout va de mal en pis. Et, quand nous atteignons le point le plus bas de l'oscillation, c'est l'heure des guerres, des crimes et autres horreurs. Ce point atteint, le pendule reprend, insouciant, son mouvement vers le haut. C'est de nouveau l'Âge d'Or, cette époque heureuse où personne n'apprend, car c'est un fait, un fait navrant, mais cependant un fait, que seules la souffrance et les difficultés sont une source d'enseignement; quand un être a tout ce qu'il désire, il ne songe qu'à s'installer dans son confort et ses privilèges et ne fait pas le moindre geste pour s'aider lui-même ou aider les autres.

**************************

 Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 49)(Extrait 07)}. Rencontre des contraires individuels, ou Âme soeur?

    Une autre personne m'écrit: « Est-il possible que nous rencontrions nos contraires individuels? »

    Je présume que, par là, il entend l'âme soeur, et, si c'est bien ce qu'il veut dire, alors la réponse est non; vous ne rencontrerez pas votre âme soeur en ce monde, car, si cela était, vous seriez complet et, de ce fait, vous ne pourriez demeurer sur la terre. Vous ne pouvez rester en ce monde que si vous avez quelque chose qui vous y « amarre » - un queconque défaut ou imperfection. Les êtres qui vienent de par-delà les sphères sont comme des plongeurs; ils sont contraints, pour rester en submersion dans ce monde morne, de porter l'équivalent d'une ceinture de plomb et de bottes du même métal. Ainsi, donc, s'il arrivait qu'une personne rencontre son âme soeur, ce serait une situation qui approcherait au plus près la perfection et, dans un monde tel que celui-ci, la perfection est impossible. Aussi, pour rencontrer votre âme soeur, vous devrez attendre d'avoir quitté ce monde.

**************************

 Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 49 à 53)(Extrait 08)}. Doit-on trouver Dieu seul; chacun pour soi, solitairement?

    Une autre personne me dit: « Vous déclarez en termes définitifs que chacun de nous trouve Dieu par son seul effort personnel et qu'il ne doit, pour le faire, dépendre d'aucune aide extérieure. Voulez-vous dire par là que la responsabilité qui consiste à se confier à Dier, librement, repose entièrement sur les épaules de chaque individu et que, sans tenir compte du bien ou du mal qui lui a été fait par les autres, chaque homme choisit sciemment la ligne de sa vision? La vérité et la justice - ou la tromperie et l'injustice - peuvent, bien sûr, influencer le cours de nos vies, soit vers la lumière, soit loin d'elle, mais n'est-ce pas l'application de la Règle d'Or qu'il est vital pour chacun de pratiquer et, en conséquence, d'aider les autres? »

    Je dis, de façon définitive, que chacun de nous doit ne dépendre que de soi. Il est sot d'sdhérer à des cultes, des associations, des instituts, ect., etc. Et d'en attendre le « salut », parce que tous ces cultes ne sont qu'à « but lucratif »! Voyez la chose de cette façon: une personne meurt - quitte cette terre pour le royaume astral - et cette personne se rendra au Hall des Mémoires et répondra de ce qu'elle a fait et n'a pas fait. Personne ne sera là, à l'exception de l'âme nouvellement arrivée (appelez-la entité si vous voulez), et la connexion avec l'Inconscient, ou « surmoi ». Je vous répète avec insistance: vous serez seul et vous répondrez seul. Personne ne le fera pour vous et vous n'aurez là ni le secrétaire ni le directeur d'un de ces cultes ou groupements en question. Aucun de ceux-ci ne s'avancera pour parler à votre place.

    Vous devrez vous présenter seul, nu et probablement honteux de l'être. Et, si vous rejetez sur cette terre toute idée de ces associations et de ces cultes, alors vous acquerrez la préparation qui vous permettra de répondre seul quand vous atteindrez l'Autre Rive.

    S'il s'agit pour vous de répondre à votre « surmoi », vous aurez besoin, bien sûr, d'avoir quelques bonnes réponses, et, pour cela, le meilleur moyen est d'obéir à la Règle d'Or, laquelle est: Faites aux autres ce que vous aimeriez qu'ils vous fassent. La personne qui m'adresse cette question me donne l'impression de se livrer à toutes les contorsions mentales possibles pour échapper à la vérité, la simple vérité qui est celle-ci: vous devez apprendre à être responsable, seul, de vous-même et, si vous aidez autrui par adhésion et obéissance à la Règle d'Or, alors vous inscrirez un sérieux crédit à votre compte à la banque astrale.
 
 
 

    Laissez-moi spécifier que Dieu ne se tient pas là-haut avec une grande canne à la main, pas plus que le diable ne se présente avec des fers chauds. Dieu est une force positive et le diable, une force négative; ce ne sont pas des personnages se livrant à la louange ou à la torture. Durant votre séjour sur cette terre, il ne vous est pas possible de comprendre les choses qui se produisent  dans beaucoup d'autres dimensions. De même, une limace assise sur un peu de vase au fond de la mer serait dans l'incapacité absolue de comprendre à quelle expérience se livrent des hommes allant sur la lune ou ce que font les habitants des gratte-ciel; elle ne s'expliquerait pas davantage la commotion provoquée par la mise en marche d'une télévision. De la même façon, il est tout aussi impossible aux gens vivant ici, dans la 3e dimension, d'essayer de comprendre ce que font ceux qui vivent dans la 9e, la 10e ou la 20e dimension. Ainsi, tout est relatif. Nous pourrions, dans une certaine mesure, comprendre ce que font les gens sur terre, mais comment nous serait-il possible de tenter de comprendre ce que font ceux de la 20e dimension? La compréhension des concepts d'une autre dimension ne vous est possible que si vous avec eu une quelconque expérience de cette dimension.

    Actuellement, vous avez vaguement appris à penser que tout est vibration. Tout, en effet, est vibration - sur n'importe quelle planète, dans n'importe quel système ou n'importe quel univers, et ceci nous donne une faible explication des autres dimensions. Il est rare, en vérité, qu'une personne sente un son ou voie un son et, cependant, tous les sons sont des vibrations et font partie de la même échelle. Il existe des entités qui peuvent voir le son et des animaux capables d'entendre différents sons - ceux qui sont au-delà de la portée humaine. Les chiens, par exemple, répondront à un coup de sifflet qui, pour un homme, ne sera pas perceptible. Les chats voient les couleurs sur un spectre différent: pour eux, le rouge est argent. Mais, pour avoir une autre explication qui pourrait être utile, essayez de résoudre ce qui suit par vous-même.
 
 
 

    Prenons une personne née aveugle. Vous avez la tâche de lui expliquer la différence entre le jaune et l'orange. Comment allez-vous faire? Vous ne le pouvez pas. Vous n'avez aucun moyen d'expliquer à un aveugle la différence entre le jaune et l'orange ou entre l'ambre et le brun. Si cette personne était particulièrement sensible et pouvait sentir la différence, vous pourriez peut-être lui expliquer celle qui existe entre le vert et le rouge. Mais vous réféchissez au problème, vous voulez savoir à quoi ressenblent les autres dimensions et, pour ça, vous supprimez une dimension que vous connaissez, vous supprimez la vue. Comment alors allez-vous expliquer à quelqu'un qui n'a jamais joui de la vue la différence entre le rose et le rouge?

    Prenons  maintenant le cas d'une personne complètement sourde; comment allez-vous lui faire sentir la différence entre deux notes musicales extrêmement proches? Pas facile, hein? Aussi - à moins que vous ne puissiez répondre à mes questions - je ne peux rien vous dire des expériences de la 9e dimension.

**************************

  Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 53 à 56)(Extrait 09)}. Le Bien et le Mal n'existe pas => pas besoin de jugement?

    « Selon les philosophes Zen, le bien et le mal n'existent pas, ce qui élimine le besoin de jugement. »

    Qu'avez-vous à dire? Je crois voir ce qu'il y a derrière cela: à l'échelon suprême des choses, le « bien » et le « mal » sont bien autres que ce qu'ils sont sur terre. Ici bas, il existe des lois et des règles que l'on doit respecter dans l'intérêt de ce qu'on pense généralement être le bien commun. Il n'est pas bien, par exemple, de voler et, partant, il sera préférable - au moins, en théorie - de mourir de faim plutôt que de voler de quoi se nourrir. Si un fumeur, dans un moment d'étourderie, met sa pipe allumée dans la poche de son pantalon et que celui-ci prenne feu, il ne devrait donc pas - en théorie - le retirer, parce qu'alors, se trouvant nu, il serait indécent et pourrait, en fait, être accusé d' « outrage à la pudeur ». Laquelle des deux solutions considérez-vous préférable et plus juste? Se laisser griller ou s'exposer impudiquement aux regards?

    Une parenthèse pendant que nous en sommes au sujet des indécences: dans certains pays la femme doit avoir le visage couvert et peut fort bien, tout en demeurant parfaitement décente, dénuder toute la partie inférieure de son corps. Dans d'autres régions, l'idée de décence est complètement inversée. Ainsi, donc, nous voyons que le concept de décence varie avec les latitudes. Les idées de bien et de mal, de juste et d'injuste sont des institutions de l'homme et n'ont aucun fondement stable au-delà de ce monde. D'un autre côté, si l'on procède à son propre jegement dans le Hall des Mémoires, on doit le faire selon les critères en vigueur au cours de sa vie sur la terre. Mais le fait d'avoir transgressé des lois purement artificielles - si vous vous êtes, par exemple, dévêtu en public - sera sans importance et nullement considéré comme une offense dans la Réalité supérieure du monde astral. De toute fçon, pourquoi les chrétiens, qui pensent que l'Homme est fait à l'image de Dieu, font-ils un tintamarre terrible quand une personne se montre nue? Veulent-ils dire par là que Dieu est indécent? Mais ceci, de toute manière, n'est qu'une réflexion personnelle.

    Ce qui importe dans l'acte de vous juger, c'est que vous aurez à répondre à des questions comme: Avez-vous fait du mal à quelqu'un? avez-vous rendu service à une autre personne? Voici un exemple: Une personne a un job que vous convoitez; vous vous voyez à ce poste; vous complotez donc de façon à la faire renvoyer, et vous prenez sa place. Vous avez, en vérité, commis un péché, parce que votre acte va à l'encontre de la loi de l'Univers, laquelle loi dit : « Ne fais pas de tort à autrui. » Mais, si pour aider quelqu'un à obtenir un emploi - que vous le savez capable d'assumer - vous dites un de ces mensonges innocents, alors vous n'aurez pas mal agi.
 
 

    Très loin et très au-dessus des lois de pacotille et des règles de l'humanité, se situent les grandes lois fondamentales qu'on ne peut enfreindre qu'à ses risques et périls. Sur terre, les lois humaines ne sont pas faites pour l'individu, mais pour la majorité - et bien souvent une loi visant à servir les intérêts de la majorité ne le fait qu'au préjudice de l'individu.

    N'importe? C'est une de ces choses qu'il faut accepter si l'on est assez cinglé pour choisir de vivre en communauté. La liberté est une chose relative. Si nous étions libres de faire absolument n'importe quoi, alors nous pourrions pénétrer chez n'importe qui et emporter tout ce qui nous plaît, ce qui, en fait, sne serait pas au bénéfice de la communauté dans son ensemble; il existe des lois destinées à protéger la majorité contre la minorité et c'est à nos propres risques et périls que nous enfreignons ces lois - risques et périls sur cette terre, s'entend; au-delà de celle-ci, la plupart de ces lois n'ont plus la moindre importance. Voulez-vous me dire l'importance qu'il y a à ce qu'une personne achète un paquet de cigarette après huit heures du soir en Angleterre? Cette interdiction n'est qu'en enfantillage né dans le cerveau de quelqu'un, et peu importe si personne n'a jamais compris le sens de cette loi!

**************************

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 56 et 57)(Extrait 10)}. Vie, Enseignement, Assistance et Supervision et Dimensions!

    On me soumet ici une autre question: « Si j'ai bien compris, les entités de la 4e et des autres dimensions sont extrêmement occupées à aider les âmes de cette dimension - la 3e - et y restent uniquement pour nous aider au-delà de ce monde. Qu'en retirent-elles? »

    Mais non, ceci n'est pas vrai! Considérons la vie - toute la vie - comme une école. Oh, bien sûr! j'entends déjà les gens me dire: « Mais vous vous répétez... Vous nous avez déjà ça. » Mais il faut croire que je n'ai pas été suffisamment clair, puisqu'on ne semble pas m'avoir compris. ... Donc, toute la vie est une école. Différentes classes, différents niveaux. Il se trouve que sur cette terre nous sommes en 3e (dimension). Les gens de la 4e dimension sont en 4e année... et ainsi de suite. Dites-moi sérieusement, en essayant de vous souvenir du temps où vous fréquentiez l'école, si les étudiants restaient volontiers, une fois leurs cours terminés, pour aider ceux d'une classe en-dessous d'eux? Ils les considéraient plutôt comme indignes de leur attention. N'ai-je pas raison? Aussi, laissez-moi vous dire ceci: il se trouve que des gens qui sont des instituteurs se laissent convaincre et s'offrent spontanément à prendre en charge la classe de 3e et, quand ils y sont affectés - descendant ainsi dans une classe inférieure à celle où ils étaient - ils découvrent que les élèves en question n'ont pas le moindre désir d'apprendre et de progresser (l'aviez-vous quand vous étiez écolier?).  Ainsi, le malheureux maître s'entend critiquer méchamment et, finissant un jour par en avoir assez de sa classe, dit alors au directeur: « Désoleé, mais je ne peux plus supporter ces petits bons à rien... et, si vous ne me changez pas de classe, ils me rendront encore un peu plus timbré. Que pouvez-vous faire pour moi? »

    Aussi, croyez-en mon expérience, les maîtres ici-bas - maîtres venus d'autres dimensions - se donnent beaucoup de mal pour faire quelque chose qui soit susceptible d'aider les gens qui sont dans 3e dimension. Et, si ces derniers voulaient bien apprécier un peu mieux ce qui est fait pour eux, ils progresseraient beaucoup plus vite, car les maîtres, même les meilleurs, se lassent un jour d'être toujours persécutés.

**************************

 Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 57 et 58)(Extrait 11)}. Dieu.

    On me réprimande en me disant: « Oh! mais vous ne pouvez pas en rester là! Les gens ne comprendraient pas ce que vous voulez dire par « Dieu »! Vous dites parfois que Dieu est un concept et d'autres fois qu'il est une personne. Comment allez-vous justifier ces différences? »

    Oh là là! Un ennui ne vient jamais seul. Vous êtes bien de mon avis? Eh bien! je dirai qu'il y a dieux et dieux. L'individu moyen prie son Dieu. En fait, les prières vont directement à l'Inconscient (au « surmoi »); mais, si vous voulez vous adresser un peu plus haut, vous pouvez alors prier le Manu de la planète. Et, si vous avez des « relations » là-haut, vous pouvez adresser vos prières au Manu de l'Univers. Comme j'ai essayé de l'expliquer dans mes livres (apparemment sans grand succès!), le « système-Dieu » ressemble beaucoup à une chaîne de magasins où le directeur de chaque succursale est « Dieu » pour sa cohorte de sous-ordres. Mais, pour tous ces directeurs, le Dieu, c'est le président de la compagnie. Aussi, disons clairement qu'on peut prier toute personne qu'on considère comme étant « Dieu ». Ce peut être le « surmoi », ou un Manu, ou un Chef Manu, ou même le Dieu de l'Univers. Mais il n'est absolument pas le « Dieu supérieur ». Celui-ci est quelque chose de totalement différent - quelque chose qu'on ne peut considérer actuellement que comme un concept; ceci parce que, comme je vous l'ai déjà dit, il n'est pas possible, avec des concepts tridimensionnels, de discuter des choses à 10 ou 20 dimensions. Aussi, continuez donc à regarder votre Dieu comme une personne ou une entité, mais tout en comprenant qu'il existe quelque chose d'infiniment plus élevé que tout ceci.

**************************

 Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 63 et 66)(Extrait 12)}. L'Acuponcture.

    On me dit: « J'ai beaucoup lu sur les merveilles réalisées grâce à l'acuponcture, mais personne ne semble capable d'expliquer avec précision comment cette méthode agit. Les 12 points importants d'insertion de l'aiguille pourraient-ils correspondre aux 12 centres psychiques du corps, ce qui expliquerait « le mystère » et apporterait peut-être un lien entre la 3e et la 4e dimension? »

    Il est exact que l'acuponcture est entourée de mystère. La presse a malheureusement dramatisé les choses à l'excès. L'acuponcture est infiniment plus répandue dans les pays orientaux qu'en Occident, et y est beaucoup plus efficace. Les raisons de cet état de choses sont assez évidentes.

    Les humains - c'est une vérité que je ne cesse de répéter - ne sont que des marionnelles de l'Inconscient (le  « surmoi »). Quand êtes-vous allé pour la dernière fois voir un spectacle de marionnettes? En avez-vous jamais eu une dans les mains? Même la plus simple d'entre elles est munie d'une ficelle qui contrôle la tête et d'autres qui commandent les bras et les jambes, ce qui fait que cette marionnette très simplifiée est équipée de 5 contrôles. Combien de ficelles peut donc avoir un humain, vu l'espèce de marionnette compliquée qu'il est?

    L'acuponcture agit en interceptant le cours d'un nerf touché par une défectuosité.

    Le processus d'acuponcture met temporairement hors circuit la partie défectueuse du système nerveux et fait aller une stimulation en direction inverse, ce qui provoque un considérable allègement de la souffrance.

    Revenons à notre marionnette; l'opérateur a en mains les ficelles; mais la main de l'opérateur est contrôlée par le cerveau de celui-ci, si la marionnette ne se comporte pas très bien, ce peut être dû au fait que la main de l'opérateur n'arrive pas à exécuter les ordres venant du cerveau. Maintenant, disons que la marionnette est un être humain et que la main est le cerveau de cet humain; nous pouvons voir alors que, si le cerveau est incapable de transmettre les messages exacts aux membres ou portions quelconques du corps, ceux-ci fonctionnent mal; s'il s'agit d'une véritable marionnette, il est sans doute possible d'allonger ou de racourcir une ficelle et de procéder ainsi à une réparation temporaire. C'est ce genre de chose que nous faisons - en principe du moins - avec l'acuponcture
 
 
 

    Mais pourquoi, vous demanderez-vous, les résultats sont-ils meilleurs avec l'Oriental? Eh bien! l'Oriental a un ensemble de vibrations différent de celui de l'Occidental. Il est davantage occupé par les choses de l'esprit - par la vie après la mort, par les valeurs morales et l'éthique. Et, ainsi, l'Oriental est plus apte à accepter comme une réalité le fait que l'introduction d'une ou de deux aiguilles dans une antomie puisse causer une diminution spectaculaire des maux physiques.

    L'Occidental s'intéresse dabantage à l'aspect matériel de la vie; il est plus préoccupé par l'idée d'acquérir un pouvoir sur les autres, de gagner très vite beaucoup d'argent et surtout de ne s'en séparer que pour se procurer ce qui peut augmenter le confort de sa propre petite personne.

    L'Occidental est un matérialiste qui ne croit qu'en les choses dont il peut se saisir, celles qu'il peut démanteler et, quand il les a irrémédiablement détruites, il dit alors: « Tiens, c'est drôle! Ça marchait, après tout. Dommage de les avoir détruites pour prouver qu'elles fonctionnaient!

