Make your own free website on Tripod.com
LE DIEU FUMEUX
Ou
Un Voyage au Monde Intérieur
http://ourhollowearth.com/PartOne.htm


"Il est le Dieu qui est assis dans le centre, sur le nombril de la terre et il est l'interprète de religion à toute l'humanité."
-Platon.

PARTIE UN :

L'avant-propos d'Auteur

Je crains l'histoire apparemment incroyable que je suis sur le point de me rapporter seront considéré comme le résultat d'un intellect déformé apporté, probablement, par la fascination de dévoiler un merveilleux mystère, plutôt qu'un rapport(record) véridique des expériences inégalées liées par un Olaf Jansen, dont la folie éloquente a si fait appel à mon imagination que tous ont pensé à une critique analytique ont été efficacement dissipé.

Marco le Polo changeront sans aucun doute avec difficulté dans sa tombe à l'histoire étrange on me fait appel à la chronique; une histoire aussi étrange qu'un conte Munchausen. Il est aussi incongru que moi, un incrédule, doit être celui pour éditer l'histoire d'Olaf Jansen, dont on pour la première fois donne maintenant le nom au monde, encore qui doit après se classer comme un du notables de terre.

J'avoue librement que ses déclarations n'admettent aucune analyse raisonnable, mais ont un rapport avec le mystère profond concernant le Nord gelé qui pendant siècles a revendiqué l'attention des scientifiques et des laïcs de la même façon.

Cependant beaucoup ils sont au désaccord avec les manuscrits cosmographical du passé, ces déclarations plates peuvent être comptées sur comme un rapport(record) des choses Olaf Jansen prétend avoir vu de ses propres yeux.

Cent fois auxquelles j'ai demandées à moi-même s'il est possible que la géographie mondiale est incomplet et que le récit ahurissant d'Olaf Jansen est basé sur des faits démontrables. Le lecteur peut être capable de répondre à ces questions à sa propre satisfaction, cependant loin le chroniqueur de ce récit peut être d'avoir atteint une conviction(condamnation). Encore parfois même je suis embarrassé pour savoir si j'ai été emmené d'une vérité abstraite par l'ignes fatui d'une superstition intelligente, ou si les faits jusqu'ici acceptés sont, après tout, fondés sur la fausseté.

Il peut être que la vraie maison d'Apollon n'était pas à Delphi, mais dans dont ce centre de la terre plus vieux Platon parle, où il dit : "la maison réelle d'Apollon est parmi l'Hyperboreans, à une terre de vie perpétuelle, où la mythologie nous dit deux pigeons volant de deux opposé(opposé,en face) des fins du monde rencontré dans cette région juste, la maison d'Apollon. En effet, selon Hecataeus, Leto, la mère d'Apollon, est née dans une île dans l'Océan arctique loin au-delà du Vent du Nord."

Ce n'est pas mon intention d'essayer une discussion du theogony des déités, ni cosmogonie du monde. Mon devoir simple est d'éclairer le monde concernant une partie jusqu'ici inconnue de l'univers, comme on l'a vu et décrit par le vieux Scandinave, Olaf Jansen.

L'intérêt à la recherche du nord est international. Onze nations sont engagées dans, ou ont contribué, le travail périlleux d'essai de résoudre un mystère restant cosmologique de la Terre.

Il y a une énonciation, antique comme les collines, ce "la vérité est plus étrange que la fiction," et dans une façon la plus ahurissante a cet axiome été m'a apporté à la maison dans la quinzaine dernière.

C'était juste deux heures le matin quand j'ai été réveillé d'un sommeil reposant par la sonnerie vigoureuse de ma sonnette. Disturber inopportun s'est avéré être un messager portant une note, gribouillée presque au point d'illisibilité, d'un vieux Scandinave par le nom d'Olaf Jansen. Après beaucoup de déchiffrement, j'ai discerné l'écriture, qui a simplement dit : "est malade à la mort.  Venir." L'appel était impérieux et je n'ai perdu aucun temps dans la préparation pour me soumettre.

Peut-être je peux aussi expliquer ici qu'Olaf Jansen, un homme qui tout à fait a récemment célébré son anniversaire quatre-vingt-dix-cinquième, a pendant la dernière demi-douzaine ans été vivant seul dans un bungalow sans prétention de la voie Glendale, une distance courte du centre commercial de Los Angeles, la Californie.

C'était moins alors il y a deux ans, tandis que de la marche à pied une après-midi, que j'ai été attiré par la maison d'Olaf Jansen et c'est l'environnement intime, vers son propriétaire et occupant, que je suis après venu pour savoir comme un partisan dans l'adoration antique d'Odin et Thor.

Il y avait une douceur dans son visage et une avec bonté expression dans les yeux profondément alertes gris de cet homme qui avait vécu plus que des années quatre-vingts et dix; et, withal, le sens de la solitude qui a fait appel à ma sympathie. Légèrement baissé et de ses mains étreintes derrière lui, il a marché dans les deux sens avec le pas lent et mesuré, ce jour où d'abord nous nous sommes rencontrés. Je peux à peine dire quel motif particulier m'a poussé à faire une pause dans ma promenade et l'engager dans la conversation. Il a semblé heureux quand je complimented lui sur l'attrait de son bungalow et sur les vignes soignées et des fleurs pendantes par grappes dans la profusion sur ses fenêtres, toit et large piazza.

J'ai bientôt découvert que ma nouvelle connaissance n'était aucune personne ordinaire, mais un profonde et a appris à un degré remarquable; un homme qui, en années postérieures de sa longue vie, avait creusé profondément dans des livres et était devenu fort dans le pouvoir(puissance) de silence méditatif.

Je l'ai encouragé à parler et ai bientôt réuni(cueilli) qu'il avait résidé seulement six ou sept ans dans la Californie du Sud, mais avait passé la douzaine d'ans antérieurs dans un des moyens états Orientaux. Avant cela il avait été un pêcheur de la côte de la Norvège, dans la région des Îles Lofoden, de d'où il avait fait des voyages le nord toujours plus éloigné à Spitzbergen et même à Franz Josef la Terre.

Quand j'ai commencé à faire mon congé, il a semblé peu disposé pour me faire aller et m'a demandé de venir de nouveau. Bien qu'au temps je n'en aie pensé rien, je me souviens maintenant qu'il a fait une remarque particulière comme j'ai prolongé(ai étendu) ma main dans prenant congé. "Vous viendrez de nouveau ?" Il a demandé. "Oui, vous viendrez de nouveau un jour. Je suis sûr que vous ferez(serez); et je vous montrerai ma bibliothèque et vous dirai dont beaucoup de choses vous n'avez jamais rêvé, des choses si merveilleux qu'il peut être vous ne me croiront pas."

Je l'ai en riant assuré que je ne viendrais pas seulement de nouveau, mais serais prêt à croire quoi qu'il pourrait vouloir me dire de ses voyages et aventures.

Les jours qui a suivi je suis devenu bien mis au courant Olaf Jansen et, peu à peu, il m'a dit son histoire, si merveilleuse, que ses défis très audacieux raisonnent et la croyance. Le vieux Scandinave se se exprimait toujours avec tant de fait d'être sérieux et sincérité que je suis devenu fasciné par ses narrations étranges.

Est alors venu l'appel des messagers cette nuit et dans l'heure j'étais au bungalow d'Olaf Jansen.

Il était très impatient au long attendent, bien qu'après la convocation de je soient venu immédiatement à son chevet.

"Je dois me presser," s'est-il exclamé, tandis qu'encore il a tenu ma main dans la salutation. "J'ai beaucoup pour vous dire que vous savez pas et je n'aurai confiance en personne, mais vous. Je comprends entièrement ," a-t-il continué à la hâte, "cela je ne réchappera pas de la nuit. Le temps est venu pour joindre(rejoindre) mes pères dans le grand sommeil."

J'ai ajusté les oreillers pour le faire plus confortable et l'ai assuré j'étais heureux d'être capable de le servir de n'importe quelle façon possible, car je commençais à comprendre le sérieux de sa condition.

Le retard de l'heure, le calme de l'environnement, le sentiment étrange d'être seul avec l'homme mourant, ensemble avec son histoire mystérieuse, tout combiné faire mon coeur pour battre rapide et fort avec une compassion que je n'ai aucun nom. En effet, il y avait plusieurs fois cette nuit par le divan du vieux Scandinave et il y a eu plusieurs fois depuis, quand une sensation plutôt qu'une conviction(condamnation) a pris possession de ma très âme et j'ai semblé non seulement croire en, mais voir en réalité , les pays étranges, les gens étranges et dont le monde étrange il a dit et entendre le choeur puissant orchestral d'un mille voix vigoureuses.

Car plus de deux heures il ont semblé dotées avec la force presque surhumaine, parlant rapidement et selon toute apparence, rationnellement. Finalement il m'a donné dans mes mains de certaines données, des dessins et des cartes brutes. "Ceux-ci", ont dit il pour conclure, "je pars dans vos mains. Si je peux avoir votre promesse pour leur donner au monde, je mourrai heureux, parce que je désire que les gens puissent savoir la vérité, pour alors on expliquera tout le mystère concernant la Partie nord gelée. Il n'y a aucune chance de votre souffrance le destin que j'ai subi. Ils ne vous mettront pas dans des fers, ni vous enfermeront dans une maison de fous, parce que vous ne dites pas votre propre histoire, mais le mien et moi, des remerciements aux dieux, Odin et Thor, serez dans ma tombe et ainsi au-delà de la portée des incrédules qui persécuteraient."

Sans une pensée des résultats d'une grande portée la promesse entraînée, ou la prévision beaucoup de nuits sans sommeil que l'obligation m'a depuis apportées, j'ont donné ma main et avec cela un gage pour décharger fidèlement son dernier souhait.

Comme le soleil est monté sur les sommets de Jacinto San, loin au vers l'est, l'esprit d'Olaf Jansen, le navigateur, l'explorateur(sonde) et l'adorateur d'Odin et Thor, l'homme dont les expériences et des voyages, comme rapproché, sont sans un parallèle dans l'histoire mondiale, a décédé et j'ai été laissé seul avec les morts.

Et maintenant, après avoir payé les derniers rites tristes à cet homme étrange des Îles Lofoden et le toujours plus loin "Vers le nord Ho!", l'explorateur(sonde) courageux de régions gelées, qui en ses années baissantes (après qu'il avait passé la marque quatre-vingts) avait cherché un asile de paix reposante dans la Californie sunfavored, j'entreprendrai rendre public son histoire.

Mais, tout d'abord, me laissent se livrer à une ou deux réflexions :

La génération suit la génération et les traditions du passé brumeux sont passées du père au fils, mais pour quelque intérêt de raison étrange au fermé de glace inconnu ne diminue pas avec les années reculantes, ou bien dans les avis(esprits) de l'ignorant ou bien l'appris.

Avec chaque nouvelle génération une impulsion agitée remue les coeurs d'hommes pour capturer la citadelle voilée de l'arctique, le cercle de silence, la terre de glaciers, les déchets froids d'eaux et les vents qui sont étrangement chauds. L'augmentation de l'intérêt est manifestée dans les icebergs montagneux et de merveilleuses suppositions sont livrées concernant le centre de la terre de gravité, le berceau des marées, où les baleines ont leurs chambres d'enfants, où l'aiguille magnétique devient folle, où l'Aurora Borealis éclaire la nuit et où l'alcool courageux et courageux de chaque génération ose risquer et explorer, défiant les dangers "du Nord le Plus éloigné."

Un des travaux les plus capables d'années récentes est "le Paradis Trouvé, ou le Berceau de la Race humaine au Pôle arctique," par William F. Warren. Dans son volume soigneusement préparé, M. Warren presque stubbed son orteil contre la vérité réelle, mais manqué cela apparemment par la largeur de seulement un cheveu, si la révélation du vieux Scandinave être vrai.

Docteur Orville Livingston de la Sangsue, le scientifique, dans un article récent, dit : "les possibilités de terre à l'intérieur de la terre ont été d'abord apportées à mon attention quand j'ai pris(acheté) un geode sur les rivages des Grands Lacs. Le geode est un sphérique et la pierre apparemment solide, mais quand cassé(violé) est trouvé pour être creux et couvert de cristaux. La terre est seulement une grande forme d'un geode et la loi qui a créé le geode dans sa forme creuse a sans aucun doute modelé la terre de la même manière."

Dans la présentation du thème de cette histoire presque incroyable, comme dit par Olaf Jansen et complété par le manuscrit, des cartes et des dessins bruts confiés à moi, une introduction d'adaptation est trouvée dans la citation suivante :

"Dans le Dieu commençant a créé le ciel et la terre et la terre était sans forme et le vide." Et aussi, "le Dieu a créé l'homme dans sa propre image." Donc, même dans le matériel de choses, l'homme doit être Divin, parce qu'il est dans la ressemblance du Père.

Un homme construit une maison pour lui et la famille. Les porches ou des vérandas sont tout sans et sont secondaires. La construction(bâtiment) est vraiment construite pour les convenances dans.

Olaf Jansen fait l'annonce ahurissante par moi, un instrument humble, cela de la même manière, le Dieu a créé la terre pour "le dans" - c'est-à-dire pour ses pays, mers, des rivières, des montagnes, des forêts et des vallées et pour ses autres convenances internes, tandis que la surface extérieure de la terre est simplement la véranda, le porche, où les choses grandissent par la comparaison, mais peu abondamment, comme le lichen sur le côté de montagne, accrochant de façon déterminable pour l'existence nue.

Prenez une coquille d'oeuf et de chaque fin éclatent un morceau aussi grand que la fin de ce crayon. Extrayez son contenu et ensuite vous aurez une représentation parfaite de la terre d'Olaf Jansen. La distance de la surface intérieure à la surface extérieure, selon lui, est environ trois cents milles. Le centre de gravité n'est pas dans le centre de la terre, mais dans le centre de la coquille(obus) ou la croûte; donc, si l'épaisseur de la croûte de la terre ou la coquille(obus) est trois cents milles, le centre de gravité est cent cinquante milles au-dessous de la surface.

Dans leurs livres de bord des explorateurs(sondes) arctiques nous disent de l'immersion de l'aiguille comme le navire des voiles dans les régions du nord le plus éloigné connu. En réalité, ils sont à la courbe; sur le bord de la coquille(obus), où la gravité est géométriquement augmentée et tandis que le courant électrique part apparemment précipitamment dans l'espace vers l'idée de fantôme du Pôle arctique, encore ces mêmes gouttes(baisses) de courant électrique de nouveau et continuent son cours au sud le long de la surface intérieure de la croûte de la terre.

Dans l'annexe à son travail, Capitaine Sabine donne un compte d'expériences pour déterminer l'accélération du pendule dans des latitudes différentes. Cela semble avoir résulté du travail commun de Peary et Sabine. Il dit : "la découverte accidentelle qu'un pendule en enlèvement de Paris au voisinage de l'équateur a augmenté son temps de vibration, a donné le premier pas à notre connaissance présente que l'axe polaire du globe est moins que l'équatorial; que la pesanteur à la surface des augmentations de la terre progressivement de l'équateur vers les poteaux(pôles)."

Selon Olaf Jansen, dans le commencement ce vieux monde du nôtres a été créé seulement pour "le dans" le monde, où sont placé les quatre grandes rivières - l'Euphrates, le Pison, le Gihon et l'Hiddekel. Ces mêmes noms de rivières, quand appliqué aux flots sur la surface "extérieure" de la terre, sont purement traditionnels d'une antiquité au-delà de la mémoire(souvenir) d'homme.

Sur le sommet d'une haute montagne, près de la source de ces quatre rivières, Olaf Jansen, le Scandinave, prétend avoir découvert le perdu depuis longtemps "le Jardin d'Eden," le nombril véritable de la terre et avoir dépensé(passé) plus d'étude de deux années et reconnaissance dans ce merveilleux "dans" la terre, exubérante avec la flore extraordinaire et abondant dans des animaux géants; une terre où les gens vivent pour être siècles vieux, après l'ordre de Mathusalem et d'autres caractères Bibliques; une région où à un quart de la surface "intérieure" est la terre d'eau et à trois quarts; où il y a de grands océans et beaucoup de rivières et lacs; où les villes sont le superlatif dans la construction et la magnificence; où les modes de transport sont aussi lointains en avance sur le nôtre que nous avec nos accomplissements vantés sommes en avance sur les habitants "de l'Afrique la plus sombre."

La distance directement à travers l'espace de la surface intérieure à la surface intérieure est environ six cents milles moins que le diamètre reconnu de la terre. Dans le centre identique de ce vide énorme est la place d'électricité - une boule(balle) de mammouth de feu morne rouge - non ahurissamment le brillant, mais entouré par un nuage blanc, doux, lumineux, distribuant la chaleur uniforme et tenu en sa place dans le centre de cet espace interne selon la loi immuable de gravitation. On connaît ce nuage électrique aux gens "dans" comme le domicile "du Dieu Fumeux." Ils croient que c'est le trône "des Plus Hauts."

Olaf Jansen m'a rappelé de comment, dans le vieux collège(université) des jours, nous étions tout familiers avec les démonstrations de laboratoire de mouvement centrifuge, qui a clairement prouvé que, si la terre était un solide, la rapidité de sa révolution sur son axe le déchirerait dans un mille fragments.

Le vieux Scandinave a aussi maintenu(entretenu) que des points les plus éloignés de terre dans les îles de Spitzbergen et Franz Josef la Terre, on peut voir les masses d'oies volant annuellement toujours plus loin vers le nord, de même que les marins et le rapport(record) d'explorateurs(sondes) dans leurs livres de bord. Aucun scientifique n'a encore été assez audacieux pour essayer d'expliquer, même à sa propre satisfaction, vers ce que des pays ces volailles winged sont guidées par leur instinct subtil. Cependant, Olaf Jansen nous a donné une explication la plus raisonnable.

On explique aussi la présence de la haute mer dans la Partie nord. Olaf Jansen prétend que l'ouverture du nord, la consommation ou le trou, pour ainsi dire, sont environ quatorze cents milles à travers. Dans le rapport(connexion) avec cela, laissez-nous lu que l'explorateur Nansen(sonde L Nansen) écrit, à la page 288 de son livre : "je n'ai jamais eu une voile si splendide. Sur au nord, fermement le nord, avec un bon vent, si rapidement que le flot et la voile peut nous prendre, un mille de haute mer après le mille, la montre après la montre, par ces régions inconnues, toujours plus claires et plus claires de glace, on pourrait presque dire : ' combien de temps durera-t-il ? ' L'oeil tourne toujours au vers le nord comme unes allures le pont. Il regarde l'avenir. Mais il y a toujours le même ciel sombre en avant ce qui signifie la haute mer." De nouveau, l'Examen(revue) de Norwood de l'Angleterre, dans sa question(publication) du 10 mai 1884, dit : " Nous n'admettons pas qu'il y a la glace jusqu'au Poteau(pôle) - une fois à l'intérieur de la grande barrière de glace, une nouvelles pauses du monde sur l'explorateur(sonde), le climat est doux comme celui d'Angleterre et, après, embaumé comme les Îles grecques. "

Certaines des rivières "dans", Olaf Jansen revendique, est plus grand que notre Mississippi et des rivières d'Amazone combinées, dans le point de volume d'eau portée; en effet leur grandeur est occasionnée par leur largeur et profondeur plutôt que leur longueur et il est aux bouches de ces rivières puissantes, comme ils coulent vers le nord et au sud le long de la surface intérieure de la terre, ces icebergs de mammouth sont trouvés, certains d'entre eux quinze et vingt milles de large et de quarante à cent milles dans la longueur.

Est-ce qu'il n'est pas étrange qu'il n'y a jamais eu d'iceberg rencontré ou bien dans l'Océan arctique ou bien Antarctique qui n'est pas composé d'eau douce ? Les scientifiques modernes prétendent que la congélation élimine le sel, mais Olaf Jansen revendique différemment.

Hindoo Antique, des écritures japonaises et chinoises, aussi bien qu'hieroglyphics des courses(races) éteintes du continent Nord-américain, tous parlent de la tradition de soleil-worshiping et c'est possible, dans la lumière ahurissante des révélations d'Olaf Jansen, que les gens du monde intérieur, séduit loin par les aperçus(lueurs) du soleil comme il a brillé sur la surface intérieure de la terre, ou bien du du nord ou bien l'ouverture du sud, est devenu inassouvi "du Dieu Fumeux," le grand pilier ou le nuage de mère d'électricité et, las de leur atmosphère continuellement douce et plaisante, a suivi la lumière plus brillante et a été finalement mené au-delà de la ceinture de glace et dispersé sur la surface "extérieure" de la terre, par l'Asie, l'Europe, l'Amérique du Nord et, plus tard, l'Afrique, l'Australie et Amérique du Sud. 1

1 La citation suivante est significative; "il s'ensuit que l'homme paraissant d'une région de mère toujours indéterminée mais que quelques considérations indiquent pour avoir été au Nord, a rayonné dans plusieurs directions; cela ses migrations a été constamment du Nord au Sud." - M. Marquis G. de Saporta, dans la Science Populaire Montly, octobre, 1883, fait appeler(pagine) 753.

C'est un fait notable que, comme nous nous approchons de l'Équateur, la stature de la race humaine grandit moins. Mais le Patagonians de l'Amérique du Sud est probablement les seuls aborigènes du centre de la terre qui est sortie par l'ouverture d'habitude désignée comme le Pôle antarctique et ils sont appelés la course(race) géante.

Olaf Jansen déclare que, dans le commencement, le monde a été créé par le Grand Architecte de l'Univers, pour que l'homme puisse demeurer sur sa surface "intérieure", qui a depuis été l'habitation "du choisi("voulu").

Eux qui ont été chassés "du Jardin d'Eden" ont apporté leur histoire traditionnelle avec eux.

L'histoire des gens vivant "dans" contient un récit suggérant l'histoire de Noah et l'arche avec laquelle nous sommes familiers. Il a navigué loin, aussi bien que Columbus, d'un certain port, à une terre étrange qu'il avait entendue parler loin au vers le nord, portant avec lui de toute la façon des bêtes des champs(domaines) et les volailles de l'air, mais n'a jamais été entendue parler après.

Sur les frontières du nord de l'Alaska et toujours plus fréquemment sur la côte Sibérienne, sont trouvé des cimetières contenant les défenses de d'ivoire dans des quantités si grandes pour suggérer les enterrant-places(enterrant-place) d'antiquité. Du compte d'Olaf Jansen, ils sont venus de la grande vie prolifique animale qui abonde en champs(domaines) et des forêts et sur les banques des nombreuses rivières du Monde Intérieur. Les matériels ont été attrapés dans les courants océaniques, ou ont été portés sur des banquises et ont accumulé comme le bois flotté sur la côte Sibérienne. Cela a continué pendant une éternité et de là ces cimetières mystérieux.

Sur ce sujet William F. Warren, dans son livre déjà cité, fait appeler(pagine) 297 et 298, dit : " Les roches arctiques disent d'Atlantis perdu plus merveilleux que Platon. Le fossile les lits d'ivoire de la Sibérie excelle tout de la sorte dans le monde. Des jours de Pliny, au moins, ils ont constamment subi l'exploitation et tout de même ils sont le quartier général en chef de provision. Les restes de mammouths sont si abondants que, comme Gratacap dit, ' les îles du nord de la Sibérie semblent créées d'os entassés. ' Un autre auteur scientifique, la conversation des îles de la Nouvelle Sibérie, vers le nord de la bouche de la Rivière la Lena, emploie cette langue : ' les grandes quantités de d'ivoire sont creusées de la raison(terre) chaque année. En effet, on croit certaines des îles pour être rien qu'une accumulation de bois de construction de dérive et les corps de mammouths et d'autres animaux d'antédiluvien gelés ensemble. ' De cela nous pouvons déduire que, pendant les années qui se sont écoulé depuis la conquête russe de la Sibérie, des défenses utiles de plus de vingt mille mammouths ont été rassemblées. "

Mais maintenant pour l'histoire d'Olaf Jansen. Je le donne en détail, comme noter tout seul dans le manuscrit et tissé dans le conte, de même qu'il les a placés sont de certaines cotes de travaux récents sur l'exploration arctique, montrant comment soigneusement le vieux Scandinave comparé avec ses propres expériences ceux d'autres voyageurs au Nord gelé. A ainsi écrit le disciple d'Odin et Thor :

******************

PARTIE DEUX :
L'Histoire d'Olaf Jansen
http://ourhollowearth.com/PartTwo.htm


Mon nom est Olaf Jansen. Je suis un norvégien, bien que je sois né dans la petite ville russe de marins d'Uleaborg, sur la côte orientale du Golfe de Bothnia, le bras du nord de la Mer Baltique.

Mes parents étaient en croisière de pêche dans le Golfe de Bothnia et ont mis dans cette ville russe d'Uleaborg au moment de ma naissance, étant le jour vingt-septième d'octobre, 1811.

Mon père, Jens Jansen, est né à Rodwig sur la côte scandinave, près des Îles Lofoden, mais après le mariage de fait sa maison à Stockholm, parce que les gens de ma mère ont résidé dans cette ville. Quand sept ans, j'ai commencé à aller avec mon père à ses voyages de pêche le long de la côte scandinave.

Tôt dans la vie j'ai montré une aptitude pour des livres et à l'âge de neuf ans a été placé à une école privée à Stockholm, restant là avant que je n'aie quatorze ans. Après cela j'ai fait des voyages réguliers avec mon père en tous ses voyages de pêche.

Mon père était un homme entièrement six pieds trois dans la hauteur et a pesé plus de quinze pierre, un Scandinave typique du tri(sorte) le plus raboteux(rude) et capable de plus d'endurance qu'un autre homme que j'ai jamais connu. Il a possédé la douceur d'une femme dans l'offre peu de voies, encore sa détermination et volonté était indescriptible. Sa volonté n'a admis aucune défaite.

J'étais en ma dix-neuvième année où nous avons commencé sur ce qui s'est avérée être notre dernier voyage comme des pêcheurs et qui a abouti à l'histoire étrange que l'on donnera au monde, - mais tant que j'ai fini mon pèlerinage terrestre.

Je n'ose permettre les faits comme je sais(connais) qu'ils sont publiés tandis que je vis, de crainte de la nouvelle humiliation, l'emprisonnement et la souffrance. Tout d'abord, j'ai été mis dans des fers par le capitaine du navire de pêche à la baleine qui m'a sauvé, pour aucune autre raison que laquelle j'ai parlé à la vérité des merveilleuses découvertes faites par mon père et moi-même. Mais c'était lointain d'être la fin de mes tortures.

Après quatre ans et l'absence de huit mois j'ai atteint Stockholm, seulement constater que ma mère était morte l'année précédente et la propriété laissée par mes parents dans la possession des gens de ma mère, mais il m'a été immédiatement transformé.

Tous pourraient avoir été bien, a fait effacer je de ma mémoire(souvenir) l'histoire de notre aventure et de la mort épouvantable de mon père.

Finalement, un jour j'ai dit l'histoire en détail à mon oncle, Gustaf Osterlind, un homme de propriété considérable et lui ai recommandé vivement d'aller d'une expédition pour moi pour faire un autre voyage à la terre étrange.

D'abord j'ai pensé qu'il a favorisé mon projet. Il a semblé intéressé et m'a invité à aller avant de certains fonctionnaires et leur expliquer, comme j'ai dû lui, l'histoire de nos voyages et découvertes. Imaginez ma déception et horreur quand, sur la conclusion de mon récit, de certains papiers ont été signés par mon oncle et, sans avertissement, je me suis trouvé arrêté et suis parti à la hâte à l'emprisonnement morne et craintif dans une maison de fous, où je suis resté pendant vingt huit ans - les années longues, ennuyeuses, épouvantables de souffrance!

Je n'ai jamais cessé d'affirmer ma santé mentale et protester contre l'injustice de mon emprisonnement. Finalement, sur le dix-septième d'octobre, 1862, j'ai été libéré. Mon oncle était mort et les amis de ma jeunesse étaient maintenant des étrangers. En effet, un homme plus de cinquante ans, dont seulement le rapport(record) connu est celui d'un fou, n'a aucun ami.

J'étais embarrassé pour savoir que faire comme métier, mais instinctivement tourné vers le port où les barques de pêche dans de grands numéros(nombres) ont été ancrées et dans une semaine j'avais expédié avec un pêcheur par le nom d'Yan Hansen, qui commençait en longue croisière de pêche aux Îles Lofoden.

Ici mes années précédentes de recevoir une formation prouvé d'avantage même le plus grand, particulièrement dans permission de moi pour me faire utile. Ce n'était pas que le commencement d'autres voyages et par l'économie frugale que j'étais, en quelques années, capables de posséder un cachot de pêche de mon propre.

Pendant vingt sept ans ensuite j'ai suivi la mer comme un pêcheur, cinq ans travaillant pour d'autres et les vingt deux dernier pour moi.

Pendant toutes ces années j'étais un étudiant le plus diligent de livres, aussi bien qu'un ouvrier dur à mon affaire, mais j'ai pris le grand soin pour ne pas mentionner à chacun l'histoire concernant les découvertes faites par mon père et moi-même. Même à ce jour dernier je serais craintif d'avoir quelqu'un voit ou sait les choses que j'écris et les rapports(records) et des cartes que j'ai dans mon tenant. Quand mes jours sur la terre sont finis, je laisserai des cartes et les rapports(records) qui éclaireront et, j'espère, l'humanité d'avantage.