    Je pense même que la Bible chrétienne est pour quelque chose dans le fait que, à moins d'être comme un petit enfant, on ne peut entrer au Royaume de Dieu. D'accord, à moins d'être d'une simplicité enfantine et de croire avec foi qu'il est des choses que, sur terre, les humains ne peuvent expliquer, on ne peut tirer aucun bienfait de l'acuponcture.

    L'acuponcture n'est nullement une thérapeutique fondée sur la prière et la suggestion; la foi n'y a aucune place, car l'acuponcture est un véritable traitement. Mais il faut, avant tout, que vous ayez le métabolisme de quelqu'un de sensé, capable d'accepter la réalité qu'une guérison va être opérée. Attention, ceci est très différent de la thérapeutique de prière et de suggestion. Certains disent: « Vous avez beau m'en avoir donné la preuve, je ne le crois pas. » (Tout comme la vieille dame qui, voyant une girafe au zoo, s'était exclamée: « C'est une blague... Un animal comme ça n'existe pas! ») Ainsi, aussi talentueux que puisse être un acuponcteur, si la personne qu'il traite n'a pas la perception spirituelle nécessaire, la guérison ne se produira pas - et la presse, à l'affût de l'échec, se ruera alors sur le cas pour le monter en épingle et décourager les autres, ceux qui, sans l'intervention nuisible des journalistes, auraient été guéris.

**************************

 Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 66 et 71)(Extrait 13)}. Où allons-nous après la 3e dimension?

    « Doit-on nécessairement retourner dans la 4e ou 3e dimension - ou même dans la seconde ou la première - après avoir existé quelque part entre la 5e et la 9e dimension, pour la raison qu'on a mener une vie dissolue dans un de ces plans plus élevés? »

    La réponse est définitivement « non ». Si un homme a été un méchant garçon dans la 3e dimension, il ne retourne pas dans la seconde. C'est un peu ce qui se passe dans le système scolaire: quand un élève a fait une mauvaise 3e, il redouble, mais il ne descend pas dans la classe en dessous.

    De la même façon, une personne qui lutte tout au long de l'École de l'Évolution ne revient pas à l'échelon inférieur, mais au même. Ainsi, donc, si vous vous conduisez mal ou que les leçons ne vous servent pas, alors vous reviendrez sur cette pauvre misérable terre, où les conditions, pour un bon bout de temps, vont être un peu plus dures.

    Les gens reviennent dans des dimensions inférieures pour des raisons particulières; ce sont des volontaires (vous vous rappelez la vieille histoire de l'armée des volontaires où le sergent dit: « Hé, vous! Je veux dix volontaires - vous, vous et vous! »). Il est très possible que les gens des dimensions supérieures qui jettent un regard sur la terre frissonnent devant ce qu'ils voient. Alors, ils s'en retournent et viennent à la conclusion que quelqu'un - un quelconque spécialiste - devra revenir sur terre en volontaire, chercher ce qui ne va pas, puis, l'ayant trouvé, aider les habitants de la terre à marcher dans le droit chemin.

    Ceci implique la présence de quelques obstacles, car une des plus grandes lois est celle selon laquelle vous ne pouvez pas utiliser à votre propre bénéfice le savoir que vous avez acquis dans une autre dimension: vous devez vivre comme un habitant de la 3e dimension et vous contenter des moyens d'actions inhérents à cette 3e dimension.
 
 
 

    Une autre anicroche courante est que, étant « différent », le volontaire est l'objet de persécutions et, le plus souvent, détesté parce que sa personne, en effet, est un élément étranger, une sorte d'écharde dans le corps de la terre. Et Dieu sait que personne ne tolère une écharde piquée dans une partie quelconque de son anatomie et ne connaît de répit avant de l'avoir extirpée. Pour les volontaires, c'est aussi l'expérience pénible qui consiste à découvrir qu'ils ne sont nullement populaires. Peu importe qui ils sont. Même le Christ a été persécuté, et Moïse en a eu plus que sa part. Et, au cours de leur existence, ils n'étaient pas populaires, on les considérait plutôt comme des vertueux et des fouineurs. Ce n'est que lorsqu'un de ces volontaires a quitté la sphère terrestre depuis plusieurs années que les habitants de la terre commencent à entrevoir que la personne en question avait peut-être fait, après tout, beaucoup de bien; on la glorifie alors en rédigeant une Bible - ou deux. Mais disons que, pour ce volontaire, ça n'est pas d'un grand secours. Vous ne pensez pas?

    Au stade actuel, le succès des efforts des malheureux volontaires est rendu très difficile par l'action des journalistes; ceux-ci, en effet, sont toujours à l'affût de quelqu'un qui est « différent » et, si une personne se refuse à « faire le jeu » de la presse, alors elle est persécutée, traitée de truqueur - et ceci ne fait que réduire  encore un peu plus les chances de réussite de ce qu'elle essaie de faire. La tâche à laquelle elle se donne volontairement est peut-être en très bonne voie, quand surgit soudain sur sa route un reporter qui invente sur son compte une sordide petite histoire accompagnée de « documents »; de telles actions sont on ne peut plus nuisibles à la réussite de toute tâche.

    Il y a une autrequestion qui me semble trouver sa place ici: « Étant parvenu à la 9e dimension, est-on cristallisé pour ne faire qu'un avec le Créateur - ceci irrévocablement et pour toujours? »

    Eh bien, non! l'on n'est jamais « cristallisé », car il existe toujours quelque chose de plus élevé à atteindre. Vous savez qu'on dit qu'« il y a toujours de la place au sommet d'une échelle! » J'ai souvent fait référence à la 9e dimension, mais laissez-moi vous donner un nouveau but, la 900e dimension. Je ne vois pas la nécessité d'essayer de vous expliquer ce qu'est cette 900e dimension; mais elle existe, de même que d'autres plus élevées encore. Mais, s'il ne vous est pas possible de comprendre la 4e et la 5e, comment pourriez-vous commencer à avoir la moindre lueur sur la 900e.
 
 

    On s'élève, on s'élève de plus en plus. Si on lutte centimètre par centimètre tout au long du chemin, on mettra, bien sûr, plus de temps à s'élever; mais chacun a toujours sa chance, et j'affirme de façon formelle que personne n'est jamais détruit, même pas les journalistes. Vous pensez que je continue à m'en prendre à ces gens-là? J'ai mes raisons pour ça. J'ai eu une foule d'ennuis avec eux - en Angleterre, en Allemagne, en France et également, comme vous le verrez plus tard, au Canada français. Mais je ne suis pas amer et je ne leur en veux pas, ni à eux, ni à personne. Mais n'est-ce pas un peu stupide que de rester là. assis gentiment comme Ferdinand le Taureau, en se contentant de respirer les fleurs, pendant que des gens malveillants glissent des peaux de bananes sur votre route? Surtout ne croyez pas que j'attaque les journalistes sans raison.Je ne fais que rétablir les faits. Ce sont eux qui ont inventé toutes les histoires qui courent sur mon compte!

    Mais revenons au sujet des dimensions: Hitler ou Staline et quelques autres de cet acabit ne seront pas rejetés dans la première dimension. Même pas dans la seconde. Ils reviendront dans la 3e. Et laissez-moi vous glisser quelque chose à l'oreille. Êtes-vous prêt à entendre une histoire savoureuse? alors la voici.

    C'est un fait que les vrais scélérats et les tyrans de cette vie reviennent dans une nouvelle vie comme des prédicateurs tonitruants. Par exemple, un homme qui, dans une vie, a été un véritable perverti sexuel peut revenir prêchant contre le sexe sous toutes ses formes - ceci sans se préoccuper le moins du monde du moyen grâce auquel sera assurée la continuité de la race humaine. De même, la brute qui a dirigé la torture dans un pays de violence reviendra peut-être sous les traits d'un médecin particulièrement humain. Il s'agit, vous le voyez, de compensation. Il faut équilibrer les choses. Donc, si vous êtes dans une vie un véritable bandit, vous avez toutes les chances de revenir, dans la prochaine, sous les traits d'un petit saint. Ceci parce que, votre passage dans le Hall des Mémoires vous ayant permis de mesurer quel gâchis vous avez fait de toutes choses, vous serez empli de remords; vous n'aurez qu'une idée: cellede réparer, et naturellement vous passerez d'un extrême à l'autre; vous en ferez plus qu'il n'est nécessaire; c'est ainsi qu'un pécheur invétéré sera, en passant sur l'autre rive, un de ces prêtresqui parcourent le monde au galop, avec une mission imaginaire qui consiste à enseigner aux gens à rester assis sur leur derrière en chantant quelques hymnes religieux. C'est pourquoi il n'y aurait rien d'étonnant à voir apparaître, dans les années à venir, un prêcheur prestigieux qui ne serait autre que le vieil Hitler!

**************************

 Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 71 et 72)(Extrait 14)}. La création entière est-elle composée des vibrations de l'octave musicale?

    « La création entière est-elle composée des vibrations de l'octave musicale - la plupart des octaves étant plus élevées ou peut-être plus basses que celles discernables par l'oreille humaine? »

    Tout est vibration, chaque chose est vibration et même la soi-disant matière morte vibre; elle ne pourrait exister s'il en était autrement. Vous ne pouvez entendre le bruit que fait, par exemple, un morceau de roc, mais il est quelque part des créatures qui le peuvent et qui, peut-être, lui donneront de Singing Stone (pierre chantante). Rien à voir, bien sûr, avec les « Rolling Stones ». Mais toute vibration est vie, toute vie est vibration, et les humains ne peuvent percevoir que le plus minuscule spectre de vibrations. Il existe des lieux où les rocs chantent et d'autres où les rocs sont, en fait, des créatures. Peut-être leur faudra-t-il une centaine d'années pour faire le petit mouvement susceptible d'être perçu par les humains, mais, comme ces créatures ont devant elles - à l'échelon terrestre - quelques millions d'années, le rythme de leur déplacement les satisfait pleinement. De toute façon, étant donné qu'elles se déplacent toutes à la même vitesse, elles n'ont pas conscience de leur lenteur!

**************************

 Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 72 et 73)(Extrait 15)}. Terre, Lune et destinée!

      « La terre elle-même est-elle destinée à évoluer à un plan plus élevé? La Lune est-elle sur un plan inférieur à celui de la terre, et est-elle destinée, elle aussi, à se développer à un plan plus élevé et à être remplacée - au niveau originel du plan inférieur de la lune - par une autre création? »

    Ce genre dequestion me fait tourner la tête...

    Pourtant, je dirai sérieusement que la terre est comme une salle de classe. Vous ne diriez pas d'une classe qu'elle évolue, que la 3e évolue soudainement pour devenir la 4e ou la 5e. Une classe est une classe - et pas autre chose. Bien sûr, elle voit passer dans se murs toutes les collections d'étudiants possibles  - tout comme la terre assiste au passage de toutes les civilisations et est de temps à autre la victime de terribles cataclysmes qui meurtrissent la surface de la planète et entraînent à des kilomètres de profondeur toute trace de vie. C'est ce qui explique qu'il n'y ait aucune trace de la  Lémurie ou de l'Atlantide et pourquoi il n'existe aucune trace des civilisations qui ont existé des siècles avant l'Atlantide elle-même.

    Prenez l'exemple du fermier qui, armé de quelqu'outil peu estétique, parcourt le sol, le travaille, le laboure en profondeur afin de préparer une surface fraîche pour la nouvelle semence. C'est ainsi qu'est la terre et ainsi que procèdent les « Jardiniers de la Terre ». Quand une race d'êtres humains dégénère par trop, alors quelque chose se produit qui vient enterrer tout ce qui a appartenu à cette civilisation décadente, et la terre est retournée, afin d'y implanter de nouveaux spécimens.

    La lune - ou les lunes - n'est en aucune façon inférieur à sa soi-disant planète parente. En fait, la lune peut n'être qu'un gros astéroïde pris dans le champ de gravitation de ce monde - lequel est proche de devenir le corps prédominant, tout comme la terre a la lune comme son satellite. Et, ensuite, vous devez vous souvenir également  que les gens sont habitués à la vie sur terre et que seule celle-ci leur paraît acceptable. Ce qui ne signifie nullement que la vie sur la lune doit être identique à celle sur la terre. Les gens pourraient, par exemple, vivre à l'intérieur de la lune.

    On ne peut répondre à cette question que par « non » La terre n'évolue pas vers un plan supérieur. Ce n'est qu'une salle de classe pour des êtres qui, eux, évoluent.

**************************

 Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 74 à 76)(Extrait 16)}. Journaux - Journalistes - Mensonges!

      Le vieil homme leva les yeux, dérangé par un bruit soudain... Une visite. Il n'avait vraiment pas besoin de ça avec tout le travail qui l'attendait. Mais le visiteur s'avançait. « Hé! » dit-il d'un ton exubérant; puis, un peu plus calme, il reprit: « Dites donc, vous ne lisez jamais les journaux de langue française? » « Non, dit le vieil homme, jamais, je ne les lis jamais... même pas un coup d'oeil. »

    « Eh bien! Vous savez que vous devriez, dit le visiteur. On vous y a consacré pas mal de place dernièrement. Je ne sais pas quelle mouche les a piqués, mais ils ont vraiment l'air de vous considérer comme un ennemi personnel. Que se passe-t-il? Ne voudriez-vous pas leur donner une interview? »

    « Non, dit le vieil homme, je ne me propose pas de donner d'interview à la presse, parce qu'en chaque circonstance où j'ai accepté de le faire mes commentaires ont été grossièrement déformés. Il est infiniment préférable de ne voir aucun reporter, car de cette façon nous savons que toute « interview » est purement imaginaire. »

    Le visiteur se gratta le lobe de l'oreille. « Ma foi! je ne suis pas sûr de ça, parce que comment après tout allez-vous dire aux gens que vous ne donnez pas d'interview? Et, même si vous le leur dites, quand on sait comment sont les gens de nos jours, ils ne vous croiraient certainement pas. »

    « Non, répliqua le vieil homme, c'est un de ces cas où, quoi que vous fassiez, vous n'aurez jamais raison. »

    « Je vais vous dire quelque chose, reprit le visiteur. Avant, je prenais votre horreur des journalistes pour de la paranoïa; puis, après avoir lu certaines choses, j'ai compris que vous étiez loin d'être un schizophrène. Il semble que tout le monde a eu des ennuis avec la presse. Écoutez ça. »
 
 

   « C'est quelque chose pour vous, quelque chose que Thomas Jefferson a dit il y a pas mal d'années: « Même les moins renseignés parmis les gens ont appris que rien dans un journal n'est fait pour être cru. » Que pensez-vous de ça? E cette phrase de Churchill... un vrai joyau; il écrit: « L'essence du journalisme américain est vulgarité dénuée de vérité. Leurs meilleurs journaux s'adressent à un public de femmes de chambre et gens de maison sans expérience - et même aussi de gens bien dont ils ont tellement faussé le jugement et le goût qu'ils en sont venus à apprécier ce style. » »

    Le vieil homme sourit et dit: « Oh... j'ai mieux que ça - ou , en tout cas, aussi bien... Vous savez ce qu'a écrit un jour le général William Sherman, un grand général? « Je préférerais, avait-il dit, être gouverné par Jefferson Davis qu'être dupé par une bande de sales gribouilleurs de seconde zone. D'une insolence intolérable, ils entrent dans le camp, viennent fouiner parmi les embusqués pour leur tirer les vers du nez, publient n'importe quels bobards, et l'avidité avec laquelle le public avale ces rumeurs fait que certains de nos officiers vont jusqu'à s'incliner devant eux comme des espions - qu'ils sont en vérité.» »

**************************

 Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 76 et 77)(Extrait 17)}. Hall des Mémoires, décision et avenir!

    Voici maintenant une question qui devrait intéresser beaucoup de gens... : « Si, une fois dans le Hall des Mémoires, je considère que j'ai appris ce pour quoi je suis venu sur terre, avancerai-je sur un plan d'existence comme un esprit ou reprendrai-je une forme humaine, mais pour vivre sur une planète différente, dans un univers différent? »

    Si, une fois rendu dans le Hall des Mémoires, vous considérez avoir accompli ce pour quoi vous êtes venu sur terre, alors vous n'y reviendrez pas. Ceci naurait aucun sens, vu que vous avez « passeé » votre test. À nouveau nous retrouvons l'exemple de la vie scolaire. Vous ne retourneriez pas suivre un cours qui se serait terminé pour vous par un diplôme. Si vous avez réussi votre « examen de passage » - et si vous êtes satisfait de cette réussite - vous pouvez alors rester dans le plan astral pour un temps indéfini ou aller dans une autre forme de monde où, peut-être, la molécule de carbone n'est pas l'élément fondamental de la vie, mais où il y aurait peut-être une molécule de silicium ou quelqu'autre type de matière. Et, là, vous auriez tout loisir d'apprendre, mais dans la gentillesse et non pas dans les souffrances et les épreuves que vous endurez sur cette terre, qui n'est autre chose qu'un enfer. Courage! Il ne durera pas éternellement.

**************************

 Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 77 à 79)(Extrait 18)}. La Routine est-elle la même ailleurs {souffrance, peine et épreuves}?

    « La routine est-elle la même sur le prochain plan d'existence qu'elle l'est sur cette terre: souffrance, peine et épreuves, jusqu'au moment où nous avons appris ce qui nou permet de progresser jusqu'au plan suivant d'existence? »

    Fondamentalement, non, car, à mesure que vous évoluez toujours plus haut, vous avez de moins en moins à souffrir.

**************************

 Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(page 79)(Extrait 19)}. Qu'adviendra-t-il des Planètes?

    « Que va-t-il advenir, finalement, de toutes ces planètes sur lesquelles les gens vivent, de tous ces plans d'existence? Quand vient le temps où tout le monde a traversé tous les plans d'existence  et acquis tout le savoir gagné par ces nombreuses vies, que faisons-nous alors? »

    Vous êtes incapable de discuter ceci, à présent, à cause des limitations de la compréhension humaine tridimensionnelle. Si vous allez de façon consciente dans le monde astral, vous saurez avec précision ce qui s'y passe et, en termes de compréhension terrestre ou même humaine, le cycle d'existence ne finit pas.

[Le début du livre de la COSMOGONIE D'URANTIA traite de ce sujet et tente de nous en   donner une certaine réponse!]

**************************

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 79 et 80)(Extrait 20)}. Il y a de nombreux Univers!

    « Vous nous avez dit qu'il y a plusieurs univers. Notre univers empiète-t-il sur un autre quelconque univers ou n'y a-t-il entre eux que vide et obscurité? »

    Il existe des milliards d'univers. Mais comment vous expliquer une telle chose? Supposez que vous êtes au bord de la mer; le sable est à vos pieds et tous ses grains se touchent; mais vous ne diriez pas qu'ils se chevauchent. Certains sont si minuscules qu'ils ne sont que poussières; d'autres sont des rocs ou même des montagnes et, en fait, tout comme il y a du sable sous la mer, il y a également des montagnes. Pensez à tout ce qu'il y a de grains de sable et de rocs sur la terre et dites-vous que le nombre de tous ces grains de sable, de tous ces rocs et de toutes ces pierres, n'égale pas celui des univers existant dans le système total. Et, derrière ce système, il y en a à l'infini, et leur nombre est au-delà de la compréhension humaine.