La mémoire(souvenir) de mon long emprisonnement avec des maniaques et toute l'angoisse horrible et des souffrances est trop vive pour garantir ma prise de nouvelles chances.

En 1889 j'ai vendu de mes barques de pêche et ai constaté que j'avais accumulé une fortune tout à fait suffisante de me tenir le reste de ma vie. Je suis alors venu en Amérique.

Pendant une douzaine d'ans ma maison était dans l'Illinois, près de Batavia, où j'ai réuni(ai cueilli) la plupart des livres dans ma bibliothèque présente, quoique j'aie apporté beaucoup de volumes de choix de Stockholm. Plus tard, je suis venu à Los Angeles, arrivant ici le 4 mars 1901. La date que je me rappelle bien , comme c'était la deuxième inauguration du Président McKinley le jour. J'ai acheté cette maison humble et ai déterminé, ici dans la vie privée de mon propre domicile, abrité par ma propre vigne et arbre de figue et avec mes livres de moi, faire des cartes et les dessins des nouveaux pays que nous avions découverts et aussi écrire l'histoire en détail du temps mon père et j'ai laissé Stockholm jusqu'à l'événement tragique qui nous a séparés dans l'Océan Antarctique.

Je me rappelle bien que nous avons laissé Stockholm dans notre sloop de pêche le troisième jour d'avril, 1829 et avons navigué à l'au sud, laissant Gothland l'Île à gauche et l'Île Oeland à droit. Quelques jours plus tard nous avons succédé dans le doublement Sandhommar au Point et avons fait notre voie par le son qui sépare le Danemark de la côte scandinave. En temps voulu nous mettons dans à la ville de Christiansand, où nous avons donné du repos à deux jours et avons ensuite commencé autour de la côte scandinave au vers l'ouest, nous dirigeant vers les Îles Lofoden.

Mon père était dans le haut esprit, à cause des retours excellents et satisfaisants qu'il avait reçus de notre dernier attrapent en commercialisant à Stockholm, au lieu de la vente à une des villes de marins le long de la côte scandinave. Il a été particulièrement heureux avec la vente de quelques défenses d'ivoire qu'il avait trouvées sur la côte d'ouest de Joseph Land Franz pendant une de ses croisières du nord l'année précédente et il a exprimé l'espoir que cette fois nous pourrions de nouveau être assez chanceux de charger notre petit sloop de pêche de d'ivoire, au lieu du cabillaud(morue), le hareng, le maquereau et le saumon.

Nous mettons dans à Hammerfest, la latitude soixante et onze degrés et quarante minutes, pour le repos de quelques jours. Ici nous sommes restés une semaine, nous approvisionnant en une provision supplémentaire de dispositions et plusieurs tonneaux d'eau potable et avons ensuite navigué vers Spitzbergen.
 

 

Pendant les premiers quelques jours nous avions une haute mer et favorisant le vent et ensuite nous avons rencontré beaucoup de glace et beaucoup d'icebergs. Un navire grand que notre petit sloop de pêche ne pouvait pas probablement avoir chaîné sa voie parmi le labyrinthe d'icebergs ou a serré par les canaux à peine ouverts. Ce monstre bergs a présenté une succession infinie de palais de cristal, de cathédrales massives et des chaînes de montagnes fantastiques, sinistres et pareilles à sentinelle, immobile comme quelque falaise imposante de roche solide, étant debout silencieux comme le sphinx, résistant aux vagues agitées d'une mer agitée.

Après beaucoup de délivrances de justesse, nous sommes parvenus à Spitsbergen le 23 juin et nous sommes mis à l'ancre à la Baie Wijade pendant un temps court, où nous étions tout à fait couronnés de succès dans notre attrape. Nous avons alors soulevé l'ancre et avons navigué par le Détroit Hinlopen et coasted le long de la Terre du Nord-est. 2

2 On se le rappellera qu'Andree commencé en son voyage de ballon fatal de la côte du nord-ouest de Spitzbergen.

Un vent fort a abordé du sud-ouest et mon père a dit que nous préférerions en profiter et essayer d'atteindre Franz Josef Land, où, l'année avant qu'il n'avait, par accident, trouvé les défenses d'ivoire qui lui avaient apporté un si bon prix à Stockholm.

Jamais, auparavant ou depuis, faites voyez je tant d'oiseau de mer; ils étaient si nombreux qu'ils ont caché les roches sur le littoral et ont obscurci le ciel.

Pendant plusieurs jours nous avons navigué le long de la côte rocheuse de Franz Josef Land. Finalement, un vent d'approbation a abordé qui nous a permis de faire la Côte D'ouest et, après la navigation à voile vingt quatre heures, nous sommes venus à une belle admission.

On pourrait à peine croire que c'était la Partie nord. La place était verte avec la végétation en croissance et tandis que le secteur n'a pas compris plus qu'unes ou deux acres, encore l'air était chaud et tranquille. Il a semblé être à ce point où l'influence du Gulf Stream est plus profondément sentie. 3

3 Monsieur John Barrow, Bart., F.R.S., dans son travail ayant droit "les Voyages de Découverte et la Recherche Dans les Régions arctiques," dit à la page 57 : "M. Beechey se réfère à ce qui était fréquemment trouvé et remarqué - la douceur de la température sur la côte occidentale de Spitsbergen, étant là la sensation petite ou aucune de froid, quoique le thermomètre puisse être seulement quelques degrés au-dessus du point de congélation. L'effet brillant et vif d'un jour clair, quand le soleil brille en avant avec un ciel pur, dont la nuance azurée est si intense pour ne trouver aucun parallèle même dans le ciel vanté italien."

Sur la côte est il y avait de nombreux icebergs, encore ici nous étions dans l'eau ouverte. Loin à l'ouest d'entre nous, cependant, étaient icepacks et toujours plus loin au vers l'ouest la glace a apparu comme les gammes des collines basses. Devant nous et directement au nord, mettent une haute mer. 4

4 Le capitaine Kane, à la page 299, citant(cotant) du Journal de Morton, le 26 décembre, dit : "autant que je pourrais voir, les passages ouverts étaient quinze milles ou plus larges, avec la glace parfois écrasée les séparant. Mais c'est toute la petite glace et je pense cela ou bien conduit(roule) de à l'espace libre au nord ou bien pourrit et coule(baisse), comme je ne pourrais voir aucun en avant au nord."

Mon père était un partisan ardent dans Odin et Thor et me disait fréquemment qu'ils étaient les dieux qui sont venus de loin au-delà "du Vent du Nord."

Il y avait une tradition, mon père a expliqué, ce toujours plus loin était vers le nord une terre plus beau que chacun que l'homme mortel avait jamais connu et qu'il a été peuplé par "le Choisi("voulu"). 5

5 Nous trouvons la chose suivante dans "Mythologie Allemand," faites appeler(paginez) 778, du stylo de Jakob Grimm; "alors les fils de Bor construit au milieu de l'univers la ville appelée Asgard, où demeurent les dieux et leur analogue et de ce domicile mettent au point tant de choses merveilleuses, et sur la terre et dans le ciel au-dessus de cela. Il y a dans cette ville une place appelée Hlidskjalf et quand Odin est assis là sur son trône élevé il voit sur le monde entier et discerne toutes les actions d'hommes."

Ma jeune imagination a été renvoyée(tirée) par l'ardeur, l'ardeur et la ferveur religieuse de mon bon père et je me suis exclamé : "pour pourquoi pas naviguer à cette terre gracieuse ? Le ciel est juste, le vent favorable et la mer ouverte."

Même maintenant je peux voir l'expression de surprise agréable sur sa mine comme il s'est tourné vers moi et a demandé : "mon fils, désirez-vous aller avec moi et explorer - pour aller loin au-delà d'où l'homme s'est jamais aventuré ?" J'ai répondu affirmativement. "Très bien," il a répondu. "Peut le dieu Odin nous protéger!" Et, ajustant rapidement les voiles, il a jeté un coup d'oeil à notre boussole, a tourné la proue dans la direction due du nord par un canal ouvert et notre voyage avait commencé. 6

6 Le hall écrit, à la page 288 : "le 23 janvier deux Esquimaux, accompagné par deux des marins, est allé au Cap Lupton. Ils ont annoncé une mer d'eau ouverte prolongeant(étendant) autant que l'oeil pourrait s'étendre."

Le soleil était bas dans l'horizon, comme c'était toujours le premier été. En effet, nous avions presque quatre mois de jour en avance de nous avant que la nuit gelée ne puisse s'avancer de nouveau.

Notre petit sloop de pêche a sauté en avant comme si désirant comme nous-mêmes pour l'aventure. Dans trente six heures nous avons été dehors de vue du point le plus haut sur le littoral de Franz Josef Land. Nous avons semblé être dans un courant fort dirigeant le nord par le nord-est. Loin à droit et à gauche de nous étaient des icebergs, mais notre petit sloop a porté en bas sur le rétrécit et a passé par des canaux et de dans des hautes mers - des canaux rétrécissez-vous si en places que, avaient notre métier été d'autre que petit, nous n'avons jamais pu arriver par.

Le troisième jour nous sommes venus à une île. Ses rivages ont été lavés par une haute mer. Mon père a décidé de poser et explorer pendant un jour. Cette nouvelle terre était privée de bois de construction, mais nous avons trouvé une grande accumulation de bois flotté sur le rivage du nord. Certains des troncs(coffres) des arbres étaient quarante pieds de long et deux pieds dans le diamètre. 7

7 Greely nous dit dans vol. 1, page 100, que : "Privates Connell et Frederick a trouvé un grand arbre conifére sur la plage, juste au-dessus du niveau des hautes eaux extrême. C'était presque trente pouces dans la circonférence, environ trente pieds de long et avait apparemment été porté à ce point par un courant dans un couple d'années. Une partie de cela a été découpée pour le bois de chauffage et pour la première fois dans cette vallée, un feu de camp brillant, joyeux a donné le confort à l'homme."

Après l'exploration d'un jour du littoral de cette île, nous avons soulevé l'ancre et avons tourné notre proue au nord dans une haute mer. 8

8 Docteur Kane dit, à la page 379 de ses travaux : "je ne peux pas imaginer ce qui devient de la glace. Un courant fort survient constamment au nord; mais, des altitudes de plus de cinq cents pieds, j'ai vu seulement les bandes étroites de glace, avec les grands espaces d'eau ouverte, de dix à quinze milles dans la largeur, entre eux. Il doit, donc, ou bien aller à un espace libre au nord, ou se dissoudre."

Je me rappelle que ni mon père ni moi-même n'avaient goûté l'alimentation pour presque trente heures. Peut-être c'était à cause de la tension d'excitation de notre voyage étrange dans des eaux le nord plus éloigné, mon père a dit, personne(chacun) avaient jamais avant(auparavant) été. La mentalité active avait dulled les demandes des besoins physiques.

Au lieu du froid étant intense comme nous avions prévu, c'était vraiment plus chaud et plus plaisant que cela avaient été tandis que dans Hammerfest sur la côte du Nord de la Norvège, environ six semaines auparavant. 9

9 Le deuxième voyage du Capitaine Peary rapproche une autre circonstance qui peut servir pour confirmer une conjecture qui a longtemps été maintenue(entretenue) par certains, qu'une haute mer, sans glace, existe à ou près du Poteau(pôle). "Sur le deuxième de novembre," dit Peary, "le vent s'est rafraîchi à une tempête du nord par l'ouest, a baissé le thermomètre avant minuit à 5 degrés, tandis que, une hausse de vent à l'Île Melville était généralement accompagnée par une hausse simultanée du thermomètre aux températures basses. Ne peut pas cela," demande-t-il, "être occasionné par le vent renversant une haute mer dans le quart dont le vent souffle ? Et ayez à confirmer l'avis qu'à ou près du Poteau(pôle) une haute mer existe ?"

Nous tous les deux ont franchement admis que nous avions très faim et immédiatement j'avons préparé un repas substantiel de notre garde-manger bien stocké. Quand nous avions participé chaleureusement du repas, j'ai dit à mon père que j'ai cru que je dormirais, comme je commençais à estimer tout à fait somnolent. "Très bien," il a répondu, "je tiendrai la montre."

Je n'ai aucune façon de déterminer combien de temps j'ai dormi; je seulement sais que j'ai été grossièrement éveillé par une commotion épouvantable du sloop. À ma surprise, j'ai trouvé mon père dormant profondément. Je me suis écrié avec convoitise à lui et la mise en marche, il a sauté rapidement à ses pieds. En effet, avaient il non immédiatement saisi le rail, il aurait certainement été jeté dans les vagues bouillissantes.

Une tempête de neige féroce faisait rage. Le vent était directement astern, conduisant notre sloop à une vitesse énorme et menaçait chaque moment de nous renverser. Il n'y avait aucun temps pour perdre, les voiles ont dû être baissées immédiatement. Notre bateau se tordait dans des convulsions. Quelques icebergs que nous savions étaient de chaque côté de nous, mais heureusement le canal était ouvert directement au nord. Mais cela resterait-il ainsi ? Devant nous, girding l'horizon de gauche à droite, était un brouillard vaporish ou la brume, noir comme la nuit égyptienne au bord de l'eau et blanc comme un nuage à vapeur vers le sommet, qui a été finalement perdu pour voir comme il s'est mélangé avec les grands flocons blancs de neige tombante. S'il a couvert un iceberg déloyal, ou quelque autre obstacle caché contre lequel notre petit sloop briserait et nous enverrait à une tombe aqueuse, ou était simplement le phénomène d'un brouillard arctique, il n'y avait aucune façon de déterminer. 10

10 À la page 284 de ses travaux, Hall écrivent : "du sommet de Providence Berg, on a vu un brouillard sombre au nord, indiquant l'eau. À 10 du matin trois des hommes (Kruger, Nindemann et le Passe-temps) sont allés au Cap Lupton vérifier si possible la mesure de l'eau ouverte. Sur leur retour ils ont annoncé plusieurs espaces libres et beaucoup de jeune glace - non plus de par jour vieux, réduisez si qu'il a été facilement cassé(violé) en y jetant les pièces de glace."
 

 

Par ce que le miracle nous nous sommes échappés être brisé pour prononcer la destruction, je ne sais pas. Je me souviens notre petit métier a grincé et a gémi, comme si ses joints se cassaient. Il a balancé et a chancelé en avant et en arrière comme si saisi par quelque courant sous-marin féroce de tourbillon ou le tourbillon.

Heureusement notre boussole avait été attachée avec les longues vis à une traverse. La plupart de nos dispositions, cependant, ont été dégringolées d'et balayées du pont du cuddy et avaient nous non pris la précaution au commencement même pour nous lier fermement aux mâts du sloop, nous devons avoir été balayés dans la mer de tas.

Au-dessus du tumulte assourdissant des vagues faisantes rage, j'ai entendu la voix de mon père. "Soyez courageux, mon fils," il a crié, "Odin est le dieu des eaux, le compagnon du courageux et il est avec nous. Crainte non."

À moi cela a semblé il n'y avait aucune possibilité de notre évasion une mort horrible. Le petit sloop expédiait de l'eau, la neige tombait si vite pour aveugler et les vagues dégringolaient sur nos comptoirs dans la fureur insouciante blanche-pulvérisée. Il n'y avait aucun récit quel instant nous devons être précipités contre quelque dérivant icepack. Les vallonnements énormes nous soulèveraient jusqu'aux sommets mêmes de vagues montagneuses, nous plongeraient ensuite en bas dans les profondeurs de la cuvette de la mer comme si notre sloop de pêche était une coquille(obus) fragile. Des vagues gigantesques blanches-étonnées, comme des murs véritables, nous ont clôturés dans, de l'avant à l'arrière.

Cette épreuve épouvantable exaspérante, avec ses horreurs inconnues de suspense et l'agonie de crainte indescriptible, continu pour plus de trois heures et tout le temps on nous a conduits en avant à la vitesse féroce. Alors soudainement, comme si cultivant las de ses efforts frénétiques, le vent a commencé à diminuer sa fureur et par des degrés pour s'apaiser.

Enfin nous étions dans le préfet calme. La brume de brouillard avait aussi disparu et avant que nous mettent un canal iceless peut-être dix ou quinze milles de large avec quelques icebergs loin à notre droit et un archipel intermittent de plus petits à gauche.

J'ai observé mon père étroitement, a décidé de rester silencieux avant qu'il n'ait parlé. Actuellement il a délié la corde de sa taille et, sans dire un mot, a commencé à travailler les pompes, qui n'ont pas heureusement été endommagées, soulageant(délivrant) le sloop de l'eau il avait expédié dans la folie de la tempête.

Il a levé les voiles du sloop comme calmement comme si le jet d'un filet et a ensuite fait remarquer que nous étions prêts pour un vent d'approbation quand il est venu. Son courage et persistance étaient vraiment remarquables.

Sur l'enquête nous avons trouvé moins d'un tiers de notre maintien de dispositions, tandis qu'à notre inquiétude totale, nous avons découvert que nos tonneaux d'eau avaient été balayés à la mer pendant les plongées violentes de notre bateau.

Deux de nos tonneaux d'eau étaient dans le principal se tiennent, tous les deux étaient vides. Nous avions une provision juste d'alimentation, mais aucune eau douce. J'ai compris immédiatement le fait d'être terrible de notre position. Actuellement j'ai été saisi avec une soif dévorante. "C'est en effet mal," a remarqué mon père. "Cependant, laissez-nous sécher nos vêtements débraillés, car nous sommes imbibés(trempés) à la peau. Confiance(trust) au dieu Odin, mon fils. Ne renoncez pas(cédez) à l'espoir."

Le soleil faisait tomber inclinéement, comme si nous étions dans une latitude du sud, au lieu de dans la Partie nord lointaine. Il se balançait autour, son orbite jamais visible et montait plus haut et plus haut chaque jour, fréquemment couvert de brume, encore regardant toujours fixement par le lacework de nuages comme quelque oeil agité de destin, gardant la Partie nord mystérieuse et observant jalousement les niches d'homme. Loin à notre droit les rayons decking les prismes d'icebergs étaient magnifiques. Leurs réflexions ont émis les flashes de grenat, de diamant, de saphir. Un panorama pyrotechnique de couleurs innombrables et des formes, tandis que ci-dessous pourraient voir la mer verte-teintée et ci-dessus, le ciel pourpre.
 

**************************

PARTIE TROIS :
Au-delà du Vent du Nord
http://ourhollowearth.com/PartThree.htm


J'ai essayé d'oublier ma soif de busying moi-même avec la montée de quelque alimentation et un navire vide du tenu. M'étendant le rail de côté, j'ai rempli le navire de l'eau pour le but de laving mes mains et visage. À mon étonnement, quand l'eau est entrée dans le contact avec mes lèvres, je ne pourrais goûter aucun sel. J'ai été fait sursauter par la découverte. "Père!" Je assez(impartialement) ai haleté, "l'eau, l'eau; c'est frais!" "Que, Olaf ?" a hurlé mon père, jetant un coup d'oeil à la hâte autour. "Sûrement vous vous trompez. Il n'y a aucune terre. Vous devenez fous." "Mais goût cela!" J'ai pleuré(crié).

Et ainsi nous avons fait la découverte que l'eau était en effet fraîche, absolument ainsi, sans le goût salé le moindre ou même le soupçon à une saveur salée.

Nous avons immédiatement rempli nos deux tonneaux d'eau restants et mon père a déclaré que c'était une dispense céleste de pitié des dieux Odin et Thor.

Nous étions presque à côté de nous avec la joie, mais la faim nous a offerts finissent notre mis en application vite. Maintenant que nous avions trouvé l'eau douce dans la haute mer, que nous ne pourrions pas attendre dans cette latitude étrange où le bateau n'avait jamais avant(auparavant) navigué et on n'avait jamais entendu le plouf d'un aviron ? 11

11 Dans vol. Moi, la page 196, Nansen écrit : "c'est un phénomène particulier, - cette eau morte. Nous avions à présent une meilleure occasion d'étude de cela que nous avons désiré. Il arrive où une couche superficielle de repos d'eau douce sur l'eau de sel de la mer et cette eau douce est portée avec le bateau glissant sur la mer plus lourde au-dessous de cela comme si sur une base(fondation) fixée. La différence entre deux strates était dans ce cas si grande que tandis que nous avions l'eau potable sur la surface, l'eau nous sommes arrivés du coq de fond de la salle des machines était lointain aussi le sel à être employé pour la chaudière."

Nous avions à peine apaisé notre faim quand une brise a commencé à remplir les voiles inoccupées et, jetant un coup d'oeil à la boussole, nous avons trouvé le point du nord appuyant durement contre le verre.

En réponse à ma surprise, mon père a dit : "j'ai entendu parler de cela auparavant; il est ce qu'ils appellent l'immersion de l'aiguille."

Nous avons desserré la boussole et l'avons tourné à angle droit avec la surface de la mer avant que son point ne se libère du verre et le point selon l'attraction non molestée. Il a changé avec difficulté et a semblé aussi instable qu'un homme ivre, mais a finalement dirigé un cours.

Avant cela nous avons pensé que le vent nous portait le nord par le nord-ouest, mais, avec l'aiguille libre(gratuite), nous avons découvert, s'il pourrait être compté, que nous naviguions légèrement le nord par le nord-est. Notre cours, cependant, avait jamais tendance vers le nord. 12

12 Dans le volume II, fait appeler(pagine) 18 et 19, Nansen écrit de l'inclination de l'aiguille. En parlant de Johnson, son aide : "un jour - c'était le 24 novembre - il est entré au dîner un peu après six heures, tout à fait alarmé et a dit : ' il y a eu une inclination singulière de l'aiguille dans vingt-quatre degrés. Et assez remarquablement, son extrémité du nord a indiqué l'est. '"

Nous trouvons de nouveau dans le premier voyage de Peary - font appeler(paginent) 67, - la chose suivante : "il avait été observé que du moment ils étaient entrés au Son de Lancaster, le mouvement de l'aiguille de boussole était très lent et et cela et sa déviation a augmenté comme ils ont progressé au vers l'ouest et ont continué à faire ainsi dans la descente cette admission. Ayant atteint la latitude 73 degrés, ils ont été témoin pour la première fois du phénomène curieux du pouvoir(puissance) de directive de l'aiguille devenant si faibles pour être complètement surmonté par l'attraction du bateau, pour que l'on puisse maintenant dire que l'aiguille eu indiqué au pôle arctique du bateau."

La mer était sereinement lisse, avec à peine une vague variable et le vent vif et l'encouragement. Les rayons du soleil, en frappant de travers, chaleur pourvue(fournie) tranquille. Et ainsi le temps a fait de l'usage sur jour après jour et nous avons trouvé du rapport(record) dans notre livre de bord, nous avions navigué onze jours depuis la tempête dans la haute mer.

Par l'économie la plus stricte, notre alimentation tenait bon assez bien, mais commençait à s'épuiser. En attendant, un de nos tonneaux d'eau avait été épuisé et mon père a dit : "nous le remplirons de nouveau." Mais, à notre inquiétude, nous avons constaté que l'eau était maintenant comme le sel comme dans la région des Îles Lofoden de la côte de la Norvège. Cela a nécessité notre étant extrêmement prudent du tonneau restant.

Je me suis trouvé voulant dormir beaucoup du temps; si c'était l'effet de l'expérience passionnante de navigation à voile dans des eaux inconnues, ou la relaxation de l'incident d'excitation terrible à notre aventure dans une tempête à la mer, ou dû pour vouloir d'alimentation, je ne pouvais pas dire.

Je fixe fréquemment sur la soute de notre petit sloop et ai semblé lointain dans le dôme bleu du ciel; et, malgré le soleil brillaient loin à l'est, je voyais toujours une étoile simple au-dessus. Pendant plusieurs jours, quand j'ai cherché cette étoile, c'était toujours là directement au-dessus de nous.

C'était maintenant, selon notre compte(estimation), du premier d'août. Le soleil était haut dans le ciel et était si brillant que je ne pourrais plus voir une étoile solitaire qui a attiré mon attention quelques jours plus tôt.


 

Un jour vers ce temps, mon père m'a fait sursauter en appelant mon attention à une vue nouvelle loin devant nous, presque à l'horizon. "C'est un soleil faux," a hurlé mon père. "J'ai lu d'eux; il est appelé une réflexion ou le mirage. Il décédera bientôt ."

Mais ce soleil morne-rouge, faux, comme que nous avons supposé que ce a été, n'a pas décédé pendant plusieurs heures; et tandis que nous étions inconscients de son émission n'importe quels rayons de lumière, toujours il n'y avait aucun temps ensuite quand nous ne pouvions pas le bonbon l'horizon dans le front et placer l'illumination du soleil prétendu faux, pendant une période d'au moins douze heures de chaque vingt quatre.

Les nuages et des brumes de temps en temps presque, mais jamais entièrement, cacher son emplacement. Graduellement il a semblé s'élever plus haut dans l'horizon du ciel incertain purply comme nous nous sommes avancés. On pourrait à peine dire que cela a ressemblé au soleil, sauf dans sa forme circulaire et quand non obscurci par des nuages ou les brumes océaniques, il avait un brumeux-rouge, bronzed l'apparition, qui changerait à un blanc comme un nuage lumineux, comme si reflétant la lumière quelque peu plus grande au-delà de.

Nous avons finalement été d'accord dans notre discussion de ce soleil fumeux coloré de four, que, indépendamment de la cause du phénomène, ce n'était pas une réflexion de notre soleil, mais une planète de quelque tri(sorte) - une réalité. 13

13 Nansen, à la page 394, dit : " Aujourd'hui une autre chose remarquable est arrivée, qui était qu'environ midi nous avons vu le soleil, ou être plus corrects, une image du soleil, pour cela était seulement un mirage. Une impression particulière a été produite par la vue de ce feu rayonnant allumé(éclairé) juste au-dessus du bord le plus éloigné de la glace. Selon les descriptions enthousiastes données par beaucoup de voyageurs arctiques de la première apparition de ce dieu de vie après la longue nuit d'hiver, l'impression doit être une d'excitation radieuse; mais ce n'était pas ainsi dans mon cas. Nous ne nous étions pas attendus le voir pendant quelques jours encore, pour que mon sentiment soit plutôt une de douleur, de déception, que nous avons dû dériver le sud plus éloigné que nous avons pensé. Donc il était avec le plaisir j'ai bientôt découvert que cela ne pouvait pas être le soleil lui-même. Le mirage était d'abord un "aplani de", la bande rayonnante rouge de feu sur l'horizon; plus tard il y avait deux bandes, celui ci-dessus l'autre, avec un espace sombre entre; Et du sommet principal je pourrais voir quatre, ou même cinq, des lignes si horizontales directement sur l'un l'autre, toute la longueur égale, comme si on pourrait seulement imaginer un soleil carré, morne-rouge, avec des bandes horizontales sombres à travers cela. "

Un jour bientôt après cela, j'ai estimé extrêmement somnolent et suis tombé dans un sommeil du son(sain). Mais il a semblé que j'ai été presque immédiatement réveillé par le tremblement vigoureux de mon père de moi par l'épaule et l'énonciation : "Olaf, réveillez-vous; il y a la terre en vue!"

J'ai sauté à mes pieds et oh! Joie ineffable! Là, loin dans la distance, encore directement dans notre chemin, étaient des pays jutting courageusement dans la mer. Le littoral tendu loin à gauche de nous, autant que l'oeil pourrait voir et tous le long de la plage sablonneuse étaient des vagues faisant irruption dans l'écume variable, reculante, avançant ensuite de nouveau, chantant jamais dans le tonnerre monotone accorde la chanson du profond. Les banques ont été couvertes d'arbres et la végétation. Je ne peux pas exprimer mon sentiment d'exultation à cette découverte. Mon père a été debout immobile, de sa main sur le tiller, regardant tout droit, versant son coeur dans la prière reconnaissante et l'action de grâces aux dieux Odin et Thor.

En attendant, un filet(réseau) que nous avons trouvé dans l'arrimage avait été jeté et nous avons attrapé quelques poisson qui a matériellement ajouté à notre réserve(valeur) diminuante de dispositions.

La boussole, que nous avions attachée en arrière en sa place, en crainte d'une autre tempête, dirigeait toujours le nord dû et se déplaçait sur son pivot, de même qu'il avait à Stockholm. L'immersion de l'aiguille avait cessé. Que cela pourrait-il signifier ? Alors, aussi, beaucoup de nos jours de navigation à voile nous avaient certainement portés loin devant du Pôle arctique. Et encore l'aiguille a continué à diriger le nord. Nous avons été douloureusement rendus perplexes, pour sûrement notre direction était maintenant du sud. 14

14 Le premier voyage de Peary, fait appeler(pagine) 69 et 70, dit : "sur Monsieur Byam s'étendant l'Île de Martin, le plus proche à l'Île Melville, la latitude de la place d'observation était 75 degrees-09 '-23" et la longitude 103 degrees-44 '-37 "; l'immersion de l'aiguille magnétique de 88 degrees-25 '-58" l'ouest dans la longitude de 91 degrees-48 ', où les dernières observations sur le rivage avaient été faites, à 165 degrees-50 '-09 ", l'est, à leur station présente, pour que nous ayons," dit Peary, "dans la navigation à voile sur l'espace inclus entre ces deux méridiens, croisés immédiatement vers le nord du pôle magnétique et avait sans aucun doute passé plus d'une de ces taches(endroits) sur le globe où l'aiguille aurait été trouvée pour varier 180 degrés, ou autrement dit, où le Pôle arctique aurait indiqué le sud."