**************************

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 80 à 82)(Extrait 21)} Question de visite extra-terrestre -> Voyage Astral!

    « Vous contez - ou, plutôt, vous décrivez - dans un de vos livres comment vous avez fait un voyage astral vers une Planète Rouge en compagnie de votre guide, le lama Mingyar Dondup, et d'une autre personne du nom de Zigme. Une fois vous étiez rendu là, des gens vous auraient dit que c'était une planète en voie de disparition. Ces gens étaient-ils sous la forme astrale ou humaine, ou bien vous êtes-vous matérialisé en face d'eux? »

    Je crois que vous faittes une confusion entre ce qu'est le voyage astral et ce qu'est le voyage physique. Il ne s'agit pas, bien sûr, de prendre un bus pour la Planète Rouge. Mais, quand on va dans l'Astral, on peut être encore visible pour quelqu'un qui est doué de voyance ou tout à fait audible pour un télépathe; ainsi, donc, la Planète Rouge, où je suis allé, était peuplée - bien que faiblement - et cette population se composait uniquement de gens puissamment évolués - et doués de voyance et de télépathie, tout comme sur cette terre les gens voient et entendent. Aussi, ils nous voyaient vraiment, tout comme si nous avions été sous forme de corps faits de chair et d'os. Ils pouvaient nous parler et nous pouvions le faire aussi. Nous étions à même de tout voir sur leur planète et ils pouvaient nous voir. C'était vraiment le voyage astral, voyage conscient, complètement sous notre contrôle, mais ceci ne faisait aucune différence, ni pour eux, ni pour nous. Nous étions « là ».

    Maintenant je soumets ici quelque chose à votre réflexion. Lisez, relisez plusieurs fois et réfléchissez.

    Une personne marche devant vous dans la rue, de façon tout à fait normalement - mais êtes-vous sûr qu'elle est vraiment là? Êtes-vous certain que ce n'est pas un voyageur astral qui stimule votre perception au point de vous faire croire qu'il est un être réel, alors qu'en fait il peut être dans l'astral et vibrer sur une fréquence compatible avec la vôtre, ce qui fait que vous êtes certain que vos yeux le voient vraiment. Vous ne pouvez décemment pas aller taper sur l'épaule d'un étranger en lui disant: « Hé là! Êtes-vous ici ou est-ce que je vois autre chose? » Mais, si vous le pouviez et que votre doigt rencontre le vide, vous auriez un drôle de choc, vous ne pensez pas?

**************************

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(page 82)(Extrait 22)}. Invisibilité et OVNIs.

    Encore un autre petit sujet de réflexion - gentil celui-ci: comme tout le monde, vous entendez les histoires de soucoupes volantes. N'avez-vous jamais pensé au fait que, si ces gens qui viennent nous rendre visite à bord de telles choses étaient si terriblement étranges, nous les verrions? Quand une chose est par trop différente de ce que l'imagination humaine peut accepter, celle-ci la rejette et, n'y croyant pas, elle ne la voit donc pas.

    Réfléchissez encore; ces gens peuvent être d'une vibration différente - une vibration qui est, pour des humains, dans la zone d'invisibilité. Ils peuvent peut-être voir les humains, mais les humains ne peuvent les voir. Ceci vous semble stupide? C'est bon. Alors prenez les chiens; ils sont capables d'entendre des sons que les humains ne peuvent percevoir. Nierez-vous pour cette raison  que ces sons existent? Le chien les entend, de même qu'il entend également ceux qui sont perceptibles pour les humains. Il est capable d'entendre les deux sortes de sons; pourquoi, alors, n'aurions-nous pas des gens d'un autre monde qui seraient sur une gamme différente de vibrations, une gamme telle que les humains ne peuvent la percevoir. Réfléchissez à cela, et voyez ensuite si vous n'avez pas l'impression que quelqu'un regarde par-dessus votre épaule!

**************************

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(page 83)(Extrait 23)}. ORIGINE DE L'HOMME.

    ... L'une porte sur l'origine de l'homme: « Vient-il de la mer? Et d'où viennent les différentes races? De l'Espace? Les   « Jardiniers de l'Univers  »? »

    Vous trouverez la réponse à ces questions en lisant L'Ermite; les « comment » et les « pourquoi » y sont clairement expliqués.

**************************

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 85 à 90)(Extrait 24)}. Controverse et journalistes.

    « Celui-Qui » tortilla son chapeau, donnant l'impression qu'il réfléchissait par deux fois avant de demander: « Vous détestez tous les journalistes? Tout ce qui touche à la profession? Ils semblent s'en donner à coeur joie en ce qui vous concerne. La télévision également. La nuit dernière, un critique littéraire, tenant en main votre dernier livre, disait qu'il lui avait été impossible d'aller au-delà de la première page et il s'est alors lancé dans une attaque virulente contre votre personne. Je me suis demandé comment il avait bien pu juger de la valeur du livre s'il n'était pas allé au-delà de la première page. »

    « Oui, dit le vieil homme avec un soupir, c'est vrai qu'il existe une certaine minorité bruyante qui cherche à me faire du mal - ou, plutôt, à nuire au travail particulier que j'essaie de faire. Mais qu'importe ce que peut dire un critique; ce n'est jamais qu'un pauvre type qui, n'ayant pas assez de cervelle pour pondre lui-même quelque chose, est jaloux de celui qui peut le faire. Les critiques confondent raillerie méchante avec esprit et humour. Ils ne méritent pas qu'on s'intéresse à eux! »

    « Mais, répliqua « Celui-Qui », il n'y a tout de même pas de fumée sans feu. Pour que la presse continue comme ça, il doit bien y avoir quelque chose... »

    Le vieil homme laissa échapper un grognement. « On voit bien que vous n'êtes pas très bien renseigné, sans quoi vous ne diriez pas de telles stupidités. »

    Il resta immobile sur son lit pendant un moment, à penser au passé et aux événements survenus une dizaine d'années plus tôt. Il vivait alors à Londres et avait, depuis la parution de son premier livre, connu de sérieuses difficultés. En Suisse, une agence avait fait paraître dans le Times une annonce - véritable tromperie - ainsi rédigée: « Si Lobsang Rampa veut bien entrer en communication avec... il apprendra quelque chose de très profitable pour lui. » Lobsang Rampa, flairant quelque piège, chargea alors M. Brooks - un agent de A. M. Heath and Company - de se mettre en contact avec l'auteur de l'annonce, afin de voir ce qui se cachait derrière ça. Ce fut très instructif. L'agence admit qu'elle avait eu tort de faire paraître cette annonce, mais qu'elle avait eu des instructions d'un auteur, en Allemagne.

    Durant tout ce temps-là, le vieil homme avait été l'objet de constantes filatures, épié sans arrêt,  et sa vie avait été un enfer. Durant cette période, Buttercup vin vivre avec lui et Mme Rampa - comme une fille adoptive. Puis, plus tard, elle les rejoignit au Canada. Mais les assoiffés de scandales virent immédiatement dans cet arrangement une situation de perversions sexuelles - perversion qui n'ont jamais existé. La jeune personne était acceptée comme un membre de la famille, mais, bien sûr, les âmes malpropres voient de la saleté partout.
 
 
 
 

    La famille quitta l'Angleterre - une terre de persécussions pour elle - et s'installa en Irlande, dans le ravissant petit vilage de Howth, proche de Dublin. Elle y noua de solides amitiés. Mais, aiguillonnés par une masse de mensonges, la presse déclencha une campagne de haine contre Lobsang Rampa, disant toutes sortes de choses - y compris les plus mensongères - et les histoires inventées par les journalistes étaient infiniment plus miraculeuses que ne l'était l'absolue vérité que disait Lobsang Rampa.

    Puis, un jour, une horde de reporters anglais - des êtres è la mentalité infecte - firent irruption dans le petit vilage si paisible de Howth. Ils se conduisirent comme des voyous, mettant tout sens dessus dessous, l'un d'eux allant jusqu'à voler une poubelle devant la maison de Rampa, pour la fouiller dans l'espoir d'y découvrir quelque chose, avant d'aller la jeter avec son contenu d'ordures dans le jardin de quelqu'habitant du village.

    Des articles féroces apparurent dans les journaux anglais et dans la presse allemande, qui était de connivence avec les reporters anglais. Lobsang Rampa, cloué au lit par un infarctus, était incapable de faire quoi que ce soit. Les pronostics le concernant étaient très pessimistes et la presse espérait que l'accident l'emporterait - ce qui aurait ajouté au sensationnel.

    Les journalistes vinrent chez lui, tambourinant à la porte comme des inconscients; cherchant le mal, ils l'inventèrent quand ils ne le trouvèrent pas. Ils dirent à Mme Rampa que la vérité ne les intéressait pas et qu'ils ne voulaient que du sensationnel. Le reporter en chef jura qu'il se faisait fort d'empêcher la publication de tout autre livre de Rampa - celui-ci est le 14e - et il donnait l'impression d'être fou de rage. Tout le problème était que, malade et en danger réel, Lobsang Rampa ne pouvait intenter un procès pour diffamation. Et Rampa ayant manqué cette occasion de le faire, il semble que toute la presse mondiale soit maintenant en mesure de citer et de reprendre tout ce qu'elle veut dans les articles parus en Angleterre et en Allemagne. Et, ce procès n'ayant pas été intenté en temps voulu, il est bien évident qu'il est trop tard maintenant.
 
 
 
 

    La presse anglaise a été sordide. Celle d'allemagne a clamé son indignation. Mais pourquoi? Ce sont les journalistes allemands qui se sont mis en fureur sans la moindre raison, parce que l'Histoire de Rampa est parfaitement vraie, et que toute la famille sans exception a affirmé que tout y était exact. Lobsang Rampa est bien celui qu'il proclame être. Un reporter a publié un article dans lequel il affirme que Mme Rampa a tout « confessé » - ce qui est faux. Elle n'avait rien à confesser!

    L'histoire est exacte. Lobsang Rampa est tout ce qu'il prétend être. Il peut faire toutes les choses sur lesquelles il écrit. Mais c'est la maladie qui l'a empêché d'aller en justice et de défendre son honneur et sa réputation. Et c'est ce qui permet maintenant à ces journalistes - de pauvres idiots - de reproduire toutes les choses mensongères parues dans la presse et d'y ajouter le produit de leur délirante imagination. Ils donnent l'impression de se gargariser de ce qu'ils imaginent avoir été l'aspect sexuel de toute l'histoire, oubliant simplement que jamais le sexe n'y fut mêlé. C'était une association complètement « pure » et innocente, l'association de deux femmes et d'un homme qui vivait comme un ermite.

    Le vieil homme réfléchissait à tout cela, aux difficultés, non seulement pour lui, mais aussi pour ceux qui viendraient après lui et qui, tout comme lui, chercheraient à aider ce monde troublé. Il songeait à  cette autre attaque de la presse, quand il vivait à Windsor, Ontario (Canada). Inconnu de lui et vivant en Californie, un homme prétendant être Lobsang Rampa essayait de recruter des « disciples » et encourageait ceux-ci à prendre mescaline et peyotl, qui, disait-il, étaient excellents pour leur développement psychique, etc., etc., et absolument inoffensifs.

    Le seul hic, c'était que Lobsang Rampa était à Windsor, Ontario, et le faussaire, à Los Angeles. La fraude fut, bien sûr, racontée dans les journaux, ce qui fit pas mal de tapage. On finit par prouver que Lobsang Rampa n'était pas en Californie et l'affaire tomba, mais jamais la presse ne publia la moindre excuse, ni la moindre rectification officielle.
 
 
 

    Se retournant dans son lit, le vieil homme attrapa 3 ou 4 lettres sur lesquelles il jeta un coup d'oeil. Depuis 2 ou 3 mois des lettres avaient commencé d'arriver, disant: « Où sont mes livres? Où sont les livres que vous m'avez promis? » Rampa parcourut la lettre sans y comprendre goutte, jusqu'au moment où il tomba sur une lettre, en provenance du Colorado, et qui disait que, dans une caverne, vivait un homme qui annonçait publiquement qu'il était Lobsang Rampa. Cet homme conseillait aux gens de boire des boissons alcoolisées ainsi que de prendre toutes les drogues dont ils pouvaient avoir envie, leur affirmant que c'était excellent pour eux. Il leur suggérait également d'écrire au siège social, qui leur adresserait gratuitement la collection complète des livres de Rampa. D'où le courrier massif qui arrivait à Lobsang Rampa, qui vivait alors à Montréal.

**************************

 Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 93 et 94)(Extrait 25)}. Question de mensonges et de vérité.

    Nombreux sont les détracteurs de Churchill et d'autres hommes de la même importance que lui; peu importe si, pour descendre un homme, il est nécessaire de mentir ou de répandre des choses infamantes qui, à force d'être répétées, finiront par prendre corps. Mais laissez-moi vous dire mes idées sur la vérité.

    Qu'est-ce donc que le vrai? Le vrai, tel que je le conçois, est l'énoncé de faits, de choses qui ont été, qui sont, non de choses issues de l'imagination, mais de choses qui ont la qualité d'être en conformité avec ce qui s'est, en fait, produit. Ceci pour moi est la vérité.

    C'est exactement ce qui caractérise mes livres: « le fait d'être en conformité avec une expérience ». Et j'ai fait l'expérience de tout ce que j'ai écrit; c'est pourquoi ce que j'écris est vérité.

    Réciproquement, l'imagination est le pouvoir de créer des images mentales de quelque chose qui, en fait, n'a jamais été l'objet d'une expérience. Mes pouvoirs de création ne sont pas de ceux qui me permettraient d'écrire une histoire imaginaire; je suis - astrologiquement - « antidoué » pour une telle manifestation de virtuosité cérébrale, et c'est pourquoi je suis contraint de n'écrire que la vérité.

    Il y a tellement de gens qui sont incapables de comprendre le point de vue des autres. Leur vie ne leur ayant jamais apporté d'expériences d'aucune sorte, ils n'ont de joie qu'à détruire et à écraser tous les êtres à leur pauvre niveau.

**************************

 Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 97 et 98)(Extrait 26)}. Des Tibétains discréditeurs?

    « ... J'espérais très sincèrement pouvoir aider le Tibet en parlant aux Nations Unies. J'affirme que mes ouvrages avaient déjà beaucoup fait pour la cause de ce pays, en donnant un caractère « humain » à cette population « étrange ». Et, cependant, en dépit de l'aide que je pouvais représenter, certaines « hautes personnalités » de l'Inde m'ont nui et discrédité. Pourquoi? Peut-être les avait-on placées devant l'obligation de le faire, sous menace de leur faire perdre l'aide que leur accordaient certaines organisations religieuses. On se demandera comment des chefs spirituels (ou soi-disant tels) peuvent rejeter l'un des leurs. Mais n'a-t-on pas l'exemple du président Mao et du général Tchang Kaï-Chek, qui, Chinois tous deux, essaient mutuellement de se discréditer? Même ici, au Canada, où je vis maintenant, M. Stanfield ne cherche-t-il pas par tous les moyens à jeter le discrédit sur M. Trudeau?

    Mais prenez le cas de l'Irlande du Nord, où des chrétiens s'entre-tuent, des chrétiens de culte différent et qui, chacun, croient détenir la vérité. Tous sont irlandais et chrétiens et cependant ils se déchirent; et la presse, par ses reportages incendiaires, jette de l'huile sur le feu. Si de « bons chrétiens » se comportent ainsi, comment s'étonner alors qu'en Inde des Tibétains puissent, soumis à des pressions politiques et religieuses considérables, renier un des leurs vivant au loin « pour le bien de la majorité »?

**************************

 Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 99 et 100)(Extrait 27)}. Étrangers dans une Terre Promise.

    Je cite la Gazette de Montréal du jeudi 15 juin 1972, qui portait en manchette: « Des Tibétaina au Québec essaient de maintenir la Tradition. Étrangers dans une Terre Promise. »

    « Nous serons des étrangers pour un bon bout de temps », murmura Lynne Borjee tout en prenant son thé.

    Elle jeta un coup d'oeil rapide à son amie, Kesang Ichhemorito, et sourit d'un air songeur, cherchant l'expression anglaise correcte.

    À 22 ans, Kesang est une jeune fille timide, réservée, avec un visage aux pommettes saillantes, au sourire irrésistible, mais elle avouait n'avoir aucune confiance dans les journaux de Montréal.

    « Quand nous sommes arrivées ici, un journal a écrit toute une histoire sur nous, disant que nous ne savions même pas ce qu'était un maillot de bain et que nous nagions en imperméable. Nous avons beau être des étrangères, ce n'est pas pour cela que nous sommes stupides. » Lynne n'avait pas davantage apprécié l'histoire; « Nous n'avons jamais vu le reporter qui a écrit cet article », dit-elle. Où est la vérité dans tout ceci? Qui dit vrai, le reporter ou les réfugiées tibétaines?

**************************

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 103 et 105)(Extrait 28)}. Drogues et suicide.

     « Vous avez décrit de quelle façon les drogues peuvent nuire à notre spiritualité et lui faire du mal. Un tel dommage peut-il être réparé au cours d'une vie?  Vous dites, également, qu'il ne faut jamais prendre de drogues, mais vous conviendrez que beaucoup de gens ont, par l'usage de drogues, connu des expériences dans le domaine spirituel. Je crois que vous n'avez pas raison en affirmant que les drogues sont dangereuses. J'aimerais savoir ce que vous avez à répondre. »

    Oui, Madame, j'ai dit et je répète que les drogues sont dangereuses, parce qu'en les prenant vous altérez artificiellement vos vibrations et rendez presque impossible (j'ai dit « presque ») votre développement spirituel sans l'aide de tels moyens.

    Les drogues sont de terribles choses qui souillent votre corps astral et détériorent votre corps physique.

    Croyez-vous qu'on devrait droguer des athètes pour augmenter leurs performances? Croyez-vous que les gens devraient prendre des tablettes de Benzedrine pour se mettre en train et tenir le coup? Si c'est votre point de vue, alors je vous conseille de lire quelques-uns des rapports de police. Prenez comme exemple les conducteurs de poids lourds, qui, chaque jour, parcourent des distances considérables. Ils connaissent une énorme fatigue et, tout naturellement, « pour tenir le coup », quelques-uns ont recours aux drogues, aux « goof-balls », comme ils les appellent. Tous les rapports de police et les statistiques des compagnies d'assurance prouvent de manière irréfutable que l'usager de ces produits provoque accidents, morts, et dommages mentaux. Et, si les firmes de produits chimiques pouvaient, sans courir de risque, vendre toutes sortes de drogues, elles le feraient, car après tout ces gens sont dans le business pour gagner de l'argent; mais c'est monstrueux que de continuer à vendre le L.S.D. et autres « goof-balls » du même genre et de découvrir ensuite que ces saletés détruisent un tas d'individus. Ces poisons devraient être interdits.
 
 

    Mais, ceux qui ont goûté à la drogue, que peuvent-ils espérer? Rien n'est désespéré en ce qui les concerne, s'ils mangent et boivent de façon raisonnable et ne se livrent pas à trop d'abus divers - onanisme, j'entends. Personne n'est au ban de l'humanité et chacun peut être secouru, s'il le désire. Si vous êtes un toxicomane et que vous souhaitiez fermement vous débarasser de cette habitude, vous le pouvez et, lorsque vous arriverez sur l'autre versant, vous découvrirez que votre forme astrale s'est remise des effets provoqués sur votre psychisme par l'habitude de la drogue.

    Jeveux dire quelques mots ici sur le suicide. J'ai été choqué, en effet, par le nombre de gens qui m'ont .crit ces temps derniers pour me dire qu'ils  se droguaient et ne voyaient aucune issue autre que le suicide à leur problème. Mon Dieu! Le suicide est une erreur. Vous n'arrangerez rien, car vous devrez revenir et vous retrouverez des conditions bien pires. Si vos difficultés sont si écrasantes qu'elles vous amèrent à envisager cette issue, parlez-en avec un prêtre, ou même avec l'Armée du Salut, ou bien ouvrez l'annuaire du téléphone et trouvez une quelconque association d'assistance. Il en existe. Parlez-leur, dites que vous êtes en train de lâcher, mais, de grâce, n'envisagez jamais de vous détruire. Si vous le faites, c'est que vous avez abandonné tout espoir. Si vous demeurez en vie, il y a une solution à votre problème. Le suicide n'en est pas une, car - je le répète - vous revenez à des conditions plus dures.

**************************

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(page 106)(Extrait 29)}. Incarnations zodiacales.

     « Comment se fait-il que certaines personnes viennent sous un signe du zodiaque et d'autres, sous un autre? Si nous venons comme Taureau, comment pouvons-nous comprendre les problèmes d'un Cancer ou d'un Scorpion? Je ne comprends pas comment nous venons sous différents signes du zodiaque. Pouvez-vous nous le dire? »

    Oui, je peux vous le dire. Chaque personne passe à travers chaque signe du zodiaque - et il y a douze signes. Chaque personne doit passer par chaque  quadrant du zodiaque. De cette façon, vous pouvez vous trouver, dans une vie, entrant juste dans le signe de la Balance et, dans une autre vie (pas nécessairement la suivante), être juste à mi-chemin dans le signe de la Balance. Ainsi, donc, vous devez vivre chaque signe et chaque partie du signe, afin d'acquérie l'expérience complète de chacun des signes.

**************************

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 106 et 107)(Extrait 30)}.  Le futur - Prédiction.

     Question: « Parlez-nous du futur. Est-ce que pour nous, gens de l'Occident, « notre compte est bon » ou bien les choses vont-elles s'arranger? Dites-nous, voulez-vous? Je viens juste d'acheter un terrain dans les montagnes Rocheuses; je vais y faire construire une maison et j'espère tellement vivre en paix. »

    Vous devez vous souvenir que tout dans la vie procèdes par cycles. Les périodes d'Âge d'Or s'accompagnent pour chacun de contentement de soi et de laisser-aller, les gens n'ayant plus de raisons de luter pour acquérir quoi que ce soit. Et c'est alors la chute, la négation de toutes les libertés - et vous avec le communisme. Puis, de nouveau, les gens luttent pour la liberté, pour retrouver plus de spiritualité; ils mettent de côté leurs petites chamailleries, et les conditions s'améliorent. La vie devient de plus en plus agréable, puis excellente, et c'est un autre Âge d'Or. Puis, le cycle reprend, comme nous l'avons vu plus haut.

    Pour l'instant, nous vivons sur cette terre des temps difficiles - le pendule est sur la descente; il devra encore descendre avant que de remonter, mais consolez-vous! Le communisme que connaîtra le monde ne sera pas aussi rigoureux que celui qui instaura dans notre monde cette mystique sinistre, parce que chaque fois les conditions s'améliorent un peu. Ainsi, nous approchons de l'heure la plus sombre, celle qui précède l'aube; des rais de lumière perceront l'obscurité, et ce sera l'aube et la naissance d'un nouvel Âge d'Or... Et ainsi, jusqu'à la fin des temps, la terre et tous les mondes connaîtront ces cycles de bon et de mauvais. Courage, donc! car personne n'est jamais seul ou abandonné. Souvenez-vous qu'il existe toujours en espoir - et que, si vous souhaitez sincèrement une aide, vous pouvez la trouver à tout moment.
 

**************************

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(page 114)(Extrait 31)}. Plombier -> préjugé = insulte en Angleterre!

  « Mais vous revenez toujours à cette histoire de plombier et vous tenez à savoir comment elle a commencé. Eh bien, en Angleterre, où les snobs abondent, un plombiers ou un éboueur sont considérés comme assez bas dans l'échelle sociale et sont censés n'avoir aucune éducation. On les imagine humblement au garde à vous, casquette à la main en disant: « Oui, mon Prince, non, mon Prince», à des clients qui, de par leur distinction, sont dispensés de régler leurs factures! Aussi, quand on veut rabaisser quelqu'un en Angleterre, on se contente de dire d'un air méprisant: « Oh! c'est le fils d'un plombier! » Ou ce qui, à leurs yeux, est pire encore: « C'est un plombier! »

**************************

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(page 115)(Extrait 32)}. L'Ère de Kali.

     « Nous vivons actuellement dans l'Ère de Kali; l'Ère de la Dislocation. C'est une époque où le pauvre petit raté et son épouse au visage ruisselant de fards ne sont heureux qu'en démolissant tout ce qui a une vraie valeur - levant le nez sur la tradition, crachant sur la culture et ne trouvant jamais de temps pour penser par eux-mêmes, vu que les mass media leur apportent une vision superficielle de la vie qu'ils n'ont plus qu'à ingurgiter. On les conditionne; on les abrutit de faux luxe hollywoodien qui n'existe que dans l'imagination surchauffée des cinéastes et des gens du monde de la publicité.

    « Le pire aspect de notre civilisation actuelle, c'est la façon dont une minorité très bruyante est à même de déclencher la haine contre quelqu'un. C'est au cours des grèves qu'on voit l'ampleur de ce phénomène. Il suffit de quelques meneurs pour déchaîner une foule et l'amener à une véritable hystérie. Et malheur à ceux qui ne cèdent pas à la folie collective, car ils sont gravement malmenés par les crétins musclés du troupeau. C'est ainsi que le pauvre type honnête qui voudrait comprendre où est la vérité se trouve alors contraint par la peur, et bien malgré lui, d'écouter les agitateurs, les brutes... et la presse.

**************************

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(page 117)(Extrait 33)}. Incompréhension et luttes.

    « Les gens craignent et attaquent ce qu'ils ne comprennent pas. Ils haïssent ceux qui leur révèlent des domaines où ils n'étaient jamais entrés avant. Ils essaient de détruire ce qui n'est pas conforme à leur propres concepts. N'est-ce pas ce qui se passe en Irlande, où des chrétiens luttent contre d'autres chrétiens pour des différences de concept à peine saisissable? Témoin également, ce qui se passe en Amérique, où les blancs tentent de réduire en esclavage ou même de détruire les Américains de couleur, parce que ceux-ci ne sont pas conformes à l'idéal blanc. Dur est le chemin de celui qui porte la vérité. Seuls le sadique et le pornographe sont couverts de louanges et d'or.

**************************

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 120 et 121)(Extrait 34)}. Réincarnation et Enseignement du Christ.

     « Que pouvez-vous nous dire au sujet de la réincarnation? De nombreuses personnes écrivent pour dire qu'elles rejettent cette idée. »

    « Comment peut-elle troubler les gens! La plupart des religions enseignent ou ont enseigné la réincarnation. Puis-je vous rappeler que les enseignement du Christ étaient bien différents, à l'origine, de ce qu'enseigne de nos jours la religion chrétienne? Les choses changent. Le Vatican donne périodiquement de nouvelles interprétations de certains points des Écritures. Et tel saint qui fut honoré durant des siècles cesse soudain de l'être. Il suffit d'un décret papal pour transformer ou annuler des dogmes acceptés pendant des siècles. Il en est de même avec la réincarnation. Le Christ a enseigné que les humains revenaient périodiquement, puis retournaient dans la « Maison du Père ». Mais, vers l'an 60, les prêtres décidèrent de modifier les enseignements du Christ. Ils virent, en effet, dans la réincarnation une possibilité pour les humains de s'en donner à coeur joie dans cette vie et d'expier dans l'autre - dans un avenir passablement éloigné. La réincarnation fut donc mise de côté chez les chrétiens. Les documents originaux - entre autres, les manuscrits de la mer Morte - enseignent la réincarnation. N'est-ce-pas amusant que moi, un non-chrétien, je doive apprendre le christianisme à des chrétiens? De nombreuses religions enseignent que les hommes reviennent continuellement sur terre, tout comme les enfants retournent continuellement à l'école; chaque année, après les vacances, ils « naissent » à nouveau à la vie scolaire. S'ils ont fait des progrès, ils passent alors dans la classe supérieure; et, après de nouveaux progrès, ils « meurent » à la vie scolaire pour un temps, retournent dans leur famille et reprennent l'école l'année suivante, et ceci jusqu'à la fin de leurs études. Le processus est identique pour les humains. Ils quittent cette terre momentanément, mais pour y revenir, et cela jusqu'à la fin du cycle de leur expérience terrestre. C'en est alors fini, pour eux, de cette terre.

**************************

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 127 et 128)(Extrait 35)}. Lettre du Tibet .

     « La presse d'ici a publié une lettre du dalaï-lama, lettre dans laquelle il dit que vous êtes un imposteur. Que dites-vous de cela? »

    « La presse a fait beaucoup de battage autour d'une soi-disant déclaration du dalaï-lama, déclaration selon laquelle je ne serais pas « authentique ». Il n'a jamais dit une telle chose. La lettre dit: « Nous n'accordons pas créance... », ce qui est très différent. Mais chacun sait que les gens « haut placés » ont de nombreux secrétaires - autorisés, souvent, à prendre des initiatives pour ce qui est de répondre au volumineux courrier. Or, si vous n'êtes pas dans « les petits  papiers » du secrétaire en question - ce qui est mon cas - alors, vous vous attirez des remarques dans le genre: « Nous n'accordons pas créance...», ce qui, de toute façon, est très différent de ce que la presse cherche à insinuer.

    « À ce propos, vous m'avez dit vous-même que des deux lamas qui avaient étudié « l'affaire Rampa » l'un avait fait un rapport désobligeant, alors que l'autre m'était tout acquis. Pourquoi faut-il que les journalistes retiennent toujours ce qui vous est défavorables?

    « Un écrivain américain très connu qui s'est rendu auprès du dalaï-lama en Inde est revenu porteur d'un message m'assurant que, dès que le Tibet serait libéré, le dalaï-lama serait ravi de m'accueillir au Potala. Non, ne faites pas dire au dalaï-lama ce qu'il n'a pas dit; mais, par contre, n'ajoutez pas foi à ce qu'écrivent les secrétaires. Ils ont des mobiles - que je connais!

**************************

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 133 à 138)(Extrait 36)}. Transmigration.

    « Toujours au sujet de la transmigration; beaucoup de gens regrettent de ne pas recevoir de réponse aux questions qu'ils vous posent sur ce problème. »

    « Oh Dieu! J'ai si souvent traité cette question dans mes livres que je suis écoeuré de voir qu'on m'interroge encore là-dessus. Mais je vais répondre, puisque vous insistez. La transmigration, eh bien! c'est la prise de possession, par une âme qui vient de quitter son enveloppe charnelle, d'une autre enveloppe charnelle qui, à cet instant précis, a été abandonnée par son occupant. Le phénomène se produit fréquemment et n'est en rien mystérieux. Mais prenons les choses un peu plus avant. Si nous croyons en un Dieu ou en un quelconque Être Suprême, nous devons nécessairement croire en sa bonté essentielle, en sa justice essentielle (votre ignorance me contraint à simplifier). Donc, si nous croyons à un tel Dieu, nous avons le droit de penser que sa justice s'étend à nous. Pourquoi un homme naîtrait-il comblé dans tous les domaines, à l'abri des persécutions de la presse, alors qu'un autre homme à peu près du même âge naîtrait, lui, dans la pauvreté, la maladie et serait exposé, pour la faute la plus bénigne, aux attaques de journalistes sans scrupules? Tous deux naissent et meurent, l'un entouré de l'estime générale, l'autre destiné à la solitude et au chagrin. Si l'on croit en un Dieu juste, cette situation ne peut exister. Les corps, voyez-vous, ne sont que des « véhicules ». La science occidentale tâtonne encore et approche à peine d'une vérité connue des Occidentaux depuis des siècles. L'homme, donc, est le véhicule d'un être qui lui est supérieur. L'homme est contrôlé par l'âme, ou le super-moi - comme vous choisirez de l'appeler. Mais appelons cela l'âme, car, à moins d'avoir étudié ces questions, vous risqueriez de vous égarer. (Vous êtes déjà « égaré » par le fait que vous êtes journaliste, mais ceci est une autre histoire!) Revenons-en à l'âme. Quand une personne est désincarnée, c'est-à-dire quand elle n'est qu'âme, elle se trouve dans un état beaucoup plus « glorieux », un état où elle ne peut connaître ni souffrance physique, ni persécution. Cependant, elle peut avoir à apprendre, et rien ne s'apprend sans une certaine somme de souffrance. Il arrive que celle-ci soit par trop forte et presque intolérable. (Je parle par expérience.) Mais cette âme choisit alors un corps, qu'elle occupera quand elle gagnera cette terre. Je vais donner un exemple: si vous décidez de faire du tourisme, vous choisissez une voiture assez puissante qui pourrait, au besoin, vous faire traverser la forêt vierge sans problèmes mécaniques. Vous voulez une voiture à laquelle vous pouvez vous fier - une bonne bête de travail. Mais, si vous décidez de prendre part à une course automobile, c'est un engin plus nerveux dont vous avez besoin. Tout comme vous choisiriez une voiture en fonction de ce que vous comptez lui demander, l'âme choisit un corps qui lui permettra de faire face aux épreuves qu'elle devra surmonter.
 
 
 

« Au fait, quand on est sur l'autre versant de la vie, vous savez qu'on est alors en mesure de voir beaucoup de choses sur cette terre. C'est comme si vous vous trouviez entouré d'arbres, dans un petit bois. Vous croyez être dans une grande forêt. Et, si vous êtes sur une petite île, elle sera pour vous tout votre univers. Mais, si vous survolez en avion ce que vous pensiez être une forêt vierge immense, vous vous apercevrez que ce n'était en fait qu'un petit taillis. C'est ainsi que vous voyez les hoses, depuis l'autre versant de la vie.

    « Les auteurs jaloux et les journalistes stupides sont, bien sûr, une véritable calamité sur cette terre, mais ils subiront dans une vie future ce qu'ils font subir aux autres. cela pourra au moins leur apprendre quelque chose et, s'ils n'apprennent rien, eh bien! ils reviendront vie après vie, jusqu'à ce qu'ils aient compris. Mais nous nous sommes éloignés de notre sujet - la transmigration. Que vous disais-je donc? Ah oui! Vous faites du tourisme et vous avez atteint un point très éloigné. Des circonstances inattendues exigent que vous vous procuriez une voiture de course ou un autre type de véhicule. Vous, l'âme du véhicule, devez quitter votre voiture de tourisme et vous diriger vers la voiture de course ou le... bulldozer? Disons que c'est un bouldozer. Vous montez sur cet engin, vous effectuez certains gestes et il entre en action. Vous - l'âme - vous laissez savoir à la machine ce que vous attendez d'elle. Vous la dirigez. Elle vous fait découvrir  toutes sortes d'impressions (surtout si vous renversez dans le fossé!) Eh bien, vous êtes très sensiblement dans la même situation qu'une âme qui a pris possession d'un autre corps. »

    « Sans doute, mais pourquoi un homme aurait-il envie de prendre possession du corps d'un autre? C' est une question que les gens ne cessent de poser. »

    « La raison me semble évidente. Je vais essayer de l'expliquer le plus clairement possible. Nous avons, d'une part, un être qui a désespérément besoin d'un corps pour assumer une tâche qui lui a été imposée par d'autres, une tâche qui ne lui plaît pas - et qu'il na pas choisie. Son propre corps, de par la dureté des humains, est sur le point de l'abandonner. Ce corps, trop vieux, trop usé ne se prête plus à la tâche qu'on attend de lui. D'autres part, il y a un autre corps: celui d'un être las de la vie, d'un être dont la sensibilité a été malmenée et broyée par l'existence. Vous pouvez pensez que c'est un raté, mais c'est plutôt une victime de la vie. Et il est fort possible que, finalement, ce soit lui le gagnant. Quoi qu'il en soit, ce corps possède une âme qui en a assez de la vie sur cette terre et qui, un peu plus tôt, s'est engagée dans la mauvaise voie. Elle sait qu'elle n'arrivera pas au bout de sa tâche dans cette vie. Elle a songé au suicide. Elle a souhaité mourir. Ceendant, son corps vibre en harmonie avec l'autre corps, usé et fini. Les deux corps sont sur les mêmes ondes. L'autre corps pourrait convenir.
 
 
 
 

    « Permettez-moi une autre digression et revenons aux voitures. Vous étiez très attaché à une certaine voiture et vous prenez possession d'une autre qui vous rappelle beaucoup celle que vous venez de quitter. L'accord se fait entre elle et vous. Mais, si vous aviez choisi une voiture de la fameuse marque X, peut-être auriez-vous découvert qu'elle ne convenait pas à votre tempérament. Et, bien que n'ayant rien à lui reprocher, vous n'êtes pas à l'aise avec elle, vous n'êtes pas vraiment heureux et vous ne pouvez vous empêcher de souhaiter avoir une voiture qui vous conviendrait mieux. Pas nécessairement d'une mécanique supérieure, mais quelque chose qui serait plus en accord avec ce que vous êtes. Pour en revenir aux deux hommes dont j'ai parlé - c'est un cas qui a existé et vous pouvez en lire l'histoire dans mon livre l'Histoire de Rampa - l'un des deux hommes a, en fait, pu approcher l'autre et ils se « sont entendus pour cette transmigration ». Tout a été relaté, discuté, et de tels cas ont existé tout au long de l'histoire de l'humanité. »

    « Oui, tout parraît assez clair, maintenant, à l'exception d'un point: pourquoi ce corps particulier a-t-il été choisi? »

   « Je vais essayer de compléter l'explication. Supposez qu'un corps Y ait été choisi, au lieu du corps Z, vous me poseriez de toute façon la question: pourquoi ce corps-là et pas un autre? Mais je l'ai déjà expliqué: parce que ces deux corps avaient une fréquence fondamentale identique; ils vibraient tous deux en harmonie; leurs « contrôles » étaient semblables et, de ce fait, une prise de possession immédiate devait être aisée. L'un des corps - ou enveloppe charnelle - était prêt à être libéré et son âme, plus que désireuse de l'abandonner. Que peut-on ajouter à cela? Tout le sens de ce cas est que le corps était là, au moment précis, pour le but précis, et point n'était besoin de crier comme le roi: « Un cheval! Mon royaume pour un cheval! » Le cheval - ou plutôt le véhicule - était là, disponible. Le fait que l'homme soit marié était une question accessoire qui, je pense, n'a pas été suffisamment considérée; mais les choses se sont finalement passées de façon satisfaisante.