Nous avons navigué pendant trois jours le long du littoral, est ensuite venu à la bouche d'un fjord ou la rivière de taille immense. Il a semblé plutôt une grande baie et dans cela nous avons tourné notre métier de pêche, la direction étant légèrement le nord-est de sud. Par l'aide d'un vent agité qui est venu à notre aide environ douze heures de chaque vingt quatre, nous avons continué à faire notre voie intérieure, dans ce que s'est après avéré être une rivière puissante et que nous avons appris a été appelé par les habitants Hiddekel.

Nous avons continué notre voyage pendant dix jours ensuite et avons constaté que nous avions heureusement atteint une distance intérieur où des marées océaniques n'ont plus affecté l'eau, qui était devenue fraîche.

La découverte est venue aucun à bientôt, pour notre tonneau restant d'eau n'a été presque épuisé. Nous n'avons perdu aucun temps dans le remplissage de nos tonneaux et avons continué à naviguer plus loin la rivière quand le vent était favorable.

Le long des banques on pourrait voir des grands milles de forêts dans la mesure étirant loin sur le littoral. Les arbres avaient d'énorme taille. Nous avons atterri après l'ancrage près d'une plage sablonneuse et avons regagné la rive à pied et avons été récompensés en trouvant une quantité des noix qui étaient très acceptables et donnants satisfaction pour avoir faim et un changement bienvenu de la monotonie de notre réserve(valeur) de dispositions.

Il était du premier de septembre, plus de cinq mois, nous avons calculé, depuis notre prenant congé de Stockholm. Soudainement nous avons été effrayés presque de nos esprits en entendant dans la distance lointaine le chant des gens. Très bientôt ensuite nous avons découvert un bateau énorme glissant en bas la rivière directement vers nous. Ceux chantaient à bord dans un choeur puissant que, se répercutant de la banque à la banque, a sonné(semblé être) comme mille voix, remplissant l'univers entier avec la mélodie tremblante. L'accompagnement a été joué sur des instruments à cordes ne ressemblant pas à nos harpes.

C'était un plus grand bateau que chacun nous avions jamais vu et avons été différemment construits. 15

15 La mythologie Asiatique, - fait appeler(pagine) 240, "le Paradis Trouvé" - de la traduction par Sayce, dans un livre appelé "les Rapports(records) du Devant", on nous a dit "d'un logement" qui "les dieux a créé pour" les premiers gens, - un logement dans lequel ils "deviennent grands" et "accrus dans des numéros(nombres)," et dont l'emplacement est décrit dans des mots transmettant exactement à ceux d'iranien, Indien, le chinois, Eddaic et la littérature Aztecan; à savoir, "dans le centre de la terre." - Warren.

À ce moment précis notre sloop a été calmé et pas loin du rivage. Le bord de la rivière, couvert d'arbres de mammouth, est monté plusieurs centaines de pieds de la belle façon. Nous avons semblé être sur le bord de quelque forêt primitive qui sans aucun doute s'est étirée loin intérieur.


 

Le métier immense a fait une pause et presque immédiatement un bateau a été baissé et six hommes de stature gigantesque se sont querellés à notre petit sloop de pêche. Ils nous ont parlé en langue étrange. Nous savions de leur façon, cependant, qu'ils n'étaient pas peu amical. Ils ont parlé un beaucoup entre eux et un d'entre eux a ri immodéréement, comme si dans la découverte de nous une découverte étrange avait été faite. Un d'entre eux a espionné notre boussole et il a semblé les intéresser plus qu'une autre partie de notre sloop.

Finalement, le leader a fait signe comme si demander si nous désirions laisser notre métier pour aller à bord leur bateau. "Qu'est-ce qui vous dit, mon fils ?" a demandé mon père. "Ils ne peuvent pas faire désormais que nous tuent."

"Ils semblent être avec bonté disposés," ai-je répondu, "bien que quels à géants épouvantables! Ils doivent être l'élite six du régiment de première classe du royaume. Regardez juste leur grande taille."

"Nous pouvons aussi aller volontairement comme être pris par la force," a dit mon père, souriant, "car ils sont certainement capables de nous capturer." Sur ce il a fait connu, par des signes, que nous étions prêts à les accompagner.

Dans quelques minutes nous étions à bord le bateau et la demi-heure plus tard notre petit métier de pêche avait été soulevé physiquement de l'eau par un tri(sorte) étrange de crochet et aborde et met à bord comme une curiosité.

Il y avait plusieurs centaines des gens à bord cela, à nous, le bateau de mammouth, que nous avons découvert a été appelé "le Naz, en signifiant, comme nous avons après appris,"le Plaisir", ou donner une interprétation plus appropriée," l'Excursion de Plaisir "expédie.

Si mon père et j'ai été curieusement observé par les occupants du bateau, cette course(race) étrange de géants nous a offert une quantité(somme) égale d'étonnement.

Il y avait l'aucun homme à bord qui n'auraient pas mesuré entièrement douze pieds dans la hauteur. Ils tous ont porté de pleines barbes, non en particulier longtemps, mais apparemment court-coupé. Ils avaient des visages doux et beaux, extrêmement la foire, avec des teints rougeauds. Les cheveux et la barbe d'entre certains étaient noirs, d'autres sablonneux et tout de même d'autres jaunes. Le capitaine, comme nous avons désigné le dignitaire dans la commande du grand navire, était entièrement une tête plus grand que chacun de ses compagnons. Les femmes ont fait la moyenne de dix à onze pieds dans la hauteur. Leurs particularités étaient particulièrement régulières et se sont raffinées, tandis que leur teint avait d'une teinte la plus délicate intensifiée par un rougeoiement salubre. 16

16 "Selon toutes les données abordables, cette tache(endroit) à l'ère de l'aspect d'homme sur l'étape(scène) était dans le maintenant perdue ' Miocene le continent, ' qu'a alors entouré le Poteau(pôle) arctique. Ce dans cela l'Eden vrai, original certaines des premières générations d'hommes sont parvenues à une stature et la longévité inégale dans n'importe quels pays connus à l'histoire postdiluvian n'est en aucun cas scientifiquement incroyable." - Wm. F. Warren, "Paradis Trouvé," p. 284.

Et les hommes et des femmes ont semblé posséder ce cas particulier de façon que nous considérons un signe de bonne multiplication et, malgré leurs statures énormes, il n'y avait rien d'eux suggérant le fait d'être maladroit. Comme j'étais un garçon dans seulement ma dix-neuvième année, j'ai été sans aucun doute considéré comme vrai Tom Thumb. Six pieds de Mon père trois n'ont pas soulevé le sommet de sa tête au-dessus de la ligne de taille de ces gens.

Chaque a semblé rivaliser avec les autres dans des politesses s'étendant et l'exposition de la bonté à nous, mais tous ont ri chaleureusement, je me souviens, quand ils ont dû improviser des chaises pour mon père et moi-même être assis à la table. Ils étaient richement vêtus d'un costume particulier à eux et très attirants. Les hommes ont été habillés dans les tuniques élégamment brodées de soie et le satin et belted à la taille. Ils ont porté la culotte courte et le bas d'une texture excellente, tandis que leurs pieds ont été emballés dans des sandales ornées de l'or s'attache. Nous tôt avons découvert que l'or était un des métaux les plus communs connus et qu'il a été employé largement dans la décoration.

Étrange comme il ne peut sembler, ni mon père ni moi-même a senti la plupart de particule de sollicitude pour notre sécurité. "Nous sommes entrés notre propre," m'a dit mon père. "C'est l'accomplissement de la tradition m'a dit par mon père et le père de mon père et toujours en arrière pour beaucoup de générations de notre course(race). C'est, absurdement, la terre au-delà du Vent du Nord."

Nous avons semblé faire une telle impression sur la partie(parti) que l'on nous a donné particulièrement dans la charge d'un des hommes, Jules Galdea et sa femme, pour le but d'instruction en leur langue; et nous, de notre part, de même que désirions apprendre comme ils devaient instruire.

À la commande du capitaine, on a balancé le navire intelligemment d'et a commencé à reconstituer son cours la rivière. La machinerie, tandis que silencieux, était très puissante.

Les banques et des arbres ont de chaque côté semblé se précipiter par. La vitesse du bateau, de temps en temps, a surpassé celui de n'importe quel train de chemin de fer sur lequel je suis jamais allé, même ici en Amérique. C'était merveilleux.

En attendant nous avions perdu de vue les rayons du soleil, mais nous avons trouvé une radiance(éclat) "dans" émaner du soleil morne-rouge qui avait déjà attiré notre attention, distribuant maintenant une lumière blanche apparemment d'une banque de nuage loin devant nous. Il a distribué une lumière plus grande, je dois dire, que deux pleines lunes sur la nuit la plus claire.

Dans douze heures ce nuage de blancheur passerait hors de vue comme si éclipsé et les douze heures après transmis avec notre nuit. Nous tôt avons appris que ces gens étranges étaient les adorateurs de ce grand nuage de nuit. Il était "le Dieu Fumeux" "du Monde Intérieur."

Le bateau a été équipé d'un mode d'illumination que je présume ne maintenant était l'électricité, mais ni mon père, ni moi-même étaient suffisamment habile dans la mécanique pour comprendre d'où est venu le pouvoir(puissance) de faire fonctionner le bateau, ou maintenir(entretenir) les beaux feux doux qui ont répondu le même but de nos méthodes présentes de s'allumer(éclairer) les rues de nos villes, nos maisons et places d'affaire.

On doit se le rappeler, dont le temps j'écris était l'automne de 1829 et nous de la surface "extérieure" de la terre ne savions rien alors, pour ainsi dire, d'électricité.

La condition électriquement surchargée de l'air était vitalizer constant. Je n'ai jamais senti mieux dans ma vie que pendant les deux ans mon père et moi sojourned sur l'intérieur de la terre.

Reprendre mon récit d'événements : le bateau sur lequel nous naviguions est venu à un arrêt deux jours après que nous avions été pris à bord. Mon père a dit aussi presque qu'il pourrait juger, nous étions directement sous Stockholm ou Londres. La ville que nous avions atteinte a été appelée "Jehu", signifiant une ville de port de mer. Les maisons étaient grandes et ont joliment construit et tout à fait l'uniforme en apparence, encore sans identité. L'occupation principale des gens a semblé être l'agriculture; les pentes ont été couvertes de vignobles, tandis que les vallées ont été consacrées à la croissance de grain.

Je n'ai jamais vu une telle exposition d'or. C'était partout. Les enveloppes de porte étaient incrustées et les tables ont été plaquées avec les couvertures de protection d'or. Les dômes des constructions(bâtiments) publiques avaient d'or. Il a été employé le plus généreusement dans les fins des grands temples de musique.

La végétation a grandi dans l'exubérance prodigue et le fruit de toutes les sortes a possédé la saveur la plus délicate. Les groupes de raisins quatre et cinq pieds dans la longueur, chaque raisin aussi grand qu'une orange et des pommes plus grand que la tête d'un homme ont caractérisé la merveilleuse croissance de toutes les choses sur "l'intérieur" de la terre.

Les grands arbres d'acajou de la Californie seraient considérés le simple sous-bois comparé avec les arbres de forêt géants s'étendant pour des milles et des milles dans toutes les directions. Dans beaucoup de directions le long des contreforts des montagnes on a vu les troupeaux énormes de bétail pendant le jour dernier de notre voyage sur la rivière.

Nous avons entendu beaucoup d'une ville appelée "l'Eden", mais avons été tenus à "Jehu" pendant une année entière. Vers la fin de ce temps-là nous avions appris à parler assez bien la langue de cette course(race) étrange des gens. Nos instructeurs, Jules Galdea et sa femme, ont exposé une patience qui était vraiment louable.

Un jour un représentant du Dirigeant(règle) "à l'Eden" est venu pour nous voir et pendant deux jours entiers mon père et moi-même a été mis par une série d'étonner des questions. Ils ont voulu savoir de d'où nous sommes venus, quel tri(sorte) des gens a demeuré "sans", que le Dieu nous worshiped, nos croyances religieuses, le mode de vie à notre terre étrange et mille d'autres choses.

La boussole que nous avions apportée avec nous a attiré l'attention particulière. Mon père et j'ai fait des remarques entre nous sur le fait que la boussole le nord toujours dirigé, bien que nous sachions maintenant que nous avions navigué sur la courbe ou le bord de l'ouverture de la terre et était lointaine le long au sud sur la surface "intérieure" de la croûte de la terre, que, selon l'évaluation(devis) de mon père et mon propre, est environ trois cents milles dans l'épaisseur "de l'intérieur" à la surface "extérieure". Relativement parlant, ce n'est pas plus épais qu'une coquille d'oeuf, pour qu'il y ait presque autant de surface sur "l'intérieur" que sur "l'extérieur" de la terre.

Le grand nuage lumineux ou la boule(balle) de feu morne-rouge - ardent-rouge en matins et des soirées et pendant le jour dégageant une belle lumière blanche, "le Dieu Fumeux," - est apparemment suspendu dans le centre du grand vide "dans" la terre et en tenus sa place selon la loi immuable de gravitation, ou une force repellant atmosphérique, selon le cas. Je me réfère au pouvoir(puissance) connu qui dessine(tire) ou repousse avec égal font entrer de force toutes les directions.

La base de ce nuage électrique ou l'astre central, la place des dieux, est sombre et non-transparente, sans petites ouvertures innombrables, apparemment dans le fond du grand appui ou l'autel de la Déité, sur laquelle "le Dieu Fumeux" se repose(reste); et, les feux brillant par beaucoup de ces ouvertures scintillent la nuit dans toute leur splendeur et semblent être des étoiles, aussi naturelles comme les étoiles nous avons vu brillant quand dans notre maison à Stockholm, sauf lequel ils apparaissent plus grands. "Le Dieu Fumeux," donc, avec chaque révolution quotidienne de la terre, semble aborder à l'est et descendre(baisser) à l'ouest le même comme fait notre soleil sur la surface externe. En réalité, les gens "dans" croient que "le Dieu Fumeux" est le trône de leur Jehovah et est stationnaire. L'effet de nuit et le jour est, donc, produit par la rotation quotidienne de la terre.

J'ai depuis découvert que la langue des gens du Monde Intérieur est beaucoup comme le Sanscrit.