**************************

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 140 à 144)(Extrait 37)}. Expériences extra-corporelles; Jésus, L'Extrême-Orient, le Christ.

    « ... Parlons un peu des expériences «extra-corporelles ».

    « Je reçois beaucoup de courrier. Des tas de gens qui ont lu mes livres m'écrivent pour me dire qu'ils se souviennent maintenant de leurs expériences « extra-corporelles ». Il est vrai qu'à mesure qu'on progresse on se souvient. Et, une fois la gymnastique du souvenir acquise, elle vous reste. En fait, l'être humain moyen n'est pas censé se rappeler ses expériences « extra-corporelles », pas plus que ce qu'il a été dans sa vie antérieure ou ses autres vies précédentes, et c'est bien ainsi, car, pour l'homme qui aurait été roi dans une vie antérieure et qui reviendrait en mendiant, la situation serait intolérable. Il risquerait fort d'être un mendiant plein d'arrogance, ce qui nuirait à son état. N'est-il pas dit quelque part que ceux qui ont bu l'eau de Léthé oublient le passé de façon à pouvoir vivre le présent en préparant l'avenir? J'ai lu quelque chose à ce sujet. C'est une précaution prise par la nature - ou par Dieu, si vous voulez - que d'accorder aux hommes l'oubli temporaire du passé, afin de leur permettre de vivre pleinement dans le présent en préparant le futur.

    « vous voyez, j'ai attaqué ce sujet en disant que, si nous croyons en un Dieu bon, nous devons croire également qu'il existe une sorte de récompense pour ceux qui naissent misérables. Si nous n'avions qu'une vie à vivre, comment pourriez-vous, M. le Journaliste [M. Alain Stanké], expliquer l'équité d'un Dieu qui permet qu'un être naisse au sommet de la puissance, de la fortune et un autre, déformé physiquement, pas même doué mentalement et, de plus, dans la pauvreté? Une seule existence serat une injustice pour l'individu sous-privilégié et un favoritisme marqué à l'égard de celui qui est comblé. Ce n'est là, bien sûr, qu'un aspect de la question. Il existe dans les religions de l'Inde diverses preuves établies de la réincarnation. Le christianisme est, vous le savez, une religion moderne comparativement à certaines religions de l'Inde. En fait, les religions indiennes ont préfiguré les religions chrétiennes.  Il est connu que le Christ a pris possession du corps de Jésus - « Et l'Esprit du Seigneur entra en Jésus. » Puis, le Christ «erra dans le désert ». C'est certain. Il est allé en Extrême-Orient, a traversé l'Inde, puis le Tibet. Il a rencontré les Sages de ce temps et, de toutes les religions, il a formulé celle qui semblait convenir le mieux aux hommes de cette époque. Ainsi, donc, le christianisme tel que le conçut le Christ était un mélange des religions orientales et des religions mythologiques.
 
 
 
 

    « Mais, vers l'an 60, les prêtres qui avaient adhéré à cette foi, estimant de leur intérêt de le faire, considérèrent que le dépouillement et la pureté de la religion chrétienne diminuaient leur puissance et ils travaillèrent à falsifier les enseignements du Christ et à trahir sa pensée. Le Christ n'était pas misogyne. Il ne voyait pas les femmes comme impures. Et, si l'on étudie les documents réels, on découvre, en fait, que le Christ était marié et avait des enfants. Mais ce point a été soigneusement tenu secret par les « experts » en théologie chrétienne [comme pour Élisabeth 1ère d'Angleterre qui a eu deux fils, dont l'un fut la fameux Francis Bacon!] , qui craignaient que le fait de le révéler au peuple ne détruise un peu de la mystique du christianisme.

    « Mais pourquoi ne nous éclaire-t-on pas sur la doctrine de la réincarnation? »

    « Vous me demandez pourquoi cette doctrine n'est pas enseignée? Elle a fait partie de la religion chrétienne. De nos jours les gens cherchent la signification de la parabole: « Dans le royaume de mon père, il y a de nombreuses demeures. » Le sens leur en échappe, lequel sens est qu'il existe de nombreux plans d'existence, de nombreux degrés de vie astrale.

    « À son début le christianisme, alors juste issu de certaines religions de l'Inde, enseignait la réincarnation et son mécanisme. Ce mécanisme est encore enseigné dans les pays d'Asie. Le grand malheur est que les chrétiens considèrent le christianisme comme étant la seule et unique doctrine ou le seul enseignement valable. Quand vous dites: « Pourquoi ne nous éclaire-t-on pas sur ce sujet? » je ne peux que répondre: « Mais tout vous a été dit. Seulement, certains initiateurs ne cherchent qu'à obscurcir la question. » Les chrétiens n'étant pas dominants, numériquement, cela n'est donc pas d'une importance considérable. Si vous étudiez les autres religions, vous verrez que la réincarnation y est enseignée.
 
 
 

    « Les catholiques rejettent toute vérité autre que celle d'une doctrine extraordinairement rigide établie par les prêtres pour sauvegarder leur pouvoir. Ceux-ci n'avaient-ils pas décrété que le fait de penser par soi-même était un péché mortel? Ils ont enseigné qu'il faut croire aveuglément tout ce que les prêtres vous disent, même ce qui ne vous semble pas crédible. Les prêtres catholiques ont conditionné et hypnotisé leurs fidèles au point de leur inculquer la peur de penser par eux-mêmes. Même le pape semble considérer aujourd'hui [1973-74] que beaucoup de choses ne vont pas dans le catholicisme. Et c'est sans doute pourquoi il y opère tant de changements. Et le dalaï-lama lui-même a, je crois, reconnu devant les journalistes qu'il n'était pas une réincarnation de Chenrezi. Je crois ne pas me tromper en disant qu'il a expliqué de façon détaillée comment il avait été choisi pour être le dalaï-lama. Si vous étudiez la question vous découvrirez partout la vérité sur la réincarnation, mais à la conditions d'être prêt à accepter la vérité et de ne pas vous aveugler délibérément. »
 

**************************

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 147 et 148)(Extrait 38)}. Les animaux et l'Au-Delà.

    « D'après vous, les animaux vont-ils dans le monde de l'Esprit, et les y revoyons-nous? Ont-ils une âme et une intelligence? »

    « Vous demandez si les animaux ont une intelligence? Oh, que oui! Certains sont plus intelligents que beaucoup d'humains. Ma petite chatte siamoise, Cleopatra, est vraiment la petite personne la plus intelligente que je connaisse. Son jugement est absolument extraordinaire. Quant à Tadalinka, elle a des dons incroyables de clairvoyance - ce qu'on ne peut pas dire de tous les humains. C'est bien votre avis? Pour sûr que les animaux vont dans le monde de l'Esprit. Si nous reconnaissons l'existence d'un Dieu - et comment pourrions-nous exister s'il n'existait pas? - alors nous devons admettre que les petits animaux, tout comme les gros, ont droit à la considération de Dieu; l'homme n'est après tout qu'une forme spécialisée d'animal - une forme plus sauvage que beaucoup d'autres formes animales. On prétend que seuls les hommes et les araignées sont capables de viol. Cela mérite réflexion. Mais, quant à savoir si les animaux vont dans l'astral tout comme les humains, la chose ne fait aucun doute. Ils passent, eux aussi, par des vies successives, mais chaque espèce se réincarne en fonction de sa propre classification, c'est-à-dire que les humains ne reviennent pas sous la forme animale, ni les animaux, sous forme d'hommes. Mais je répète que, si vous avez lu tous mes livres, vous savez ce qu'il advient des chats dans cette vie.

    « Il n'est que les chrétiens pour nier que les animaux aient une âme. Il faut bien dire que, pour la plupart, ils n'accordent que peu de considération à leur propres âmes, toujours prêts qu'ils sont à faire du mal à autrui et à prendre l'avantage - ce qu'on ne voit pas chez les animaux. Ceux-ci ne tuent que pour leur survie, pas pour de l'argent. Ils tuent por se nourrir et obéissent ainsi aux lois de la nature; mais il n'est pas d'exemple d'animaux tuant pour le seul plaisir de tuer, comme l'homme qui va tirer des perdrix ou des canards. A-t-on jamais vu un animal courir le long d'une route pour essayer d'écraser plus faible que lui, et ceci pour passer le temps? Les humains le font. Pour répondre à votre question, je dirai: oui, les animaux ont une âme; les animaux ont une intelligence. Et, si un être humain et un animal veulent se retrouver sur l'autre versant de la vie, ils le peuvent - à la condition que tous deux le veuillent - car l'homme n'est pas le Seigneur de la création. Dans d'autres mondes et d'autres vies, les humains ne sont guère plus que ne sont les vers de terre en ce monde. »
 

**************************

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 153 à 155)(Extrait 39)}. Question de recherche scientifique et de preuves!

     « ... Si les hommes de science faisaient preuve d'ouvertuture d'esprit, c'est bien volontiers que ceux qui sont doués de facultés spéciales collaboreraient à ces expériences qui leur fourniraient  l'occasion de faire preuve de ces dites facultés spéciales.

    « Mais ce n'est pas ainsi que les choses se passent. En général un soi-disant « chercheur » s'adresse à une personne dotée de pouvoirs authentiques et lui dit, en essayant de l'intimider: « Je ne crois pas à vos pouvoirs. Faites-moi une démonstration et je m'évertuerai à prouver que vous êtes un charlatan. » Comment, dans de telles conditions, ne pas perdre ses moyens? Vous savez que les sciences occultes sont choses très délicates et très fragiles. Elles exigent le climat qui convient. Il ne vous viendrait pas à l'esprit de dire à un photographe: « Je vais voir ce que vous faites » et d'entrer dans la chambre noire en allumant la lumière! Vous ruineriez définitivement ce qu'il fait, ce qui serait stupide. Ainsi, donc, s'il s'agit de prouver l'existence de pouvoirs occultes, il faudrait au moins que les chercheurs créent le climat de sympathie qui permettrait à celui qui a quelque chose à démontrer de le faire en sentant qu'on ne lui est pas hostile. Il n'est pas question, bien sûr, pour ces observateurs, de tout « gober », mais simplement d'être prêts à accepter. C'est la brutalité de l'investigation qui choque le médium et contrarie les forces auxquelles il doit faire appel. Les journalistes sont les grands responsables. Ils arrivent avec leur grande gueule, affichant un air sceptique, bien déterminés qu'ils sont à ne rien croire. Et, mis en présence d'une preuve irréfutable, ils veulent encore y voir un « truc » - sans savoir au juste où il est, ni ce qu'il est.
 
 
 

    « Pourtant, le temps viendra où il faudra bien se résoudre à faire des recherches approfondies sur le problème de la mort et de ce qui la suit. On ne peut peser une âme, disent les journalistes. C'est exact, mais qui a jamais parlé de cela? L'âme est dans une autre dimension. Ils se trompent d'unité de mesure. Chacun de nous n'est qu'une gerbe de vibrations, tout comme un signal de radio est, en fait, une vibration, ou une fréquence, ou une longueur d'onde. Les humains font partie d'un certain spectre. Sur terre, nous avons un poids; de même nous rencontrons une résistance si nous frappons dans quelque chose que nous considérons comme solide. Mais, si nous allons dans une dimension différente, les choses qui ici étaient solides ne le sont plus. Elles peuvent, en fait, être dépourvues de substance au point de n'être plus perceptibles. La même chose se passe de l'autre côté de l'échelle; une âme quitte un corps, mais c'est en un temps et une dimension différents, et l'équipement tridimensionnel est trop fruste pour s'en rendre compte.

    « Quand nous aurons des hommes de science qui voudront bien suivre les suggestions des occultistes en ce qui concerne la façon de procéder aux expériences, on pourra alors aller de l'avant et produire de nombreuses preuves, car il existe d'authentiques occultistes. On ne peut nier qu'il y ait des charlatans, mais il est permis d'affirmer l'existence de milliers d'indiscutables « mediums », doués de facultés occultes et qui font ce qu'ils prétendent pouvoir faire. On devrait les protéger et les imposteurs devraient être frappés d'anathème. »
 

**************************

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 156 à 159)(Extrait 40)}. Voyage dans l'Astral.

    « Vous parlez toujours de cette histoire de « Vayage dans l'astral ». Est-ce réel? »

    « Certainement que le voyage dans l'astral existe. Mais, comme tout le reste, c'est difficile à expliquer à ceux qui se refusent à croire. Aussi difficile que d'essayer de faire sentir à un aveugle de naissance la différence entre deux tons de vert ou entre l'orange et le rose. Comment s'y prendre, en effet, pour lui faire comprendre la différence entre le vert d'une laitue et celui d'un chou?

    « J'ai déjà dit que l'on peut comparer le corps humain à une voiture automobile et l'âme, ou corps astral, au conducteur de cette voiture. Il ramène sa voiture au garage, coupe le contact, et la voiture est immobilisée. Le chauffeur en sort et se rend en un autre lieu. C'est exactement ce qui se passe dans un voyage astral.

    « Le corps physique est peut-être en état de fatigue; vous avez travaillé, pour votre journal, à la poursuite d'une affaire à scandale ou bien vous avez dû voir beaucoup de gens. Bref, vous êtes fatigué et vous n'avez qu'une idée, vous mettre au lit. Le fait de vous coucher revient à mettre votre voiture au garage. Vous arrêtez le moteur - en d'autres termes, vous vous endormez. Vous le conducteur, c'est-à-dire votre âme, ou votre forme astrale, quitte le corps et s'en va ailleurs. Elle gagne un plan d'existence où sont d'autres êtres qui, eux aussi, voyagent das l'astral. Vous regagnez, bien sûr, votre corps, car vous avez un lien qu'on appelle la « corde d'argent » et qui peut être comparée à l'onde porteuse d'un programme de radio,  sur laquelle le programme ordinaire est superposé.

    « Sorti de votre corps physique,  vous voyagez alors quelque part dans le monde astral. Là, vous pouvez rencontrer une personne que vous êtes destiné à rencontrer le lendemain, en chair et en os, et vous vous entretenez avec elle.

    « Puis, ayant réintégré votre enveloppe charnelle et vous trouvant en présence de la personne en question, vous vous dites: « C'est drôle! Je suis certain d'avoir déjà vécu cet instant! »
 
 
 
 

    « Si vous avez, en fait établi ce contact dans l'astral, alors vos relations avec la personne en question en seront très facilitées, tout comme si les choses avaient été organisées d'avance - ce qui est probablement exact. Beaucoup d'hommes importants qui ont connu des réussites notoires connaissent - consciemment ou non - le secret du voyage astral et ils sont à même d'établir des contacts dans l'astral. Ils prévoient donc et préparent ce qui va être accompli sur le plan terrestre au cours des jours suivants. Du fait qu'ils ont tout prévu, il n'y a pas de problèmes; toutes les décisions sont pratiquement prises, et tout se passe sans heurt, avec la précision d'un mouvement d'horlogerie.

    « La réalité du voyage astral ne permet pas le doute. C'est un problème simple, à la portée de quiconque a assez de confiance et de patience pour essayer l'expérience. Mais, si vous vous embarquez dans l'aventure l'esprit plein d'incrédulité et de préjugés de toutes sortes, alors vous ne ramènerez aucun souvenir de ce voyage. J'affirme, de manière définitive, que tout le monde voyage dans l'astral, ceci parce que vous n'imagineriez pas que quelqu'un arrête sa voiture et reste assis à l'intérieur jusqu'au lendemain. Il faudrait bien qu'il finisse par en sortir, ne fût-ce que pour se dégourdir les jambes, ou pour satisfaire sa faim ou sa soif. C'est ainsi que chaque personne s'évade de son corps et gagne l'astral. Mais beaucoup de gens oublient leurs expériences, soit parce que l'idée de s'en souvenir les terrifie, soit parce qu'ils refusent d'y croire.

    « Certaines personnes font des rêves. Or, les rêves, fréquemment, ne sont que des rationalisations de choses qui se sont vraiment produites. La personne est incrédule au départ. Elle se refuse à accepter la possibilité de voyage astral et, comme pour répondre à ce qui serait un problème difficile, le subconscient de l'incrédule s'invente une image fantastique - un rêve - qui est bien étranger à tout ce qui pourrait se passer dans la vie réelle. Ses rêves, alors, sont ou bien la rationalisation d'une expérience astrale ou les pensées errantes d'un corps dont l'âme, ou la forme astrale, est loin, si loin qu'aucun contrôle ne joue plus dans le processus mental de la forme en sommeil.

    « Je répète qu'il est possible de voyager consciemment dans l'astral. Chacun peut le faire au cours du sommeil. Mais tout le monde n'en garde pas le souvenir. Il est même possible, avec un certain entraînement, de faire ce voyage en étant éveillé. C'est extrêmement intéressant. Le grand problème dans le voyage astral, c'est qu'il est impossible d'emporter avec soi la moindre chose - ce qui est parfois un inconvénient.
 

**************************

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 189 à 193)(Extrait 41)}. Douleur et affliction de ceux qui continuent à vivre!

    « Vous écrivez beaucoup sur la mort et sur les joies qu'elles réserve à ceux qui échappent aux difficultés de la terre, mais vous ne dites jamais rien pour aider ceux qui y restent. Pourquoi ne pas parler, dans votre prochain livre, de la douleur et de l'affliction? Pourquoi n'en dites-vous rien? »

    Cette remarque est assez juste. On se trompe si grossièrement sur la douleur et l'affliction. Presque chacun d'entre nous a été frappé par la perte d'un être cher. Ces douleurs sont, bien sûr, terribles et, si vous leur permettez de triompher sur vous, elles vous détruisent inévitablement. Les gens devraient comprendre que le système consacré par notre société actuelle n'est pas toujours le meilleur. Les anciens Chinois, par exemple, avaient l'habitude de rire franchement en contant la mort d'un être aimé. C'était tout simplement parce que montrer leur émotion n'aurait jamais pu faire partie de leur comportement. Il ne restait d'autre attitude que la légèreté - purement artificielle.

    Il existe aucun moyen de mettre fin au chagrin causé par la perte d'un être. Seul le temps peut apporter la guérison. Le temps cicatrisera toutes les plaies. Le temps mettra fin aux malheurs de cette terre tourmentée; le temps apportera une fin à la vie elle-même.

     Une des grandes abominations de notre époque est l'atitude des entrepreneurs en pompes funèbres, qui, pour des raisons de business, essaient de camoufler la mort en sommeil. C'est ainsi qu'ils maquillent le visage des morts, ondulent leurs cheveux morts et installent le défunt sur des coussins, comme quelqu'un qui se serait assoupi.

    On a l'impression que tout, de nos jours, est une manière de conspiration visant à masquer le chagrin, comme s'il y avait quelque chose de honteux à montrer que la mort d'un être aimé vous affecte.
 
 

    Quand une personne part pour un long voyage à l'autre bout du monde, la possibilité de son retour existe toujours. Mais, quand un être est mort, alors il a bel et bien quitté cette terre, et il est plus que certain qu'il ne reviendra jamais. Le chagrin est souvent teinté d'hostilité - hostilité due à l'impression d'être « laissé » par le défunt. Réfléchissez à cet aspect du problème, qui, bien qu'irrationnel en apparence, est vrai; celui qui reste éprouve une sorte d'hostilité inconsciente à l'égard du défunt. Souvent, aussi, un sentiment de culpabilité. Avons-nous fait tout ce que nous devions pour celui qui souffrait? Aurions-nous pu le sauver? ou amoindrir ses souffrances? Quand nous perdons un proche, nous nous interrogeons tellement, nous cherchons si tout ce qui pouvait être tenté l'a bien été et, si la réponse est négative, elle nous enlève la paix de l'âme.

    Il est temps, ce me semble, de voir la mort sous son véritable jour, de la dépouiller de ces monstrueux artifices. Il est temps d'adopter une attitude nouvelle à son égard. On devrait enseigner aux êtres que le chagrin est naturel, normal, que c'est une soupape de sûreté permettant aux émotions étouffées d'être libérées.

    Un grand homme comme Churchill n'avait pas peur - quand l'occasion le justifiait - de laisser couler ses larmes; et pour cela, il n'en était que plus grand.

    Vous demandez comment aider quelqu'un qui souffre à cause de la perte d'un parent. Ne soyons pas hypocrites et ne parlons pas dans ce cas d'un  « être aimé », car pour les jeunes la perte ou la mort d'un parent âgé et encombrant est bien souvent ressentie comme un soulagement. Et ce n'est que parce qu'ils sont honteux de se sentir soulagés qu'ils parlent du disparu en l'appelant « notre parent bien-aimé ».

    La première réaction, quand la mort survient, doit être d'en considérer la réalité et d'accepter l'idée que les choses, désormais, seront différentes. Il y aura tout d'abord les inévitables formalités; puis, l'administration, qui n'est pas une personne douée de sensibilité, demandera sa part de ce que le défunt a légué. On peut apporter une aide réelle à la personne dans l'affliction en l'écoutant, en lui laissant dire son chagrin et évoquer le passé vécu avec le disparu. De cette façon, toute culpabilité - si elle existe - s'atténue ou disparaît, et le disparu sera comme libéré.
 
 
 

    Il importe d'aider quelqu'un qui est dans le chagrin et de ne pas lui permettre de dissimuler sa peine, car celle-ci doit se libérer. Pour cela, il faut l'écouter. Le refoulement du chagrin peut mener à de très graves problèmes de santé. Et dans les cas extrêmes la schizophrénie peut même apparaître. J'ai vu l'exemple d'une jeune femme équilibrée et en apparence comblée chez qui la mort d'un proche provoqua soudain un dérangement mental grave. Ces choses ne se passeraient pas si les voisins ou les amis entouraient la personne dans l'affliction, l'engageaient, même par une attention silencieuse, à parler et à se livrer.

    Que de fois n'ai-je pas entendu la  veuve dire: « Si seulement j'avais agi autrement, il serait encore parmi nous aujourd'hui. » Il y a également le cas où celle qui reste seule se lamente de façon déclamatoire, avec des phrases dans le genre de : « Pourquoi m'a-t-il laissée? Que vais-je faire maintenant? » L'aspect le pire, sans doute, du service funéraire est l'éloge du défunt: des phrases vides. Il semble, en effet, que tout être, sitôt disparu, n'a plus que des vertus. Qu'importe si cet éloge exige de mentir et d'embellir ce que fut la vie du disparu. Outre qu'une telle attitude est indigne, elle est malsaine pour celui qui pleure le défunt, car elle l'amène à croire qu'il a perdu quelqu'un d'infiniment plus grand que ne l'était en réalité le disparu.

    Un autre cas est celui du mari dont la femme meurt en donnant le jour à un enfant. Devenu père, l'homme éprouve une réelle hostilité envers le pauvre bébé dont l'existence a coûté la vie à la mère. Il semble que ces deux existences soient ruinées, ce qui paraît injuste.

    Maintenant, qu'est-ce donc que le chagrin? C'est souvent de l'égoïsme. Souvent une révolte contre tout changement. Et la mort, par ce qu'elle a de définitif, est un boulversement mal accepté.

    Je reviens sur l'attitude à adopter envers une personne affligée: encouragez-la à parler du défunt, car les pleurs libèrent. Mettez-la à l'aise gentiment et dites-lui également que la perte dont elle souffre est, bien sûr, terrible, mais que viendra pour elle l'heure de passer de l'autre côté de la barrière qui sépare les morts de ce monde des vivants de l'autre monde. Et, si vous êtes psychologue - et les meilleurs se recrutent parmi les amateurs et non pas chez les soi-disant professionnels - vous pouvez aider très efficacement ceux qui ont besoin de l'être.

**************************

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 193 et 194)(Extrait 42)}. Aide à la mort.

    Mais, alors que je conseille d'encourager les gens à libérer leur douleur, il ne faut pas, cependant, les laisser s'installer dans le travers qui consiste à s'apitoyer sur eux-mêmes. Il y a une nuance que celui qui cherche à aider doit sentir.

    Tandis que nous sommes sur ce sujet, je voudrais mentionner une lettre qui, certainement, s'applique à la situation: quelque chose d'atterrant s'est passé alors que mon père mourait. Ma fille, âgée de 18 ans, qui était étendue sur un divan, s'est tout simplement endormie pendant que mon père me quittait. Je ne le lui pardonnerai jamais! » Savez-vous que certaines personnes sont des « assistants de ceux qui trépassent ». Ces êtres, peu importe leur âge, leur classe sociale, ont le don d'aider un mourant à passer dans l'autre vie, tout comme une sage-femme est capable d'aider un bébé à naître et à se séparer de sa mère. Alors que la sage-femme doit demeurer vigilante, l'« assistant du mourant », au contraire, doit donner l'impression de s'endormir, car la forme astrale doit émerger du corps. Et, dans le cas relaté dans la lettre, ca n'est pas par manque d'égards que la jeune fille « s'est endormie ». Elle avait, au contraire, la capacité de quitter son corps et d'aider son grand-père à entrer dans sa nouvelle vie.

**************************

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 194 et 195)(Extrait 43)}. Conservation d'un VÉHICULE TERRESTRE pour un futur usager!

    On pourrait dire tant de choses sur le problème de la mort. Au temps de l'Atlantide, par exemple, on gardait toujours des corps dans des chambres froides - des cadavres ou des corps apparemment morts. Ces corps sans entité étaient ainsi gardés pour permettre aux « Jardiniers de la Terre » de prendre possession d'un corps, à n'importe quel moment, et d'apparaître parmi les humains sous une forme humaine. Ces prises de possession de corps étaient les premiers exemples de « voyages dans le temps », car les « Jardinier de la Terre », qui savent tout et peuvent tout, doivent voyager dans différents mondes et se mêler à différentes entités, d'où la nécessité de garder certains corps dont l'occupation est possible par arrangement. Ce processus n'est pas nécessairement le même que celui de la transmigration; dans cette dernière, en effet, une entité prend possession d'un corps à la suite d'un arrangement spécial ou d'une permission - et demeure dans ce corps pour le reste de sa vie terrestre. Mais les « Jardiniers de la Terre » pouvaient, pour un temps, prendre possession d'un corps, aller où ils le désiraient, puis abandonner ce corps tout comme on abandonne une voiture de location. Pourquoi ne pas ouvrir une agence de voyage qui desservirait ces lignes!

**************************

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 206 à 208)(Extrait 44)}. Nouvelles Créations -> nouvelles âmes?

    ... Quand est créé un monde nouveau , ses habitants sont également créés pour s'adapter à ses conditions de vie. Leurs âmes sont-elles aussi des âmes nouvellement créées ou existent-elles déjà à ce moment? »

    Quand un nouveau monde est créé, les entités existent déjà. Considérez la question de cette façon.

    Imaginez que New York arrive à être tellement surpeuplée que l'approvisionnement en nourriture, en électricité, en eau et tout le reste y devienne insuffisant. Que fait-on? Une ville satellite, ou ville-dortoir, est créée dans les environs proches, West Chester, par exemple. Une masse de gens s'y transportent pour y ouvrir les magasins nécessaires à la vie de n'importe quel centre. C'est, en fait, la naissance d'un nouveau monde, et la création d'un nouveau monde signifie toujours que l'un des mondes existants est surpeuplé ou qu'il est destiné à se désagréger. Le soleil, voyez-vous, n'est rien d'autre, après tout, qu'une pile atomique et, bien qu'il puisse parfois nous sembler avoir des millions d'années, à certains autres moments, cependant, il n'est qu'un clignement d'oeil.

    Ceci vous semble difficile à comprendre? Prenez une allumette et voyez-la comme dans un espace mort; l'allumette n'est alors qu'un morceau mort. Frottez-la sur le cêté de la boîte et elle s'enflammera, Toute sortes de petites particules s'échapperont et rejoindront la surface enflammée. Ces particules étant infinimet plus petites, elle se refroidiront beaucoup plus rapidement, et seront cependant chauffées aussi longtemps qu'elles seront proches de la flamme de l'allumette. Mais cette explosion de l'allumette éclatant en flamme ne dure qu'une ou deux secondes - peut-être moins. Mais réfléchissez un instant à ce soleil, donnant naissance à de petites planètes, qui sont des parties projetées, des parties ayant un commencement de vie; ensuite c'est le dépérissement de la vie, quand la flamme du soleil central (la tête de l'allumette) décroît pour devenir finalement un débris brûlé. C'est ainsi que vont les mondes. À nous, qui vivons sur ces particules, ou plutôt sur une particule particulière, il nous semble que les mondes existent pour des milllions d'années. Mais, pour les gens qui regardent au loin, ce n'est que la tête d'une allumette éclatant soudain dans une flamme qui grandit, puis s'éteint.

**************************

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 208 et 209)(Extrait 45)}. Limites de la Création de nouveaux mondes?

    « Si ces âmes sont fraîchement créées, jusqu'où va la multiplication? Où finit l'opération? »

    De nouveau, nous sommes aux prises avec la relativité. L'espace, en fait, est sans limite. Nous n'avons pas affaire à une chose simplement tridimensionnelle, mais à des choses de toutes dimensions - et les choses n'ont pas de dimensions. Sur terre, nous sommes limités à certaines dimensions. Exemple: je suis dans une chambre. La chambre a 4 murs, un plafond et un plancher. Quand je suis dans cette chambre et que la porte en est fermée, je dois, si je veux sortir, ouvrir cette porte; mais, si une personne de la 4e dimension - que nous appellerions un fantôme - désirait entrer, eh bien! ce ne serait pas un problème, car les molécules des murs n'offriraient aucune résistance au fantôme. C'est un peu comme avec la glace, qui est une substance solide et dure. Les gens vivant dans un monde de glace n'auraient aucune conception de ce à quoi ressembleraient leurs âmes;  mais « brisons » un bloc de cette glace, nous changeons son taux de vibration, parce que, lorsqu'une chose meurt, son taux de vibration se modifie. Cette glace que nous avons brisé fond et se transforme en eau - Une substance totalement différente de la glace. L'eau est une matière fluide susceptible de prendre la forme du récipient qui le contient. Mais supposons que nous voulions trouver « l'Âme de la glace ». Nous chauffons l'eau et augmentons ainsi sa vibration; nous obtenons alors une vapeur, un gaz. Si, donc, vous pensez à un corps humain - représenté par la glace - alors vous pouvez transposer et voir le stade où la glace se transforme en eau comme équivalent à celui où nous nous dépouillons de notre corps physique et allons dans le monde astral. Et, après cette phase, nous passons du stade liquide à celui de vapeur, puis de gaz. ainsi, il vous serait impossible de faire passer un morceau de glace au travers d'une substance apparemment solide, tel un papier buvard, par exemple, mais vous pouvez pousser de l'eau à travers. Et de la vapeur passerait encore plus facilement.

    Vous voyez donc que les molécules de glace, les molécules d'eau et les molécules de vapeur sont différentes. Elles se font de plus en plus diffuses à mesure qu'on s'élève. C'est exactement ce qui se produit avec le corps et l'âme de l'homme.

**************************

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(page 210)(Extrait 46)}. Dieu, Entité régnante?

    « On nous enseigne que notre Créateur est un Dieu unique. Y a-t-il une seule Entité à la tête de toute la création ou bien un groupe gouvernant, en charge de notre « Totalité »? »

    Cette question sur le sujet de Dieu est la pire des « colles » qu'on puisse poser. Vous demandez s'il y a vraiment une Entité à la tête de la création entière. Prenons le problème comme ceci: vous êtes un être humain composé d'une tête, de pieds, de bras et de quelques autres petits accessoires placés à certains points stratégiques de votre corps. Et tout ceci, c'est vous - seulement vous - et ce tout, toutes ces parties sont dépendantes les unes des autres. Vous pourriez, bien sûr, continuer à fonctionner si vous perdiez une main ou une jambe, mais vous ne pourriez pas vous passer de votre tête. Mais « Dieu » est cette entité qui comprend l'ensemble des univers - et ils sont des milliards et chaque univers et partie de cet univers est une partie essentielle du « Dieu » fondamental.

**************************

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 210 et 211)(Extrait 47)}. Après,... nos âmes vivront-elles éternellement?

    « Quand nos épreuves en ce monde seront finies, nos âmes vivront-elles éternellement? Vous m'avez gagnée à l'idée qu'après de nombreuses vies nous irons dans des lieux meilleurs. Mais dans combien de mondes aurons-nous à passer ces épreuves, et où finirons-nous? »

    Nos « âmes » vivront aussi longtemps que  « Dieu » vivra, car notre âme, notre « surmoi », n'est qu'une partie de la composition divine. Si vous vous piquez avec une épingle et que vous la retirez immédiatement, elle vous semblera absolument nette, mais, si vous la regardez sous un microscope puissant, vous y découvrirez, attachée, une molécule infime. Eh bien, cette molécule isolée est sans doute ce que vous êtes pour « Dieu ».

**************************

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 211 et 212)(Extrait 48)}. Jésus a parcouru l'Inde, la Chine et le Tibet ...

    « J'ai été élevée dans la religion catholique et ai étudié au couvent. On nous a peu parlé des années au cours desquelles Jésus a disparu. Était-Il en Asie en train d'apprendre? Tous les livres disent des choses différentes sur ce sujet. S'Il est resté si longtemps en Asie, c'est sans doute qu'Il aimait ce qu'Il y apprenait. ... »

    Oui, l'homme Jésus a erré, loin des lieux qui lui étaient familiers - ceux de sa naissance. Jésus a parcouru l'Inde, la Chine et le Tibet, et la religion chrétienne primitive est, en fait, pour une large part un amalgame de religions orientales dans lesquelles on a pioché, rejeté, afin de dégager un dogme susceptible de convenir à une mentalité occidentale.

    Il est plus que certain que Jésus a aimé ce qu'Il a découvert en Orient, car - d'après le rapport de presse cité plus haut - Il serait allé au Japon, au lieu d'avoir été crucifié!

    Au retour de Ses voyages, l'homme Jésus s'est alors rendu en un lieu où, certain de n'être dérangé par aucun témoin oculaire, Il a abandonné son enveloppe charnelle et s'en est allé ailleurs. Son corps était alors occupé par une autre entité de l'espace, selon un arrangement décidé au préalable. C'est ainsi que Jésus, l'homme, quitta son corps et que l'esprit du Christ devint le  « Christ ». Ceci n'est autre chose que la transmigration.

    Tant de gens semblent éprouver une réelle difficulté à comprendre cette question de la transmigration, que le Christ lui-même a enseignée.

    Il a de même eiseigné la réincarnation et, si on lisait la Bible avec un esprit ouvert, on n'aurait aucune peine à comprendre ces choses. Les gens devraient également prendre en considération le fait, absolument formel, que la Bible n'est pas, de nos jours, ce qu'elle fut - ou devrait être - à l'origine. Elle a été traduite, retraduite, mal traduite, interprétée, et des milliers d'éditions différentes en ont été produites. Le chef d'une Église, parfois, décidant soudain que tel ou tel point du dogme ne peut plus être enseigné, prend alors sur lui d'intoduire quelque chose de nouveau. La Bible devrait être vue comme une déclaration de politique générale, plutôt qu'une suite de récits sans enchaînement. La Bible est un grand livre, mais il faut un grand bon sens pour lire un document si ancien et si éloigné de son concept originel.

**************************

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 213 à 215)(Extrait 49)}. Travail Russe sur l'Aura.

    Hé! comment se fait-il, disait le correspondant, que vous, qui travaillez depuis si longtemps sur l'aura, n'ayez jamais un compte rendu de vos travaux dans les journaux? »

    Pensif, le vieil homme retira de la grande enveloppe une coupure de journal, le National Enquirer en date du 24 septembre 1972.

    Il semblait que quelque journaliste ait décidé de louer les efforts passés et futurs des Russes en matière de recherches sur l'aura.

    L'article visait à démontrer que les « plantes » savent quand le temps va changer. Bien sûr qu'elles le savent. Je le dis depuis des années.

    L'article affirment également: « Il est bien évident que les Russes ont une avance sur les Américains dans les domaines de l'influence de l'esprit sur la matière, la télépathie, etc., avance que nous ne rattraperons peut-être jamais. »

    Et: « L'ahurissante découverte qui permet de filmer en couleur l'aura humaine est la preuve de cette étonnante avance des Russes! »

    Mais, là encore, je dirai que je fais des choses semblables depuis des années. De toute façon, je connais dans le détail tous les travaux de cet homme; je lui ai envoyé mes livres en lui livrant les vérités telles qu'on me les avait confiées. Les Russes avaient été très impressionnés par mon livre Les Secrets de l'Aura, qui a suscité de considérables recherches en Russie. La vente de mes livres, dans ce pays, a été très importante et les Russes ont su mettre à profit une large partie de ce que j'avais donné à entendre.
 
 

    Je vous accorde que les Russes ont fait beaucoup de progrès, mais c'est un peu ulcérant de voir les gens ignorer totalement ce qui a été fait ici. Ils donnent l'impression de se gargariser de plaisir quand les communistes russes réussissent quelque chose en copiant quelqu'un; maintenant que je suis citoyen canadien, je constate combien il est vrai que « nul n'est prophète en son pays »! Mes livres ont été pillés, on en a cité des extraits sans jamais donner un coup de chapeau à l'auteur. Mais je suppose que c'est la vie.

    Il y a un autre livre qui fait l'éloge de la « science » russe  et les même remarques s'appliquent à cet ouvrage. J'ai adressé certains détails à son auteur, qui n'a pas eu la courtoisie de me remercier -  et a même omis de me répondre. J'en viens à considérer que je suis un peu « cinglé » de répondre à toutes les lettres que je reçois et de remercier les gens qui m'envoient une coupure de journal. J'ai tort, bien sûr, de me conduire ainsi, mais je me dis toujours que je peux aider quelqu'un. Je tiens simplement à déclarer que les Russes n'ont pas le monopole de la recherche sur l'aura. Ils semblent avoir un monopole des capitaux destinés à la recherche - et, sans argent, les inventions les plus prometteuses sont le plus souvent torpillées. C'est ce que je découvre actuellement. Il existe un « téléphone avec le ciel » et une bonne caméra pour photografier l'aura; toutefois, les Russes, jusqu'ici, ne se sont pas occupés de l'aura véritable, mais de l'enveloppe aurique sous-éthérique. Ils ne sont pas encore allés au coeur du sujet - mais peut-être le pourront-ils avec le temps!

**************************

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 215 et 216)(Extrait 50)}. Origine modeste des Grands Hommes.