Après que nous avions donné un compte d'entre nous aux émissaires de la place centrale de gouvernement du continent intérieur et mon père, de sa façon brute avait dessiné(tiré) des cartes, dans leur demande, de la surface "extérieure" de la terre, montrant les désaccords de terre et l'eau et donnant le nom de chacun des continents, de grandes îles et les océans, nous avons été pris sur terre à la ville "d'Eden", dans un transport différent de tout ce que nous avons en Europe ou l'Amérique. Ce véhicule était indubitable quelque adaptation électrique. C'était silencieux et a couru sur un fer simple clôturent l'équilibre parfait. Le voyage a été fait à un très haut taux de vitesse. Nous avons été portés des collines et en bas des vallées, à travers des vallées et de nouveau le long des côtés de montagnes raides, sans n'importe quelle tentative apparente ayant soit faits pour niveler la terre comme nous faisons pour des traces de chemin de fer. Les places de voiture étaient énormes des affaires encore confortables et très haut au-dessus du plancher(étage) de la voiture. Sur le sommet de chaque voiture a été haut adapté des roues de mouche étant couché sur leurs côtés, qui ont été si automatiquement ajustés que, comme la vitesse de la voiture a augmenté, la haute vitesse de ces roues de mouche géométriquement accrues. Jules Galdea nous a expliqué que ceux des roues tournantes pareilles à supporter(ventilateur) sur le sommet des voitures ont détruit la pression atmosphérique, ou ce qui est généralement compris par la gravitation de terme et avec cette force ainsi détruite ou rendus sans valeur la voiture est comme le coffre-fort de tomber à un côté ou à d'autre de la trace de rail simple comme s'il était dans un vide; les roues de mouche dans leurs révolutions rapides détruisant efficacement le pouvoir(puissance) prétendu de gravitation, ou la force de pression atmosphérique ou indépendamment de l'influence puissante cela peuvent être que des causes toutes les choses non soutenues à tomber de haut en bas à la surface de la terre ou au plus proche point de résistance.


 

La surprise de mon père et moi-même était indescriptible quand, parmi la magnificence majestueuse d'un hall spacieux, nous avons été finalement apportés avant le Grand Grand prêtre, le dirigeant(règle) sur toute la terre. Il était richement robed et beaucoup plus grand que ceux de lui et ne pouvait pas avoir été moins de quatorze ou quinze pieds dans la hauteur. La pièce immense dans laquelle nous avons été reçus a semblé finie dans les blocs solides d'or abondamment studded avec les bijoux de brillance étonnante.

La ville "d'Eden" est placée dans ce qui semble être une belle vallée, encore, en fait, il est sur le plateau de montagne le plus élevé du Continent Intérieur, plusieurs mille pieds plus haut que n'importe quelle partie de la campagne environnante. C'est la plus belle place que j'ai jamais contemplée dans tous mes voyages. Dans ce jardin élevé toute la façon de fruits, des vignes, des arbustes, les arbres et des fleurs grandissent dans la profusion tapageuse.

Dans ce jardin quatre rivières ont leur source dans une fontaine puissante artésienne. Ils se divisent et le flux dans quatre directions. Cette place est appelée par des habitants "le nombril de la terre," ou le commencement, "le berceau de la race humaine." Les noms des rivières sont l'Euphrates, le Pison, le Gihon et Hiddekel. 17

17 "Et le Dieu de Lord a planté un jardin et de la raison(terre) a fait le Dieu de Lord cultiver chaque arbre qui est plaisant à la vue et bon pour l'alimentation." - le Livre de Genèse.

L'inattendu attendu nous dans ce palais de beauté, dans la découverte de notre petit métier de pêche. Il avait été apporté avant le Grand prêtre dans la forme parfaite, de même qu'il avait été pris des eaux ce jour où il a été chargé à bord le bateau par les gens qui nous ont découverts sur la rivière plus d'une année auparavant.

On nous a donné un auditoire(audience) de plus de deux heures avec ce grand dignitaire, qui a semblé avec bonté disposé et prévenant. Il s'est montré avec impatience intéressé, nous demandant de nombreuses questions et invariablement quant aux choses dont ses émissaires avaient échoué demander.

Dans la conclusion de l'interview(entrevue) il a demandé notre plaisir, nous demandant si nous avons voulu rester dans son pays ou si nous avons préféré retourner au monde "extérieur", le fournissant était possible de faire un voyage de retour couronné de succès, à travers les barrières de ceinture gelées qui encerclent, et ouvertures du nord et du sud de la terre.

Mon père a répondu : "il s'il vous plaît et mon fils visiter votre pays et voir vos gens, vos collèges(universités) et palais de musique et l'art, vos grands champs(domaines), vos merveilleuses forêts de bois de construction; et après que nous avons eu ce privilège agréable, nous aimerions essayer de retourner à notre maison sur la surface 'extérieure' de la terre. Ce fils est mon seul enfant et ma bonne femme sera l'attente lasse notre retour."

"Je crains que vous ne puissiez jamais retourner," a répondu le Grand prêtre En chef, "parce que la voie est la plus dangereuse. Cependant, vous visiterez les pays différents avec Jules Galdea comme votre escorte et être accordé chaque courtoisie et bonté. Chaque fois que vous êtes prêts à essayer un voyage de retour, je vous assure que votre bateau qui est ici sur l'exposition sera mis dans les eaux de la rivière Hiddekel à sa bouche et nous vous offrirons la Jehovah-vitesse."

Ainsi terminé notre seul interview(entrevue) avec le Grand prêtre ou Dirigeant(règle) du continent.

Continuez à Partie Quatre
[ Le dieu Fumeux Contente] [le Secret Supérieur du Monde :  Notre Terre Est Creuse!]
***************************

PARTIE QUATRE :
Dans le Sous Monde
http://ourhollowearth.com/PartFour.htm


Nous avons appris que les mâles ne se marient pas avant qu'ils ne soient de soixante-quinze à cent ans et que l'âge auquel les femmes entrent au mariage est seulement un peu moins et qu'et des hommes et des femmes vivent fréquemment pour être de six à huit cents ans et dans quelques cas beaucoup plus vieux. 18

18 Josephus dit : "le dieu a prolongé la vie des patriarches qui ont précédé le déluge et à cause de leurs vertus et leur donner l'occasion de perfectionner les sciences de géométrie et l'astronomie, qu'ils avaient découverte; qu'ils n'ont pas pu faire s'ils n'avaient pas vécu 600 ans, parce que c'est seulement après l'écart(disparition) de 600 ans que la grande année est accomplie." - Flammarion, Mythes Astronomiques, Paris p. 26

Pendant l'année suivante nous avons visité beaucoup de villages et villes, en vue parmi eux étant les villes de Nigi, Delfi, Hectea et on a fait appel à mon père non moins d'une demi-douzaine fois à revoir les cartes qui avaient été faites des ébauches qu'il avait à l'origine données des désaccords de terre et l'eau sur la surface "extérieure" de la terre.

Je n'oublie pas d'entendre mon père faire remarquer que la course(race) géante des gens à la terre "du Dieu Fumeux" avait presque comme une idée précise de la géographie de la surface "extérieure" de la terre comme avaient le professeur de collège(université) moyen à Stockholm.

Dans nos voyages nous sommes venus à une forêt d'arbres gigantesques, près de la ville de Delfi. Si la Bible avait dit il y avait des arbres imposants plus de trois cents pieds dans la hauteur et plus de trente pieds dans le diamètre, grandissant dans le Jardin d'Eden, l'Ingersolls, Tom Paines et Voltaires aurait sans aucun doute prononcé la déclaration un mythe. Encore c'est la description de la Californie sequoia gigantea; mais ces géants de Californie pâles dans l'insignifiance quand comparé avec le Goliath de forêt trouvé dans "le dans" le continent, où abondent des arbres puissants de huit cents à mille pieds dans la hauteur et de cent à cent vingt pieds dans le diamètre; innombrable dans numéros(nombres) et forêts se formant prolongeant(étendant) centaines de milles en arrière de la mer.

Les gens sont extrêmement musicaux et ont appris à un degré remarquable dans leurs arts et sciences, particulièrement la géométrie et l'astronomie. Leurs villes sont équipées des palais énormes de musique, où non rarement bien vingt cinq mille voix vigoureuses de cette course(race) géante se gonflent en avant dans les choeurs puissants des symphonies les plus sublimes. On ne suppose pas que les enfants suivent les établissements d'étude avant qu'ils n'aient vingt ans. Alors leur vie scolaire commence et continue pendant trente ans, dont dix sont uniformément consacrés par tous les deux sexes à l'étude de musique.

Leurs vocations principales sont l'architecture, l'agriculture, l'horticulture, le levage des troupeaux énormes de bétail et la construction(bâtiment) de transports particuliers à ce pays, pour le voyage sur la terre et l'eau. Par quelque dispositif que je ne peux pas expliquer, ils tiennent la communion entre eux entre les parties les plus éloignées de leur pays, sur des courants atmosphériques.

Toutes les constructions(bâtiments) sont érigées avec le respect spécial à la force, la durée, la beauté et la symétrie et avec un style d'architecture énormément plus attirant à l'oeil que chacun j'ai jamais observé ailleurs.

De trois-quatrième de la surface "intérieure" de la terre est la terre et de l'eau un-quatrième. Il y a les nombreuses rivières de taille énorme, quelque courant dans une direction du nord et d'autres vers le sud. Certaines de ces rivières sont trente milles de large et il est hors de ces voies navigables énormes, aux parties extrêmes du nord et du sud de la surface "intérieure" de la terre, dans des régions où des températures basses sont éprouvées, que l'iceberg d'eau douce est formé. Ils sont alors poussés dehors à la mer comme les langues énormes de glace, par freshets incorrect d'eaux turbulentes qui, deux fois chaque année, balaient tout avant eux.

Nous avons vu les spécimens innombrables de vie d'oiseau non plus grand que ceux rencontrés dans les forêts de l'Europe ou l'Amérique. Il est bien connu que pendant la dernière espèce de tout de quelques années d'oiseaux ont quitté la terre. Un auteur dans un article récent de ce sujet dit : 19

19 "Presque chaque année voit l'extinction finale d'une ou plus espèce d'oiseau. De quatorze variétés d'oiseaux a trouvé un siècle depuis dans une île simple - l'île D'ouest indienne de Rue. Thomas - huit doit maintenant être numéroté parmi le manque."

Est-ce qu'il n'est pas possible que ceux disparaissant l'espèce d'oiseau quittent leur habitation sans et trouvent un asile dans le "dans le monde" ?

Si intérieur parmi les montagnes, ou le long du bord de mer, nous avons trouvé la vie d'oiseau prolifique. Quand ils étendent leurs grandes ailes certains des oiseaux ont semblé mesurer trente pieds du bout(pourboire) pour pencher. Ils ont de grande variété et beaucoup de couleurs. On nous a permis de monter sur le bord d'une roche et examiner un nid d'oeufs. Il y avait cinq dans le nid, dont chacun était au moins deux pieds dans la longueur et quinze pouces dans le diamètre.

Après que nous avions été dans la ville d'Hectea environ une semaine, le Professeur Galdea nous a pris à une admission, où nous avons vu des milliers de tortues le long du rivage sablonneux. J'hésite à exposer la taille de ces grandes créatures. Ils étaient de vingt cinq à trente pieds dans la longueur, de quinze à vingt pieds de large et entièrement sept pieds dans la hauteur. Quand un d'entre eux a projeté sa tête il avait l'apparition de quelque monstre affreux de mer.

Les conditions étranges "dans" sont favorables non seulement pour les prés énormes d'herbes luxuriantes, les forêts d'arbres géants et toute la façon de vie végétale, mais la merveilleuse vie animale aussi.


 

Un jour nous a vu un grand troupeau d'éléphants. Il a dû y avoir eu cinq cents de ces monstres de tonnerre-throated, avec leurs nerveusement troncs(coffres) d'agitation. Ils déchiraient des branches énormes des arbres et piétinaient la croissance plus petite dans la poussière comme tant de brosse-noisetier. Ils feraient la moyenne plus de 100 pieds dans la longueur et de 75 à 85 dans la hauteur.

Il a semblé, comme j'ai regardé ce merveilleux troupeau d'éléphants géants, que je vivais de nouveau dans la bibliothèque municipale à Stockholm, où j'avais dépensé(passé) beaucoup de temps étudiant les miracles du Miocene l'âge. J'ai été rempli de l'étonnement muet et mon père était muet avec la crainte. Il a tenu mon bras avec une poigne(prise) de protection, comme si le mal craintif nous rattraperait. Nous étions deux atomes dans cette grande forêt et, heureusement, avons non observé par ce troupeau énorme d'éléphants comme ils ont dérivé sur et loin, après un leader comme fait un troupeau de mouton. Ils ont examiné de l'herbage en croissance qu'ils ont rencontré comme ils ont voyagé et ont de temps en temps secoué le firmament avec leur mugissement profond. 20

20 "De plus, il y avait un grand numéro(nombre) d'éléphants dans l'île : et il y avait la disposition pour les animaux de chaque sorte. Aussi indépendamment des choses parfumées il y a dans la terre, ou des racines ou l'herbage, ou des bois, ou les gouttes(baisses) distillantes de fleurs ou des fruits, a grandi et a prospéré à cette terre." - le Cratyluo de Platon.

Il y a une brume brumeuse qui va de la terre chaque soirée et il pleut invariablement une fois chaques vingt quatre heures. Cette grande humidité et fortifiant de la lumière électrique et la chaleur estiment peut-être pour la végétation luxuriante, tandis que l'air fortement chargé électrique et la régularité de conditions climatiques peuvent avoir beaucoup pour faire avec la croissance géante et la longévité de toute la vie animale.

En places les vallées de niveau tendues loin pour beaucoup de milles dans chaque direction. "Le Dieu Fumeux", dans sa lumière claire blanche, a regardé calmement en bas. Il y avait une intoxication en air électriquement surchargé qui a éventé la joue aussi doucement qu'un chuchotement disparaissant. La nature a chanté une berceuse dans le murmure faible de vents dont le souffle était doux avec le parfum d'embryon et la fleur.

Après avoir dépensé(passé) considérablement plus de par an dans la visite de plusieurs de beaucoup de villes "du dans" le monde et beaucoup de pays intervenant et plus de deux ans avait passé du temps nous avions été pris(achetés) par le grand bateau d'excursion sur la rivière, nous avons décidé de jeter nos fortunes encore une fois sur la mer et essayer de regagner la surface "extérieure" de la terre.

Nous avons fait connu nos voeux et ils ont été à contre-coeur mais promptement suivis. Nos hôtes ont donné mon père, dans sa demande, des cartes diverses montrant la surface entière "intérieure" de la terre, ses villes, océans, des mers, des rivières, des golfes et des baies. Ils aussi ont généreusement offert de nous donner tous les sacs de pépites d'or - certains d'entre eux aussi grand que l'oeuf d'une oie - que nous désirions essayer de prendre avec nous dans notre petite barque de pêche.

En temps voulu nous avons retourné à Jehu, auquel la place nous avons dépensé(passé) un mois dans l'arrangement et la révision de notre petit sloop de pêche. Était après tout dans l'empressement, le même bateau "Naz" qui nous a à l'origine découverts, nous a pris à bord et a navigué à la bouche de la rivière Hiddekel.

Après que nos frères géants avaient lancé notre petit métier pour nous, ils étaient le plus cordialement pleins de regrets à la séparation et ont montré beaucoup de sollicitude pour notre sécurité. Mon père a juré par les Dieux Odin et Thor qu'il retournerait sûrement de nouveau dans une année ou deux et leur payerait une autre visite. Et ainsi nous les avons offerts adieu. Nous avons préparé et avons hissé notre voile, mais il y avait peu de brise. Nous avons été calmés dans une heure après que nos amis géants nous avaient laissés et avaient commencé à leur voyage de retour.

Les vents soufflaient constamment le sud, c'est-à-dire ils soufflaient de l'ouverture du nord de la terre vers celle que nous savaient pour être du sud, mais que, selon le doigt d'indication de notre boussole, était directement du Nord.

Pendant trois jours nous avons essayé de naviguer et battre contre le vent, mais en vain. Sur quoi mon père a dit : "mon fils, pour retourner par le même itinéraire que nous sommes entrés est impossible à cette époque de l'année. Je me demande pourquoi nous n'avons pas pensé de cela auparavant. Nous avons été ici presque deux et demie années; donc, c'est la saison quand le soleil commence à briller dans dans l'ouverture du sud de la terre. La longue nuit froide est branchée dans le pays Spitzbergen."

"Que ferons-nous ?" J'ai demandé.

"Il y a seulement une chose que nous pouvons faire," a répondu mon père, "et cela doit aller le sud." En conséquence, il a tourné le métier de, lui a donné le plein récif et a commencé par le nord de boussole, mais, en fait, directement le sud. Le vent était fort et nous avons semblé avoir frappé un courant qui courait avec la rapidité remarquable dans la même direction.

Dans juste quarante jours nous sommes parvenus à Delfi, une ville nous avions visité en société de nos guides Jules Galdea et sa femme, près de la bouche de la rivière Gihon. Ici nous nous sommes arrêtés pendant deux jours et avons été plus avec hospitalité distraits(considérés) par les mêmes gens qui nous avaient accueillis sur notre ancienne visite. Nous nous sommes approvisionnés en quelques dispositions complémentaires et avons de nouveau mis la voile, après l'aiguille le nord dû.

À notre voyage extérieur nous avons passé à travers un canal étroit qui a semblé être un corps se séparant d'eau entre deux corps considérables de terre. Il y avait une belle plage à notre droit et nous avons décidé de reconnaître. Mouillant l'ancre, nous avons regagné la rive à pied pour nous reposer(rester) pendant un jour avant la continuation de l'entreprise extérieure dangereuse. Nous avons construit un feu et avons jeté sur quelques bâtons de bois flotté sec. Tandis que mon père marchait le long du rivage, j'ai préparé un repas de tentation de provisions que nous avions fournies.

Il y avait une lumière douce, lumineuse que mon père a dite a résulté du soleil brillant dans de l'ouverture du sud de la terre. Cette nuit nous avons dormi profondément et avons éveillé le matin suivant comme régénéré(rafraîchi) comme si nous avions été dans nos propres lits à Stockholm.

Après le petit déjeuner nous avons commencé en tour intérieur de découverte, mais n'étions pas partis loin quand nous avons aperçu quelques oiseaux que nous avons reconnus immédiatement comme l'appartenance à la famille de pingouin. Ils sont des coureurs, mais des nageurs excellents et énormes dans la taille, avec des ailes blanches de poitrine, courtes, la tête noire et longtemps ont atteint un niveau maximal des factures(projets de loi). Ils supportent entièrement neuf pieds d'hout. Ils nous ont regardés avec la petite surprise et se sont actuellement dandinés, plutôt que marché, vers l'eau et se sont éloignés à la nage dans une direction du nord. 21

21 "Les nuits ne sont jamais si sombres aux Poteaux(pôles) que dans d'autres régions, pour la lune et les étoiles semblent posséder deux fois plus la lumière et la brillance. De plus, il y a une lumière continue, les nuances(ombres) diverses et dont le jeu(pièce) est parmi les phénomènes les plus étranges de nature." - l'Astronomie de Rambrosson.

Les événements qui sont arrivés pendant le cent suivant ou description de mendiant de plus jours. Nous étions sur une mer ouverte et iceless. Le mois que nous avons compté(estimé) pour être novembre ou décembre et nous savait que le Pôle antarctique prétendu a été tourné vers le soleil. Donc, en passant d'et loin de la lumière interne électrique "du Dieu Fumeux" et sa chaleur affable, nous serions rencontrés par la lumière et la chaleur du soleil, brillant dans par l'ouverture de sud de la terre. Nous ne nous trompions pas. 22

22 "Le fait qui donne le phénomène d'aurora polaire son importance la plus grande est que la terre devient autolumineuse; cela, en plus de la lumière que comme une planète est reçue du corps central, cela montre une capacité de supporter un processus lumineux approprié à lui." - Humboldt.

Il y avait des temps où notre petit métier, conduit par le vent qui était continu et persistant, tué par les eaux comme une flèche. En effet, avaient nous avons rencontré une roche cachée ou l'obstacle, notre petit navire donnerait été écrasé dans l'allumant-bois.

Enfin nous prenions conscience que l'atmosphère cultivait décidément plus froide et, quelques jours plus tard, les icebergs ont été aperçus loin à gauche. Mon père s'est disputé et correctement, "dans lequel les vents qui ont rempli nos voiles sont venus du climat chaud. Le temps de l'année était certainement le plus propice pour nous pour faire notre tiret(élan) pour le monde"extérieur"et essayer de courir à toute allure notre sloop de pêche par les canaux ouverts de la zone gelée qui entoure les régions polaires.

Nous étions bientôt parmi les sachets de glace et comment notre petit métier a passé les canaux étroits et s'est échappé être écrasé je sais non. La boussole s'est comportée de la même façon ivre et incertaine dans le passage(admission) sur la courbe du sud ou le bord de la coquille(obus) de la terre comme il avait fait à notre voyage arrivant à l'entrée du nord. Il a tournoyé, a plongé et a ressemblé à une chose a possédé. 23

23 Le capitaine Sabine, à la page 105 dans "des Voyages dans les Régions arctiques," dit : "la détermination géographique de la direction et l'intensité des forces magnétiques aux points différents de la surface de la terre a été considérée comme un objet digne de recherche particulière. Pour examiner dans les parties différentes du globe, la déviation, l'inclination et l'intensité de la force magnétique et leurs variations périodiques et laïques(séculaires) et des relations mutuelles et des dépendances pourrait être dûment examinée seulement dans des observatoires fixés magnétiques."
 

 

Un jour comme je parcourais paresseusement le côté du sloop dans les eaux claires, mon père a crié : "Interrupteurs en avant!" Cherchant, j'ai vu par une brume se soulevant un objet blanc que towered plusieurs centaines de pieds haut, coupant complètement notre avance. Nous n'avons baissé la voile immédiatement et aucun trop bientôt. Dans un moment nous nous sommes trouvés coincés entre deux icebergs monstrueux. Chacun entassait et rectifiait contre sa montagne pareille de glace. Ils étaient comme deux dieux de guerre luttant pour la suprématie. Nous avons été très alarmés. En effet, nous étions entre les lignes d'une bataille royaux; le tonnerre sonore de la glace de rectifiant était comme les volées continues d'artillerie. Les blocs de glace plus grand qu'une maison étaient fréquemment soulevés cent pieds par la force puissante de pression latérale; ils frissonneraient et se balanceraient en avant et en arrière pendant quelques secondes, viendront ensuite s'effondrant avec un hurlement assourdissant et disparaîtront dans les eaux foaming. Ainsi, pour plus de deux heures, le concours des géants glacials a continué.

Il a semblé comme si la fin était venue. La pression de glace était énorme et tandis que nous n'avons pas été attrapés dans la partie dangereuse de l'embouteillage(confiture) et étions sûrs pour l'instant, encore le soulèvement et déchirant des tonnes de glace comme il est tombé barbotant ici et là dans les profondeurs aqueuses nous a remplis de la crainte tremblante.

Finalement, à notre grande joie, le rectifiant de la glace a cessé et dans quelques heures la grande masse lentement divisée et, comme si un acte de Providence avait été exécuté, directement avant nous mettent un canal ouvert. Devons-nous nous aventurer avec notre petit métier dans cette ouverture ? Si la pression s'est avancée de nouveau, notre petit sloop aussi bien que nous-mêmes serait écrasée dans le néant. Nous avons décidé de prendre la chance et, en conséquence, avons hissé notre voile à une brise d'approbation et sommes bientôt partis comme un cheval de course, affrontant ce canal inconnu étroit d'eau ouverte.

*****************************

PARTIE CINQ :
Parmi les Blocs de glace
http://ourhollowearth.com/PartFive.htm


Pendant les quarante cinq suivants jours notre temps a été employé dans l'esquive d'icebergs et la chasse de canaux; en effet, avaient nous non été favorisé avec un vent fort du sud et un petit bateau, je doute si on pourrait avoir jamais donner cette histoire au monde.

Enfin, est là venu un matin où mon père a dit : "mon fils, je pense que nous devons voir à la maison. Nous sommes presque par la glace. Voir! Le mensonge ouvert d'eau avant nous."

Cependant, il y avait quelques icebergs qui avaient flotté loin vers le nord dans l'eau ouverte toujours en avance de nous de chaque côté, étirant loin pour beaucoup de milles. Directement devant nous et par la boussole, qui s'était maintenant redressée, le nord dû, il y avait une haute mer.

"Quelle merveilleuse histoire que nous devons dire aux gens de Stockholm," a continué mon père, tandis qu'un regard d'exaltation pardonnable allumée(éclairée) son visage honnête. "Et pensez des pépites d'or mises dans le tenu!"

J'ai parlé les mots aimables d'éloge à mon père, non seul pour cette fermeté et endurance, mais aussi pour son courageux audacieux comme un découvreur et pour avoir fait le voyage qui a maintenant promis une fin couronnée de succès. J'étais reconnaissant, aussi, qu'il avait réuni(cueilli) la richesse d'or que nous portions à la maison.

En nous félicitant sur la provision gracieuse de dispositions et l'eau nous avions toujours en main et sur les dangers que nous avions échappés, nous avons été faits sursauter en entendant une explosion la plus énorme, causé par le déchirement de montagne énorme de glace. C'était un hurlement assourdissant comme le renvoi(tir) de mille canon. Nous naviguions à ce temps avec la grande vitesse et sommes arrivés d'être près d'un iceberg monstrueux qui était selon toute apparence aussi immobile qu'une île rockbound. Il a semblé, cependant, que l'iceberg avait fendu et cassait(violait) à part, sur quoi l'équilibre du monstre le long lequel nous naviguions a été détruit et il a commencé à baisser de nous. Mon père a rapidement prévu le danger avant que je n'aie compris ses possibilités terribles. L'iceberg a prolongé(étendu) en bas dans l'eau beaucoup de centaines de pieds et, comme il a basculé, la partie arrivant de l'eau a attrapé notre métier de pêche comme un levier sur un point d'appui et l'a jeté dans l'air comme si cela avait été un football.

Notre bateau a eu recours à l'iceberg, qui à ce temps avait changé le côté à côté de nous pour le sommet. Mon père était toujours dans le bateau, ayant devenu empêtré dans le gréage, tandis que j'ai été jeté environ vingt pieds de distance.

J'ai rapidement fait des pieds et des mains(grimpé) à mes pieds et ai crié à mon père, qui a répondu : "tout est bien." À ce moment même une réalisation est née sur moi. Horreur sur horreur! Le sang s'est gelé dans mes veines. L'iceberg était toujours dans le mouvement et son grand poids et faire entrer de force le renversement causeraient que cela s'immerge temporairement. J'ai entièrement compris ce qu'un tourbillon suçant il produirait parmi les mondes d'eau sur chaque côté. Ils se précipiteraient dans la dépression dans toute leur fureur, comme des loups blancs-fanged tendant à la proie humaine.

Dans ce moment suprême d'angoisse mentale, je n'oublie pas de jeter un coup d'oeil à notre bateau, qui était couché sur son côté et se demandait s'il pourrait probablement se redresser et si mon père pourrait s'échapper. Est-ce que c'était la fin de nos luttes et aventures ? Était cette mort ? Toutes ces questions projetées par mon avis(esprit) dans la fraction d'une seconde et un moment plus tard j'ai été engagé dans une vie et la lutte mortelle. Le monolithe lourd de glace a coulé(baissé) au-dessous de la surface et les eaux glaciales ont glouglouté autour de moi dans la colère frénétique. J'étais dans une soucoupe, avec les eaux versantes sur chaque côté. Un moment plus et j'ai perdu connaissance.

Quand j'ai partiellement récupéré mes sens et ai réveillé de la pâmoison d'un homme noyé de moitié, je me suis trouvé humide, raide et presque gelé, étant couché sur l'iceberg. Mais il n'y avait aucun signe de mon père ou de notre petit sloop de pêche. Le monstre berg s'était ressaisi et, avec son nouvel équilibre, avaient soulevé sa tête peut-être cinquante pieds au-dessus des vagues. Le sommet de cette île de glace était un plateau peut-être la moitié d'une acre dans la mesure.

J'ai aimé mon père bien et ai été frappé de chagrin au fait d'être terrible de sa mort. Je me suis répandu en injures au destin, que moi, aussi, on n'avait pas permis de dormir avec lui dans les profondeurs de l'océan. Finalement, je me suis élevé à mon alimentation et ai regardé autour de moi. Le ciel pourpre-en forme de dôme ci-dessus, l'océan sans bornes vert au-dessous d'et seulement un iceberg occasionnel perceptible! Mon coeur a coulé(baissé) dans le désespoir désespéré. J'ai prudemment choisi ma voie à travers le berg vers l'autre côté, espérant que notre métier de pêche s'était redressé.

Osé je pense cela possible qui peut le père vivait toujours ? Ce n'était pas qu'une lueur d'espoir qui a flambé dans mon coeur. Mais l'attente a réchauffé mon sang dans mes veines et l'a commencé se précipitant comme quelque stimulant rare par chaque fibre de mon corps.

J'ai rampé près du côté abrupt de l'iceberg et ai regardé fixement loin en bas, espérant, espérant toujours . Alors j'ai fait un cercle du berg, parcourant chaque pied de la voie et ainsi j'ai continué à aller autour et autour. Une partie de mon cerveau devenait certainement maniaque, tandis que l'autre partie, je crois et fais à ce jour, était parfaitement raisonnable.