    « êst-il exact que la plupart des grands leaders du monde étaient des artisans ou des boutiquiers? Si la chose est vraie, pourquoi en est-il ainsi? »

    Je crois que votre question a quelque fondement. On peut dire que, pour la plupart, les grands leaders sont d'origine modeste - et à cela il y a une raison. Les « Jardiniers de la Terre » pensent que ceux qui viennent ici pour aider l'humanité doivent être en contact avec la masse des humains, car, si un homme revenait sous l'aspect d'un roi, alors il est plus que certain que ses seuls contacts seraient avec des êtres de rang royal ou princier.

     Jésus était le fils d'un charpentier. Peut-être a-t-il manié Lui-même les outils, bien que nous n'ayons jamais entendu dire qu'il ait été charpentier, mais seulement le fils d'un charpentier. Mohammed, l'un des grands prophètes, était un commerçant arabe qui, vers l'âge de 40 ans, commença à recevoir toutes sortes d'instructions et à avoir des échanges avec des « Messagers ». Et c'est le contenu de ces instructions reçues qui l'amena à créer la religion musulmane et à écrire le Coran.

    Quant à Moïse, ce n'était qu'un pauvre enfant abandonné auquel il arriva - pour son bonheur ou pour son malheur - d'être trouvé par une princesse; mais, et c'est ce qui importe, ceci ne l'empêchait pas de demeurer proche des simples.

    Gautama, bien sûr, était prince par la naissance. Mais, ce rendant compte que son rang le tenait à l'écart du peuple, il renonça bien vite à sa caste et abandonna ses nombreuses épouses en dépit de leurs lamentations et s'en alla parcourir le pays comme un homme pauvre et humble. Il devint le Bouddha - fondateur du bouddhisme. Pour être au rang du peuple, il avait renoncé à la fortune et à tous les biens matériels.

**************************

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 216 et 217)(Extrait 51)}. Question de Lois.

    « Y a-t-il de moins en moins de lois gouvernant une entité à mesure que celle-ci s'élève dans l'échelle de l'évolution? »

    Oui. Fondamentalement. Les lois, en fait, sont destinées à contrôler les masses, et bien souvent une loi qui bénéficie à la masse est horriblement injuste pour certains êtres malheureux. Mais, je le répète, la loi n'est pas faite pour convenir à chacun des individus isolément. Une loi doit être formulée de façon à s'adresser à la grande majorité des gens.

    Plus une personne s'élève, moins elle a besoin, pour contrôler son comportement, de lois stéréotypées - vu que, arrivé à une certaine position, un être sait instinctivement ce qu'il doit ou ne doit pas faire.

**************************

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 217 et 218)(Extrait 52)}. Apprentissage et évolution.

    « Devient-il proportionnellement plus aisé de se développer à mesure que le plan d'évolution est plus élevé? »

    Ceci, voyez-vous, est relatif. Vous devez vous souvenir que plus vous vous élèverez et plus grande pourra être votre chute; mais, pour répondre à cette question, je dois reprendre l'exemple de la salle de classe.

    Quand un enfant est à l'école, il est entraîné à l'étude, entraîné à se souvenir, formé à absorber l'information. Mais, s'il quitte l'école pour travailler à quelqu'emploi banal - comme garçon de bureau ou autre chose - il se déshabitue alors d'étudier et, s'il doit reprendre les études quelques années plus tard, il éprouvera alors des difficultés énormes.

    Si un enfant, au contraire, poursuit ses études au secondaire, puis à l'université, choisissant peut-être la médecine ou le droit, alors cet enfant, maintenant jeune adulte, grâce à l'entraînement qu'il a, trouvera l'effort de plus en plus aisé. Ainsi, vous pourriez dire qu'une personne qui évolue consciemment et continuellement - et ne retombe pas dans l'erreur - peut se développer plus aisément qu'une autre qui « traîne les pieds ». Mais, si cette personne fait une erreur et arrête sa propre volution, elle peut alors faire marche arrière, se fourvoyer, ce qui l'obligera à revenir pour apprendre à nouveau sa leçon. Et cette fois les choses seront plus dures pour elle.

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 218 et 219)(Extrait 53)}. Tous possèdent un Corps Astral.

    « Toutes les entités humaines possèdent-elles un corps astral? »

    La réponse est oui. Non seulement tous les humains, mais aussi tous les animaux et même les rochers. Toutes les choses vibrent. L'objet stationnaire n'existe pas, une telle chose est impossible. La plus petite chose existant en ce monde est en état de constant mouvemant moléculaire. Vous pouvez, en regardant une montagne, penser que ce n'est qu'une stupide masse rocheuse inerte, plantée au beau milieu d'un paysage juste pour vous empêcher de voir ce qui est de l'autre côté. Il n'en est rien. C'est une énorme masse de molécules vibrantes, et l'action de toutes ces molécules vibrant à l'unisson établit une manière de champ électrique qui donne un corps astral et aussi une aura. La réponse est donc: oui, tout  a un corps astral, tout a une aura.

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 221 et 222)(Extrait 54)}. La Venue du Leader du Monde.

    « Une autre qestion portant sur la venue du Leader du Monde; sa vie sera-t-elle aussi horrible et aussi pleine de misères que la vôtre? L'humanité l'écoutera-t-elle ou se contentera-t-elle de rire de lui, en demandant des preuves? Aura-t-il vu le jour dans un pays « politiquement acceptable » pour le reste du monde ou aura-t-il aussi à souffrir de discrimination raciale? »

    Je vous répondrai ceci: le Learder du Monde n'a rien à voir avec ces vedettes qui sont sous les feux des projecteurs et aucquelles on fait une publicité éhontée en répétant le slogan qu'elles lancent elles-mêmes, à savoir qu'elles sont seules à pouvoir sauver le monde. Non. Le véritable Leader du Monde vit dans l'anonymat et n'est pas encore connu du monde. Quand l'heure viendra, et seulement alors, il apparaîtra sous les feux d'une publicité qu'il n'aura pas souhaitée.

    Oui, il aura à souffrir; il ne sera pas cru; la presse le persécutera, mais, si son message réussit à atteindre ne serait-ce qu'un millier de personnes, sa venue ici n'aura pas été vaine. Cet être existe actuellement sur cette terre. Le corps est prêt en ce moment même. Au moment jugé opportun, la transmigration se produira et une entité de plus grande envergure viendra pour continuer la tâche. Ce processus est celui qui intervient dans la chirurgie et dans l'art. Ce n'est pas le grand patron qui pratique l'incision, mais un assistant de moins grande réputation. Et, quand ce dernier a préparé le terrain, c'est alors au maître à intervenir et à exécuter ce qui lui vaut d'être appelé maître. L'opération achevée, c'est à un autre, moins prestigieux que lui, qu'il s'en remet du soin de suturer la plaie. Il se passe exactement la même chose avec les Leaders du Monde qui viennent ici et prennent possession d'un corps déjà entraîné à opérer sur la terre. Ce serait un tel gaspillage si une grande entité devait perdre une trentaine d'annés à traîner sur cette vieille terre qu'est la nôtre! C'est pourquoi de tels gens prennent la relève par transmigration.

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 223 et 228)(Extrait 55)}. Anasthésie Électrique et Électro-Chimie.

    .... « Beaucoup de gens ont le sentiment qu'il est possible, grâce aux progrès de la science, de vivre bien plus vieux qu'il y a deux siècles. Où est la vérité? La durée de la vie ne peut-elle être prolongée au-delà d'un certain maximum qui nous est alloué et que nous pouvons abréger par certaines sottises? Les morts prématurées, si fréquentes dans le passé, pourraient-elles être attribuables à la pauvreté et aux mauvaises conditions de vie, etc.? »

    À dire vrai, il n'y a en théorie aucune limite à la durée d'une existence humaine, car tout ceci dépend du souvenir emmagasiné dans les cellules de notre cerveau, le souvenir qui permet au corps de reproduire des parties identiques. Si nous avions une mémoire assez forte - subconsciente, s'entend - nous pourrions vivre presque indéfiniment. Malheureusemen, à notre stade d'évolution actuel, la mémoire se détériore. Il se passe pour elle ce qui se passe dans cette vieille histoire sur l'armée. Des hommes sont alignés. Ils sont environ une centaine. L'officier, qui se tient à un bout du rang, murmure quelque chose à l'homme proche de lui en lui disant de faire circuler à son voisin, qui, lui-même... et ainsi de suite. Et, quand le dernier homme délivre le message, celui-ci n'a que peu de rapport avec le sujet original.

    La même chose se produit avec les humains. Nous pouvons dire qu'un fragment du tissu humain s'est usé et que l'entité-corps exige qu'on procède à une remise en état; mais, la mémoire étant un peu lasse de toutes ces répétitions, de légères imperfections se produisent alors, légères différences dans le type, la texture ou la couleur de la peau. C'est ainsi qu'une personne peut se retrouver avec une de ces plaques brunes qui sont symptôme de vieillissement ou qu'une dame difficile à satisfaire peut se retrouver avec un petit excès de tissu et, découvrant qu'elle a ce qu'elle considère comme une ride désobligeante, elle appliquera sur sa peau quelque produit destiné à la resserrer.
 
 
 

    Un jour viendra, je ne sais quand, où les gens pourront vivre 500 ou 600 ans, et ceci ne sera pas dû à des découvertes spéciales dans le domaine de la chirurgie ou de la médecine, mais à des développements dans l'électro-chimie; ceci pour la simple raison que, si nous pouvons faire en sorte que notre équilibre chimique soit correct, alors nous pouvons obtenir les voltages corrects du cerveau et, dans ce cas, le cancer, la schizophrénie et d'autres maladies seraient guéries. Quand une personne est arrivée à l'épuisement par excès de travail, par exemple, sa structure chimique interne manque des composants producteurs de l'énergie qui la garde en condition. Mais, si cette personne prend un peu de sucre (pourvu qu'elle ne soit pas diabétique), elle aura soudain un coup de fouet, et sa fatigue s'évanouira temporairement. Sa batterie aura été rechargée et fonctionnera normalement.

    Je viens juste de recevoir de recevoir de mon vieil ami Jim Dodd, qui vit en Amérique, une coupure de journal. C'est un article sur la « médecine électrique », et mes points de vue sur ce sujet l'intéressent beaucoup....

    Mais cet article sur la «  médecine électrique » ne fait que confirmer ce que je vous dis depuyis longtemps: « Nous nous arrêtons rarement pour réfléchir au fait que notre corps fonctionne grâce à l'électricité. C'est pourtant exact. » Et Jim Dodd me demande ce qu'il y a de vrai dans cet article. Je réponds qu'il y a une grande part de vérité, mais que la médecine, malheureusement, est presque toujours en retard d'au moins un siècle. Les médecins orthodoxes partisans du classicisme n'osent pas risquer leur réputation en tentant un quelconque traitement que l'usage n'a pas consacré depuis au moins quelques années et qui n'a pas été reconnu par les syndicats de médecins contrôleurs.

    Oh, oui! N'oubliez jamais que les médecins ont des syndicats beaucoup plus puissants que ceux des charretiers, et que les règlements en sont très rigides.
 
 
 

    J'affirme qu'on peut réaliser des choses extraordinaires avec l'électricité. Convenablement utilisée, elle peut hâter les guérisons et faciliter la soudure d'os fracturés. À un bout de l'échelle il y a l'électrocution, qui arrache l'individu à son corps et envoie son astral se promener à travers l'espace, et à l'autre bout on voit que l'électricité peut aider à mettre des enfants au monde.

    C'est l'anesthésie électrique qui intéresse tout spécialement Jim Dodd, et l'article qu'il m'adresse me semble très dépassé, car l'efficacité de l'anesthésie électrique a été définitivement prouvée. Deux électrodes étant placées derrière la tête avec un courant assez faible, le patient plonge dans un sommeil sans rêves, l'astral pensant, en effet: « Mais, sapristi, je n'apprécie pas beaucoup ça; c'est un peu trop chaud pour mes pieds; aussi, je m'en vais! » Et c'est ainsi que l'astral abandonne en hâte le corps pour n'y revenir que quand le courant est coupé.

    En fait, si quelqu'un savait comment expédier une personne dans le sommeil, ce serait dangereux, car, enfin, nous connaissons tous les histoires de proxénètes et de négriers qui endorment d'innocentes filles sans défense en leur passant devant le visage un coton imbibé de chloroforme. Mais vous n'ignorez pas que c'est inexact et qu'il faut un certain temps pour endormir quelqu'un avec ce procédé. Le coup de marteau sur le crâne est plus efficace.

    Attention, tout de même! Réfléchissez avant d'essayer l'électricité ou le marteau! Parce que le meurtre est une erreur, tout comme le suicide. Aussi, en lisant tous ces détails d'ordre électrique, n'y puisez pas d'inspiration. Je vous répète que le suicide est vraiment une erreur monstrueuse.
 
 
 

    Mais, si une personne connaît la technique simple qu'est l'électro-anesthésie, n'importe qui peut fort bien se trouver « endormi » par surprise, et à son insu. Peut-être est-ce la raison pour laquelle les médecins sont si précautionneux à ce sujet, préférant sans doute entourer la chose d'un peu de mise en scène et d'un certain rituel afin de la faire paraître plus difficile qu'elle ne l'est.

    Prenons donc le patient que nous voyons emmener sur un chariot dans la salle d'opération. L'anesthésiste place simplement deux petites électrodes de chaque côté de la tête, à des points bien précis. On met le courant et le patient s'endort aussi rapidement que s'éteint un ampoule électrique quand on tourne le commutateur. Pas de halètement, pas le moindre mouvement, le patient est simplement « débranché ».

    Ensuite, une fois l'opération terminée, le courant est coupé et le patient, instantanément, se réveille, sans se rappeler la moindre peine ou le moindre détail en liaison avec l'opération, et, chose intéressante, cet effet d'absence de peine dure de 12 à 20 heures, temps durant lequel le patient est pleinement conscient et agréablement raisonnable - à condition qu'il le soit par tempérament. Mais cette forme d'anesthésie sera en usage, un jour ou l'autre. Ce n'est qu'une question de préjugés à dépasser et de peur à vaincre. Le processus évoque sans doute par trop l'électrocution: s'étendre, avoir quelqu'un qui vous place des électrodes sur la tête et, quand on branche le courant, ça y est, vous partez!

    L'introduction de l'électricité dans l'anesthésie est un grand bienfait, tout particulièrement pour les opérations du foie et du rein. L'opération du rein nécessite, en effet, une anesthésie très importante, c'est-à-dire qu'il faut une terrible quantité de drogue et de gaz anesthésique; le pauvre rein, outre l'opération qu'il doit subir, doit éliminer - ce qui complique sa tâche - tous les toxiques qu'il a absorbés. De plus, quelle que soit l'opération, une absorption importante de produits nocifs est susceptible de perturber le métabolisme du patient, alors que l'induction électrique supprime tous ces inconvénients. Pas de souffrances, pas de toxiques, mais seulement un profond sommeil sans suites désagréables.

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 228 et 230)(Extrait 56)}. L'exorcisme.

    Commençons par une question portant sur l'exorcisme: « Nombre de gens d'Église affirment s'être livrés à cette opération - certains avec succès et d'autres avec de piètres résultats. Comment, à moins d'être doués de seconde vue, et ils ne le sont pas, sauront-ils à qui ou à quoi ils ont affaire? Est-il permis d'affirmer ce qui se produit? »

    Oui. Si un lieu est hanté, ceci signifie donc qu'il abrite une entité indésirable. Cette entité crée un sentiment désagréable dont les gens sont conscients, sans pouvoir toutefois expliquer comment et pourquoi. Dans certains cas, ils voient cette entité. Dans d'autres, ils la sentent; mais, quand ils sont complètement dépourvus de seconde vue, ils éprouvent un très fort sentiment de malaise, leur esprit est traversé par d'étranges impressions, et même les moins clairvoyants d'entre eux savent qu'il se passe quelque chose d'anormal.

    Les gens qui sont capables de pratiquer l'exorcisme sont des gens qui émettent des ondes télépathiques puissantes, ce qui signifie qu'ils peuvent projeter avec force une quelconque pensée. Un ecclésiastique qui s'est totalement convaincu par hypnose qu'il agit comme le bras droit de Dieu - et le gauche également - se sent de ce fait survolté. Il pense qu'il est la réponse à la prière divine. Mais, sûr de lui comme il l'est, il va, tournant tous les boutons de portes, et l'entité qui hante n'aime pas du tout ça. Elle pense en effet: « Je ne peux pas sentir ce type-là. S'il doit traîner longtemps par ici, moi, je m'en vais. » Et, ainsi, les forces qui hantent s'en vont vers de nouvelles pâtures où aucun ecclésiastique ne viendra projeter ses ondes désagréables. C'est aussi simple que cela. Ce n'est qu'une question de télépathie, parce que - quoi qu'en pense chacun de nous - tous les individus sont, dans une certaine mesure, doués de télépathie. Il a été prouvé, par exemple, que, même lorsqu'une personne (qui nie posséder ce don)  est soumise à un test et pense à une victime non douée de télépathie, le pouls et la tension de cette personne peuvent être modifiés. Nombre de choses concernant la seconde vue et la télépathie ont été prouvées, mais n'ont pas été rendues publiques, simplement parce que le meurtre et l'hémoglobine sont des sujets d'attraction qui se vendent mieux.

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 230 et 232)(Extrait 57)}. Le but de l'évolution du règne végétal et animal.

    « Pouvez-vous expliquer le but de l'évolution du règne végétal et animal? »

    Beaucoup de gens  croient que les plantes se transforment, par l'évolution, en animaux et les animaux, en humains. Ce qui n'est pas. Vous n'avez jamais entendu dire qu'un cheval se soit transformé en vache ou quMune feuille de laitue soit devenue un oiseau. Le règne animal, le règne végétal ainsi que l'espèce humaine sont des genres complètement à part; mais - et ceci n'est pas une plaisanterie, mais une vérité absolue - il est certaines olanètes où les animaux prennent la place des humains. Sur d'autres, ce sont les végétaux qui règnent en maîtres. Il existe même une certaine planète où les plantes tout comme les arbres sont à même de se mouvoir. Rassenblant leurs racines, qui ont subi des modifications, ils se déplacent et vont les enfoncer ailleurs, afin d'absorber la nourriture qui leur est nécessaire. C'est cela, l'évolution; peut-être que, du point de vue humain, un chou sur cette terre n'est pas conscient, mais, tel qu'il est, il peut cependant reconnaître les gens - et les émotions. Je vous imagine en train de sourire; vous ne me croyez pas. Cependant, le fait a bel et bien été prouvé par des tests de laboratoire. Ce qui fait que, si votre tante M. était une  gentille bonne vieille dame, son aspidistra serait heureux lui aussi, se développerait beaucoup mieux et aurait une bien plus belle couleur. Tandis que la plante de Mélissa M., une vieille chipie, aurait sans doute un air rabougri.Il semble que la morale de tout ceci est que, si vous souriez à vos pommes de terre en les regardant, elles feront de leur mieux pour pousser.
 
 
 

    L'évoluton est toujours un mouvement ascendant; ainsi, les végétaux et les plantes que nous connaissons sur cette terre deviendront, dans une évolution différente, dans une autre incarnation, des personnalités puissammant intelligentes du monde végétal.