Je prenais conscience ayant fait le circuit d'une douzaine de fois et tandis qu'une partie de mon intelligence savait, dans toute la raison, il n'y avait pas de vestige d'espoir, encore quelque aberration étrange fascinante ensorcelée et m'a contraint toujours de me séduire(tromper) avec l'espérance. L'autre partie de mon cerveau a semblé me dire que tandis qu'il n'y avait aucune possibilité de mon père étant vivant, encore, si j'ai quitté de faire le pèlerinage détourné, si j'ai fait une pause pendant un moment simple, ce serait la reconnaissance de défaite et, doit je fais cela, j'ai estimé que je dois devenir fou. Ainsi, heure après heure j'ai marché autour et autour, ayant peur d'arrêter et donner du repos, encore physiquement impuissant de continuer beaucoup plus long. Oh! Horreur d'horreurs! Être jeté loin dans cette large étendue d'eaux sans alimentation ou boisson et seulement un iceberg déloyal pour une place constante. Mon coeur a coulé(baissé) dans moi et tout le semblant d'espoir s'effaçait dans le désespoir noir.
 

 

Alors la main du Livreur(libérateur) a été prolongée(étendue) et le calme de mort d'une solitude devenant rapidement insupportable a été soudainement cassé(violé) par le renvoi(tir) d'une arme à feu de signal. J'ai cherché dans la stupéfaction faite sursauter, quand, j'ai vu, moins d'un de moitié milles loin, un navire de pêche à la baleine le comportement en bas vers moi avec sa voile le plein jeu.
 

Évidemment mon activité continue sur l'iceberg avait attiré leur attention. Sur tirant, ils lancent un bateau et, descendant prudemment au bord de l'eau, j'ai été sauvé et un peu plus tard soulevé à bord le bateau de pêche à la baleine.
 

J'ai constaté que c'était whaler écossais, "l'Arlington." Elle avait purifié de Dundee en septembre et avait commencé immédiatement pour l'Antarctique, dans la recherche de baleines. Le capitaine, Angus MacPherson, a semblé avec bonté disposé, mais dans les questions de discipline, comme j'ai bientôt appris, possédant un fer feront(seront). Quand j'ai essayé de lui dire que j'étais venu "de l'intérieur" de la terre, le capitaine et le camarade de travail(second) s'est regardé, a secoué leurs chefs(têtes) et a insisté sur mon étant mets dans une couchette sous la surveillance stricte du médecin du bateau.
 

J'étais très faible pour veulent d'alimentation et n'avaient pas dormi pendant beaucoup d'heures. Cependant, après le repos de quelques jours, je me suis levé un matin et me suis paré sans demander à la permission du médecin ou un autre et leur ai dit que j'étais aussi raisonnable que chacun.
 

 

Le capitaine a envoyé pour moi et m'a de nouveau interrogé concernant où j'étais venu d'et comment je suis venu pour être seul sur un iceberg dans l'Océan loin Antarctique. J'ai répondu que je venais de venir "de l'intérieur" de la terre et avais continué lui dire comment mon père et moi-même étais entré par voie de Spitzbergen et étais sorti par voie du pays de Pôle antarctique, sur quoi j'ai été mis dans des fers. J'ai après entendu le capitaine dire au camarade de travail(second) que j'étais aussi fou qu'un lièvre de mars et que je dois rester dans l'emprisonnement avant que je ne sois assez raisonnable pour donner un compte véridique de moi.

Finalement après beaucoup suppliant et beaucoup de promesses, j'ai été libéré de fers. J'ai séance tenante décidé d'inventer quelque histoire qui satisferait le capitaine et jamais se référer de nouveau à mon voyage à la terre "du Dieu Fumeux," au moins avant que je ne sois sûr parmi des amis.

Dans une quinzaine on m'a permis d'aller d'et prendre ma place comme un des marins. Un peu plus tard le capitaine m'a demandé une explication. Je lui ai dit que mon expérience avait été si horrible que j'étais craintif de ma mémoire(souvenir) et l'ai prié de me permettre de laisser la question sans réponse jusqu'à quelque temps dans l'avenir. "Je pense que vous vous remettez considérablement," a-t-il dit, "mais vous n'êtes pas raisonnables encore par un beaucoup." "Me permettent de faire un tel travail comme vous pouvez assigner," ai-je répondu, "et s'il ne vous indemnise pas suffisamment, je vous payerai immédiatement après que j'atteins Stockholm - au dernier penny." Ainsi la question s'est reposée(est restée).

Sur Stockholm finalement s'étendant, comme je me suis déjà rapporté, j'ai constaté que ma bonne mère était partie à sa récompense plus d'une année auparavant. J'ai aussi dit comment, plus tard, la trahison d'un parent m'a posé dans une maison de fous, où je suis resté pendant vingt huit ans - des années apparemment éternelles - et, toujours plus tard, après ma sortie, comment j'ai retourné à la vie d'un pêcheur, après cela assiduement pendant vingt sept ans, alors comment je suis venu en Amérique et finalement en Los Angeles, la Californie. Mais tout cela peut avoir de petit intérêt au lecteur. En effet, il me semble l'apogée de mes merveilleux voyages et des aventures étranges a été atteinte quand le voilier écossais m'a pris d'un iceberg sur l'Océan Antarctique.

**********************

PARTIE SIX :
Conclusion
http://ourhollowearth.com/PartSix.htm


Dans la conclusion de cette histoire de mes aventures, je veux déclarer que je crois fermement que la science est encore dans sa petite enfance concernant la cosmologie de la terre. Il y a tant que l'on non estime pour par la connaissance mondiale acceptée d'aujourd'hui et resteront jamais ainsi avant que l'on ne connaisse la terre "du Dieu Fumeux" et reconnu par nos géographes.

C'est la terre d'est d'où venu les grands rondins de cèdre qui a été trouvé par des explorateurs(sondes) dans des eaux ouvertes loin sur le bord du nord de la croûte de la terre et aussi les corps de mammouths dont les os sont trouvés dans des lits énormes sur la côte Sibérienne.

Des explorateurs(sondes) du nord ont fait beaucoup. Monsieur John Franklin, du Refuge Grinnell, monsieur John Murray, Kane, Melville, le Hall, Nansen, Schwatka, Greely, Peary, Ross, Gerlache, Bernacchi, Andree, Amsden, Amundson et d'autres s'est tout efforcé de prendre d'assaut la citadelle gelée de mystère.

Je crois fermement qu'Andree et deux compagnons courageux, Strindberg et Fraenckell, qui a navigué loin dans le ballon "Oreon" de la côte du nord-ouest de Spitsbergen ce dimanche après-midi du 11 juillet 1897, sont maintenant dans "le dans" le monde et sans aucun doute sont distraits(considérés) comme mon père et moi-même ont été distraits(considérés) par la bonne course(race) géante peuplant le Continent intérieur Atlantique.


 

L'ayant, de ma façon humble, des années consacrées à ces problèmes, je suis bien mis au courant avec les définitions acceptées de gravité, aussi bien que la cause de l'attraction de l'aiguille magnétique et je suis préparé pour dire que c'est ma croyance ferme que l'aiguille magnétique est influencée seulement par les courants électriques qui enveloppent complètement la terre comme un vêtement et que ces courants électriques dans un circuit infini passent de la fin du sud de l'ouverture cylindrique de la terre, la diffusion et la diffusion eux-mêmes sur toute la surface "extérieure" et précipitant follement sur dans leur cours vers le Pôle arctique. Et tandis que ces courants partent apparemment précipitamment dans l'espace à la courbe de la terre ou le bord, encore ils baissent de nouveau à la surface "intérieure" et continuent leur voie au sud le long de l'intérieur de la croûte de la terre, vers l'ouverture du Pôle antarctique prétendu. 24

24 "M. Lemstrom a conclu qu'une décharge électrique que l'on pourrait seulement voir au moyen du spectroscope avait lieu sur la surface de la raison(terre) tous autour de lui et que d'une distance il apparaîtrait comme une exposition faible d'Aurora, les phénomènes de lumière pâle et flambante qui est quelques temps vus sur le sommet des Montagnes Spitzbergen." - le Manuel arctique, faites appeler(paginez) 739.

Quant à la gravité, personne ne sait quelle il est, parce qu'il n'a pas été déterminé si c'est la pression atmosphérique qui cause que la pomme tombe, ou si, 150 milles au-dessous de la surface de la terre, censément la moitié la voie par la croûte de la terre, existe là quelque attraction puissante loadstone qui le dessine(tire). Donc, si la pomme, quand il laisse le membre de l'arbre, est dessinée(tirée) ou poussée de haut en bas au plus proche point de résistance, est inconnue aux étudiants de physique.

Monsieur James Ross a prétendu avoir découvert le pôle magnétique à environ soixante-quatorze latitude de degrés. C'est faux - le pôle magnétique est exactement la moitié la distance par la croûte de la terre. Ainsi, si la croûte de la terre est trois cents milles dans l'épaisseur, qui est la distance j'estime que c'est, alors le pôle magnétique est sans aucun doute cent cinquante milles au-dessous de la surface de la terre, il importe pas où l'essai est fait. Et à ce point particulier cent cinquante milles au-dessous de la surface, la gravité cesse, devient neutralisé; et quand nous passons en plus le point sur vers la surface "intérieure" de la terre, une attraction inverse augmente géométriquement dans le pouvoir(puissance), avant que l'autre cent cinquante milles de distance ne soit traversé, qui nous produirait(révélerait) sur "l'intérieur" de la terre.

Ainsi, si un trou a été ennuyé en bas par la croûte de la terre à Londres, Paris, New York, Chicago, ou Los Angeles, une distance de trois cents milles, il connecterait les deux surfaces. Tandis que l'inertie et l'élan d'un poids baissé dans de la surface "extérieure" le porteraient loin devant du centre magnétique, encore, avant le fait d'atteindre de la surface "intérieure" de la terre il diminuerait graduellement dans la vitesse, après le passage de(admission) de l'à mi-chemin point, finalement la pause et tomberait immédiatement en arrière vers la surface "extérieure" et continuera ainsi à osciller, comme le balancement d'un pendule avec le pouvoir(puissance) enlevé, avant qu'il ne donne finalement du repos au centre magnétique, ou à ce point particulier exactement à la moitié la distance entre la surface "extérieure" et la surface "intérieure" de la terre.

La giration de la terre dans son acte quotidien de tourbillonnement autour dans sa rotation en spirale - à un taux plus grand que mille milles chaque heure, ou environ dix-sept milles par seconde - en font un corps énorme electro produisant, une machine énorme, un prototype puissant de la dynamo faite d'homme chétive, qui, au mieux n'est pas qu'une imitation faible de l'original de nature.

Les vallées de ce Continent intérieur Atlantis, bordant les eaux supérieures du nord le plus éloigné sont dans la saison couverte des fleurs les plus magnifiques et luxuriantes. Pas des centaines et des milliers, mais des millions, d'acres, dont le pollen ou des fleurs est porté loin dans presque chaque direction par les girations en spirale de la terre et l'agitation du vent résultant de là et ce sont ces fleurs ou pollen des prés énormes floraux "dans" ces produits alimentaires les neiges colorées des régions arctiques qui ont ainsi mystified les explorateurs(sondes) du nord. 25

25 Kane, vol. Moi, la page 44, dit : "nous avons passé ' les falaises cramoisies de monsieur John Ross en matinée du 5 août. On pourrait voir les pièces de neige rouge dont ils tirent leur nom clairement à la distance de dix milles de la côte."

Chambre La, dans un compte de l'expédition de ballon d'Andree, à la page 144, dit : "dans l'île d'Amsterdam la neige est teintée avec rouge pour une distance considérable et le savants le rassemble pour l'examiner au microscope. Il présente, en fait, de certaines particularités; il est pensé qu'il contient de très petites usines(plantes). Scoreby, whaler célèbre, avait déjà remarqué cela."

Sans aucun doute, cette nouvelle terre "dans" est la maison, le berceau, de la race humaine et vue du point de vue des découvertes faites par nous, doit de nécessité avoir un comportement le plus important sur tout physique, paleontological, les théories archéologiques, philologiques et mythologiques d'antiquité.

La même idée de retour à la terre de mystère - au commencement même - à l'origine d'homme - est trouvée dans les traditions égyptiennes des régions précédentes terrestres des dieux, des héros et des hommes, des fragments historiques de Manetho, entièrement vérifié par les rapports(records) historiques pris des fouilles plus récentes de Pompeii aussi bien que les traditions des Indiens Nord-américains.

***

C'est maintenant une heure minuit passé - le Nouvel An de 1908 est ici et c'est le troisième jour de cela et ayant enfin fini le rapport(record) de mes voyages étranges et aventures que je souhaite donné au monde, je suis prêt et même le désir(regret), pour le repos paisible que je suis sûr suivront les procès(essais) de la vie et des vicissitudes. Je suis vieux dans des années et mûr, et avec des aventures et des tristesses, encore riches avec peu d'amis je m'ai cimenté dans mes luttes pour mener une vie juste et droite. Comme une histoire que l'on dit presque , ma vie reflue loin. Le pressentiment est fort dans moi que je ne vivrai pas pour voir l'augmentation d'un autre soleil. Ainsi je conclus mon message.

Olaf Jansen.

*******************

PARTIE SEPT :
La postface d'Auteur
http://ourhollowearth.com/PartSeven.htm


J'ai trouvé beaucoup de difficulté dans le déchiffrement et la rédaction des manuscrits d'Olaf Jansen. Cependant, j'ai pris la liberté de reconstruire seulement un très peu d'expressions et dans le faire cela n'a nullement changé l'esprit ou la signification. Autrement, le texte original a ni été ajouté à , ni pris de.

C'est impossible pour moi pour exprimer mon avis quant à la valeur ou la fiabilité des merveilleuses déclarations faites par Olaf Jansen. La description ici donné des pays étranges et les gens visités par lui, l'emplacement de villes, les noms et les directions de rivières et d'autre information a en ceci combiné, se conformer de chaque façon aux dessins grossiers(bruts) donnés dans ma garde par ce Scandinave antique, quels dessins ensemble avec le manuscrit c'est mon intention à la date quelque peu postérieure pour donner à l'Établissement Smithsonian, préserver pour l'avantage d'entre ceux intéressés par les mystères "du Nord le Plus éloigné" - le cercle gelé de silence. C'est certain il y a beaucoup de choses dans la littérature Vedic, dans "Josephus", "l'Odyssée", le "Iliad", Terrien de Lacouperie "la Première Histoire de Civilisation chinoise," Flammarion "des Mythes Astronomiques," Lenormant "les Commencements de l'Histoire," "Theogony" d'Hesiod, Monsieur John des écritures de Maundeville et Sayce "les Rapports(records) du Passé," cela, dire le moindre, est étrangement dans l'harmonie avec le texte apparemment incroyable trouvé dans le manuscrit jaune du vieux Scandinave, Olaf Jansen et maintenant pour la première fois donné au monde.

LA FIN