    Les animaux, également, se développent vers un état spirituel. Ceci ne veut pas dire que votre chat va soudain découvrir la peinture et devenir meilleur que Rembrant ou qu'il va faire des radios  sur la table de cuisine. Non, leur valeurs sont complètement sfférentes. Elles consistent en un aboutissement spirituel - tout comme dans le passé, avant l'avènement du communisme, de la télévision et de la presse, les seules valeurs qui comptaient en Orient était celles de l'esprit, de la vraie pensée religieuse. Les gens gagnants assez pour assurer leur subsistance et, de cette façon, pouvaient progresser pendant leur séjour sur terre t ne pas avoir à y revenir. Les gens, aux temps lointains. étaient  d'une bien meilleure qualité que les humains d'aujourd'hui. Ils n'étaient pas contaminés par tous les mass media, et tous les intérêts commerciaux. Qu'importe, de nos jours, qu'une personne soit de bonne compagnie et agréable à vivre - Tout ce qui importe, c'est la grosseur de son compte en bancaire. Jugé d'après ce dernier critère, je ne vaudrais pas lourd! Mais je sais pas mal de choses dans le domaine spirituel - et l'on n'emporte pas son compte en banque de l'Autre Côté. Le mien se réduit à du savoir, un savoir que je pourrai emporter avec moi quand l'heure viendra de m'en aller.
 

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 216 et 217)(Extrait 58)}. Les minéraux sont-ils intelligents?

    « Les minéraux, sur n'importe quelle planète, sont-ils intelligent? »

    Ma réponse est oui. Je vous ai déjè dit que, sur certaines planètes, la molécule de carbone n'est pas l'élément constructif; ce peut être le silicate, et il y a des pierres composées de silicate qui sont, en fait, des pierres pensantes, des entités mouvantes. Si vous étiez en mesure d'aller là-bas et de les voir (mais, comme la chose est imposssible, inutile d'importuner l'agence de voyage), il vous faudrait peut-être passer toute votre vie à les regarder avant de noter la moindre amorce de mouvement, car, pour une créature capable de vivre un ou deux millions d'années, la vitesse de son déplacement n'a pas beaucoup d'importance, Ainsi, les pierres qui se meuvent prennent leur temps.
 

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 233 à 235)(Extrait 59)}. La transmigration.

    « Il a été dit que le corps change, molécule par molécule, tous les sept ans. Que se passe-t-il en fait? Peut-être certains des livres orientaux qui donnent cette information pourraient-ils être trahis par la traduction? »

    Prenons un cas imaginaire, voulez-vous? Le jeune Billy Smith est las de la vie, rien ne marche pour lui; il en a assez de cette terre où tous les êtres ont l'air déprimés. Il songe sérieusement au suicide - ce qui est parfaitement stupide, parce que s'il le fait il sera renvoyé sur terre dans des conditions bien pires. Mais, avant qu'il se supprime, un message lui parvient au cours de son sommeil. Tom Thomas, qui est dans l'astral, désire revenir sur terre pour accomplir une tâche spéciale; il a procédé à un arrangement avec le conseil qui contrôle ces choses, arrangement selon lequel Billy Smith pourra quitter son corps, pourvu qu'il autorise Tom Thomas à en prendre possession. Billy Smith, tout d'abord, n'attache pas une grande importance à cette idée de quelqu'un venant prendre possession de sa pauvre enveloppe, mais plus le temps passe et plus il se sent prêt à consentir. L'idée, enfin, est mise à exécution. Billy Smith s'étend quelque part, la Corde d'Argent est rompue, mais, avant d'être complètement détachée, elle est rattachée à une Corde d'Argent issue de Tom Thomas - et Tom Thomas, homme de l'astral, prend alors possession du corps de Billy Smith.
 
 
 

    Le pauvre Tom, consterné, frissonne d'effroi dans ce corps en si triste condition. Les muscles sont flasques, les pieds se refusent à aller où on les dirige et les yeux ne semblent pas mettre au point. De plus, ce corps dégage une odeur infecte. Peu importe, Tom s'y fera avec letemps, mais pour l'instemp il est loin d'être satisfait. Il éprouve un peu ce qu'éprouve l'aviateur qui doit piloter un avion auquel il n'est pas habitué: il tâtonne, cherche les commandes, les différents cadrans, etc., puis, avec précaution, met l'appareil en marche. Tom, bientôt, est en mesure de contrôler ce corps, mais ne peut se défaire du sentiment d'étrangeté, sentiment qui devient intolérable. Et, ainsi, l'une après l'autre, les molécules de ce corps d'emprunt sont changées - et le résultat est qu'au bout de 7 annnées le corps n'a plus du tout la même composition et est maintenant devenu le corps de Tom Thomas. Et, de nouveau, il est heureux, ayant retrouvé le corps auquel il est habitué.

    Dans les temps anciens, le haut clergé avait le pouvoir d'instruire les gens sur la façon de pratiquer ces choses. C'était un peu comme une démonstration, par un vendeur de nouveaux modèles de voiture. Les corps pouvaient être essayés et mis à l'épreuve, afin de voir lequel convenait le mieux, et, comme je l'ai dit plus avant, il existait en Atlantide des corps spéciaux « sans propriétaire » et qu'on tenait à la disposition des « Jardiniers de la Terre », en vue de leurs déplacements On les utilisait à la manière d'une voiture de location et on les retournait, une fois le voyage terminé.
 

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 235 et 236)(Extrait 60)}. Les Yétis!

    On me pose une question sur les yétis: « Beaucoup de gens affirment les avoir vus - dans différentes parties du monde - et les avoir photographiés. Est-ce exact? Les têtes, les mains et autres détails qu'on expose parfois sont-ils authentiques ou sont-ce simplement des objets fabriqués visant à attirer les visiteurs? »

    C'est, ne croyez-vous pas, bien étrange de penser que des gens sont allés sur la lune, des vaisseaux-robots sur Mars, et que d'autres engins ont été envoyés dans d'autres mondes, alors que l'homme n'a pas encore exploré tous les aspects de ce monde-ci. Nombreux sont les points de la terre, du Canada, par exemple, de l'Alaska, du Tibet, de l'Inde et de l'Afrique où les humains ne sont jamais allés; et dans ces régions perdues existent encore les survivants d'une race qui aurait dû s'éteindre, il y a des siècles. Oui, il y a des « yétis ». Ces créatures sont les restes d'une race qui a disparu de la terre. Il s'est passé pour elle ce qui se passe quand on drague un lac pour le vider du poisson qu'ils renferme, afin de l'ensemencer avec une autre espèce: il arrive que quelques poissons échappent au filet, ce qui est bien normal. Un de ces poissons, porteur d'oeufs, peut être caché dans un petit creux de rocher, si bien que d'autres poissons de la première espèce peupleront encore le lac. Pour les yétis, c'est une bonne chose qu'ils vivent dans des régions si peu accessible, car il existe tant de gens sanguinaires qui se feraient un plaisir de tuer un yéti pour installer sa peau devant la chemin de leur salon.

    Quant aux « spécimens » que vous pouvez voir dans les muséees ou expositions, ce ne sont que des reproductions en cire, souvent remarquable, mais ce n'est que ça.
 

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 236 à 238)(Extrait 61)}. Que sont les pyramides?

    « Que sont les pyramides?  D'où tirent-elles leur origine? Comment furent-elles bâties? Quel était leur véritable usage? Un objet en forme de pyramide préserve-t-il les choses? »

    Les pyramides ne sont que des balises tout comme celles qui guident les appareils sur un terrain d'aviation ou comme les bouées, ou balises flottantes, qu'on voit sur la mer ou les fleuves fréquentés par des navires. La pyramide ayant 4 côtés, ceci aide sans doute à refléter les signaux.

    Au temps où les « Jardiniers de la Terre » venaient en ce monde, ils se déplaçaient en navires de l'espace, et ces derniers devaient être guidés, tout comme un bateau entrant au port doit être guidé par la forme de la couleur des objets ancrés sur l'eau.

    Au temps où les pyramides furent bâties, on possédait des secrets de construction et des techniques que nous ne connaissons plus - des moyens qui, par exemple, pouvaient annuler les effets de la pesanteur. On était ainsi en mesure, ayant posé une sorte de crampon sur un énorme bloc de pierre et actionnant un ou deux petits mécanismes de réglage, de soulever un bloc dans l'air et de le guider vers sa destination.

    Ceci n'est pas de la fiction. C'est un fait. Laissez-moi vous parler d'un hôtel très particulier, construit aux U.S.A. La première partie de l'opération a consisté à construire une sorte de charpente avec des alvéoles, puis un très puissant moteur a été fixé au sommet de blocs - lesquels blocs étaient chacun une chambre complètement équipée - et il fut actionné, élevant ainsi chacun de ces blocs, qui n'eut plus qu'à se glisser dans l'une de ces ouvertures. J'ai vu ceci dans "Practical Mechanis".

    Ainsi, donc, les pyramides ont été construites à l'aide de machine antipesanteur.

    Le Sphinx? demandez-vous. Ce n'est, lui aussi, qu'un repère destiné à localiser la masse énorme de trésors enfouis en dessous - le trésor, dans ce cas, était un musée des arts et sciences. C'est à cette fin que le Sphinx fut édifié.

    Peut-être l'ignorez-vous, mais il existe plusieurs pyramides de par le monde. L'Égypte n'en a pas le monopole. Le Mexique et le Brésil en possèdent; on en trouve également dans certaines régions de Chine. Le navire de l'espace pouvaient, d'après des signaux émis depuis ces pyramides, se diriger et gagner le port spatial de leur choix. Je répète avec un extrême sérieux que ceci n'est pas de la fiction, mais une vérité absolue.
 

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(page 238)(Extrait 62)}. L'Astral inférieur.

    « Où est l'astral inférieur? Et qu'est-ce?

    L'astral inférieur est une zone -ou temps continu - où les vibrations, au lieu d'être tridimensionnelles, sont à deux dimensions et où les conditions sont inharmonieuses. C'est une zone astrale où la pensée est confuse et où la création artistique est impossible. C'est ce qu'on pourrait appeler une zone crépusculaire. Quand vous regardez une peinture dans un demi-jour, vous n'en voyez pas les couleurs; seule la composition est lisible. Il faut la lumière du jour pour voir les couleurs. De la même manière, si l'on s'élève dans l'astral, au-dessus de la terre, on voit alors des couleurs qui ne sont pas visibles quand on est sur la terre. Mais, depuis l'astral inférieur, où l'on est emprisonné dans ce réseau de vibrations inférieures, il est possible de discerner les plus criardes des couleurs que l'on voit sur cette terre.
 

Les Lumières de l'Astral /   Par Tuesday Lobsang Rampa---- 1973 -> « Candlelight » ; Montréal : La Presse, 1974.  246 p. ; 21 cm. {(pages 240 à 245)(Extrait 63)}. La mort et l'Au-Delà. [1/4]

    Un autre vieil homme se mourait. Dans la chambre obscure où il était étendu, il regardait fixement, de ses yeux qui faiblissaient, un rayon de soleil qui réussissait à pénétrer en haut des rideaux.

    Il s'agita nerveusement, l'esprit absent. Il ne souffrait pas. C'était plutôt comme une sensation de froid qui montait de ses pieds è ses genoux.

    Il se demandait tristement quand les anges se rassembleraient autour de lui. Il avait été toute sa vie un croyant et très fervent. Il croyait aux anges, il croyait qu'à sa mort il irait au paradis, il croyait...

    La lumière baissa soudain, comme si un nuage était passé devant le visage du soleil, mais simultanément une Lumière plus intense entra dans la chambre. Le froid - un froid de glace - gagnait maintenant ses hanches et montait toujours. Lentement, très lentement, il atteingnit le coeur.

    Une limière intense enveloppait la chambre. Il regarda autour de lui de ses yeux vitreux déjà,  et il entrevit des formes vagues qui l'entouraient - des formes portant des ailes. Il y avait des murmures de voix qu'il ne parvenait plus à comprendre. Le froid montait toujours. Avec un dernier râle convulsif, le vieil homme entra finalement dans l'agonie. Son coeur s'arrêta et ses poumons cessèrent de pomper. Puis, tout s'accéléra, l'oxygène ne parvenant plus au cerveau. Son corps physique eut encore quelques réactions, mais le vieil homme, maintenant, ne pouvait plus souffrir.

    Les yeux sans vie regardaient vers le haut. Dans le corps il y eut un bruit de liquides et de gaz. Les articulations se détendirent avec un crépitement, en même temps que les muscles se setâchaient.

    Lentement, un brouillard bleuté s'éleva du cadavre, flottant autour de la tête; puis, il se fit plus dense et prit la forme d'un humain nu, un vieil homme abîmé par la souffrance. Mais, à mesure que ce brouillard devenait plus dense, ses contours se faisaient plus doux, plus jeunes et plus tranquilles.

    Graduellement, la corde d'attache, ou Corde d'Argent, devint plus ténue, puis céda. La forme astrale nouvellement composée hésita pendant un moment, puis avec une faible secousse entra en mouvement et, de plus en plus rapide, elle gagna un plan inconu.
 
 
 

    Toute sa vie le vieil homme avait été un grand croyant. Il n'avait jamais cru à la réincarnation, mais à la résurection de la chair au jour du jugement dernier. Il croyait que tous les corps enterrés ou incinérés étaient récupérés et recouverts d'une enveloppe charnelle - même après des milliers d'années. Et maintenant, dans sa forme astrale, il était perdu, perdu et errant, victime de ses croyances qui n'étaient que promesses trompeuses et auxquelles il avait adhéré pendant si longtemps. Il ne croyait plus à rien, si ce n'est que les morts reposaient solitaires dans leur tombe ou en un petit tas de cendres. Mais il était vivant - vivant sous une forme différente. Autour de lui c'était tour à tour les ténèbres du néant, puis, quand la conscience lui venait de ses doutes, une autre facette de sa religion se manifestait sous la forme des anges. Il s'accrochait alors désespérément à l'idée des anges. À regret, il rejeta la pensée de la résurrection - qu'était donc pour lui la résurrection? N'était-il pas vivant, dans un état différent? Mais il pouvait voir les anges; alors, qu'était-ce donc que toutes ces paroles sur la résurrection? Qu'on le laisse vivre pour le moment, pensa-t-il, et il lui sembla qu'il tombait sur le sol. Ses pieds - des pieds astraux? Les pieds de l'esprit? Ils lui paraissaient solides, et sous eux le sol était chaud, doux et moelleux. Finalement, il tomba et en même temps le voile s'écarta; regardant autour de lui, il vit les anges qui vollaient, les chérubins assis sur les nuages, tandis qu'il entendait des choeurs qui répétaient le même chant monotone. Puis, dans le lointain, il vit une lumière dorée - les Portes du Paradis.

    Il se précipita en avant, inexorablement attiré par la lumière dorée. Puis, après un temps impossible à définir, il arriva enfin devant les édifices immenses qui se dressaient au-dessus de lui. Une silhouette miroitante avec une épée de lumière dorée lui barra la route et une voix demanda: « Qui êtes-vous? »

    Le vieil homme déclina son identité. Juste à l'intérieur de la porte une autre forme étincelante ouvrit un grand livre et, après avoir mouillé son pouce, en tourna les pages. « Ah! oui, dit la seconde voix. Vous êtes attendu. Entrez! »

    Le Grand Livre fut refermé. Les Portes s'ouvrirent et le vieil homme - jeune et nu maintenant - entra.
 
 
 

    Le visiteur nouvellement arrivé demeura pendant un temps dans l'extase en voyant, réalisé, tout ce que sa religion lui avait enseigné. Anges, chérubins, séraphins, tous étaient là autour de lui. Les Phalanges Célestes chantaient en choeur à différentes altitudes, saint Pierre, l'ange chargé du Grand Livre de toute connaissance, dans lequel était gardé le rapport sur chaque âme existant sur terre - et où étaient inscrits le bien et le mal qu'avait faits chaque individu.

    Cependant, le vieil homme - maintenant le plus récent visiteur - éprouvait un sentiment de malaise de plus en plus grand. Il prenait conscience de certaines inconsistances. Ce qui l'entourait n'était pas réel. Il avait l'impression d'une pantomime. Il se demandait à quel moment il s'était fourvoyé. Sa religion avait-elle des failles? Puis, l'idée de la résurrection lui revint. Tout ceci est-il aussi peu authentique que la résurrection? Comment, pensait-il, des corps morts et décomposés depuis longtemps pourraient-ils être assemblés de nouveau au dernier coup de trompette d'une grande fanfare? Où se tiendraient tous ces gens? Comment seraient-ils vêtus et nourris? Cet aperçu du Paradis me parait bien décevant, pensa-t-il, et je commence à ne pas en croire mes sens.

    À peine avait-il formulé ces doutes qu'il y eut un fracas effroyable, tel un coup de tonnerre; tout l'édifice s'écroula autour de lui et la lumière dorée s'éteingnit. Mais une lumière plus forte encore apparut. Le vieil homme, un visiteur à présent, regarda autour de lui avec respect. Voilà qui est plus vraisemblable, se dit-il. Accourant vers lui, il vit des gens qu'il avait connus lors de sa dernière vie sur la terre, des gens qu'il avait aimés. Un petit animal, un compagnon cher, se précipita vers lui en sautant et en poussant des cris joyeux.

    Puis, une autre forme vint à lui en disant: « Vous êtes délivré de vos illusions. Vous êtes maintenant rendu dans une vraie maison, la Terre de la Lumière Dorée. Vous y resterez pour un temps, jusqu'à ce que vous - et vous seul - ayez décidé ce que vous voulez faire. »

    C'est ainsi que beaucoup de religions égarent les individus. La vraie sagesse ne vient que si l'on garde un esprit ouvert, afin que, à l'heure de la transition entre cette vie et une autre, vous - et vous seul - et chacun de vous puissiez aller à l'état pour lequel votre évolution et votre accomplissement vous ont préparés, car, dans le plan supérieur des choses, même les trépassés doivent être protégés contre leur propre folie. Si un être croit qu'il gagnera, à sa mort, un Paradis imaginaire, alors on lui en offrira le spectacle jusqu'à ce qu'il en voie les points faibles.
 
 
 

    Si un homme pense qu'il s'en va vers une terre d'inneffables délices, où de ravissantes filles danseront pour le distraire, alors on lui en offrira le spectacle - jusqu'au moment où il aura dépassé le stade de besoins aussi éphémères.

    Si une femme, leader du mouvement de libération, se fait du paradis l'idée d'un lieu où tous les hommes seront esclaves, ceci sans aucun doute peut être mis en scène pour elle. Et tous ces spectacles peuvent continuer indéfiniment et ne prendre fin que le jour où, s'étant développée spirituellement et mentalement, la personne concernée peut alors accepter la Terre de la Lumière Dorée pour ce qu'elle est, c'est-à-dire un lieu réel, différent, mais pas tellement cependant, de celui qu'elle a quitté récemment. Un lieu purifié, débarrassé du mal, où n'existent ni haine, ni inimitié, ni pauvreté, ni souffrance. Un lieu où il est possible pour chacun, en pleine conscience, d'être juge de ses actions passées, de ses efforts, de ses échecs et, partant, de décider ce qui doit être fait dans le futur.

***** FIN *****